Napoli ne pourra plus utiliser l’image de Diego Armando Maradona sur ses maillots de match. La décision est du juge Andrea Vassallo, de la deuxième section civile du tribunal de la capitale de la Campanie, qui a donné raison aux cinq héritiers du Pibe de Oro qui s’étaient immédiatement déplacés légalement contre Stefano Ceci, un entrepreneur de Campanie qui avait acheté son propres droits du champion argentin. L’administrateur judiciaire Jorge Sebastian Baglietto, qui s’occupe des intérêts des enfants Diez, s’est immédiatement déplacé mais avec une grande discrétion et le travail porte ses fruits.

Le juge a refusé à Ceci « toute utilisation ultérieure de l’image de Diego Armando Maradona » et a autorisé Baglietto à saisir tous les actifs et crédits de Stefano Ceci jusqu’à atteindre la somme de 150 000 euros.

Les héritiers du numéro 10 et de Baglietto, représentés en justice par l’avocate romaine Antonietta Tomassini et sa collègue Federica Meglio, ont également demandé la saisie du produit découlant de ce contrat pour une somme de pas moins de 450 mille euros et ont obtenu l’injonction pour le diffusion et utilisation de l’image sous quelque forme que ce soit.

L’affaire judiciaire concerne les dommages réclamés par les héritiers de Maradona concernant la production de maillots utilisés par l’équipe bleue à l’effigie stylisée de Diego réalisés par l’architecte Giuseppe Klain, environ 6 mille vêtements, et vendus au prix de 150 euros chacun. Ce serait un revenu brut de 900 000 euros, mais Ceci avait vendu la licence de marketing d’image pour ces chemises pour 22 500 euros.

News:  L'effectif de la Fiorentina pour Hellas Vérone : Gollini éliminé. Il y a Quarta, Gonzalez et Sottil sont de retour

Pour le juge, le contrat signé par Ceci avec Napoli était « préjudiciable aux attentes patrimoniales » envers les héritiers par rapport à l’exploitation de l’image de Maradona car c’est « un symbole planétaire du football, reconnu et reconnaissable partout dans le monde, dont la valeur économique apparaît d’une importance considérable, presque inestimable ». Il le ramène Page de fan

D’ESPAGNE ILS PARLENT DE JOVIC

Depuis l’Espagne, ils écrivent: « La Fiorentina pense déjà à se débarrasser de Jovic en janvier. Ça ne fait pas « 

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page