Le leader ukrainien affirme qu’au moins 137 personnes ont été tuées dans une attaque militaire russe de grande envergure, alors que les puissances occidentales annoncent une série de sanctions contre Moscou.

La Russie a lancé une attaque militaire de grande envergure contre l’Ukraine, qui a débuté par des attaques aériennes et de missiles contre des installations militaires ukrainiennes, avant que des troupes et des chars ne franchissent les frontières par le nord, l’est et le sud.

L’armée ukrainienne a riposté sur plusieurs fronts. Le président Volodymyr Zelenskyy a déclaré dans une allocution vidéo tôt vendredi que 137 personnes, militaires et civils, avaient été tuées et des centaines d’autres blessées.
Un haut responsable de la défense des États-Unis a déclaré que la Russie pourrait avoir l’intention de s’emparer de Kiev, la capitale, et d’autres villes clés, pour finalement installer un gouvernement plus amical.

Alors que les forces ukrainiennes ont riposté et que les civils se sont entassés dans des trains et des voitures pour fuir, les États-Unis et les dirigeants européens se sont empressés de punir la Russie en lui imposant de fortes sanctions financières. L’OTAN a pris des mesures pour renforcer son flanc oriental.

Principaux développements récents :

  • Des missiles frappent la capitale ukrainienne, Kiev, alors que les forces russes poursuivent leur avancée.
  • Selon un haut responsable ukrainien, les forces russes vont pénétrer dans les zones situées juste à l’extérieur de Kiev plus tard dans la journée de vendredi, alors que les unités ukrainiennes défendent leurs positions sur quatre fronts malgré leur infériorité numérique.
  • Les forces ukrainiennes ont abattu un avion au-dessus de Kiev, qui s’est ensuite écrasé sur un immeuble résidentiel, a déclaré un conseiller du gouvernement.
  • M. Zelenskyy plaide auprès de la communauté internationale pour qu’elle en fasse plus, affirmant que les sanctions annoncées jusqu’à présent ne sont pas suffisantes
  • L’agence nucléaire ukrainienne déclare avoir enregistré une augmentation des niveaux de radiation sur le site de la défunte centrale nucléaire de
  • Tchernobyl, qui a été capturé par les forces russes.

Voici ce que nous savons du conflit jusqu’à présent :

Poutine passe à l’action

Dans une allocution télévisée au début de l’attaque, le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’elle était nécessaire pour protéger les civils dans l’est de l’Ukraine, où les forces ukrainiennes et les séparatistes soutenus par la Russie se battent depuis près de huit ans.

Le dirigeant russe a averti les autres pays que toute tentative d’ingérence en Ukraine « entraînerait des conséquences jamais vues dans l’histoire ».

M. Poutine a accusé les États-Unis et leurs alliés d’ignorer les demandes de la Russie visant à empêcher l’Ukraine de rejoindre l’OTAN et à offrir à Moscou des garanties de sécurité.

News:  La France divisée : que signifie le vote fracturé pour le second mandat de Macron ? | France

M. Poutine a déclaré que la Russie n’avait pas l’intention d’occuper l’Ukraine mais prévoyait de la « démilitariser », un euphémisme pour désigner la destruction de ses forces armées. Il a exhorté les militaires ukrainiens à « déposer immédiatement les armes et à rentrer chez eux ».

Peu après son discours, des explosions ont été entendues dans les villes de Kiev, Kharkiv et Odessa. Le ministère russe de la Défense a déclaré avoir détruit 83 installations militaires ukrainiennes.

Zelenskyy répond à l’attaque russe

Le président ukrainien a exhorté les habitants à rester calmes et à rester chez eux, et a supplié les dirigeants mondiaux de punir Poutine par des sanctions encore plus sévères.

Il a promis que l’Ukraine se défendrait et a ordonné une mobilisation militaire totale. L’armée ukrainienne compte 250 000 membres et 140 000 réservistes. Selon les États-Unis, la Russie disposait de près de 200 000 soldats près des frontières de l’Ukraine avant le début de l’invasion.

Zelenskyy a déclaré qu’il avait été informé qu’il était la cible numéro 1 des envahisseurs russes, mais il est déterminé à rester à Kiev.

Une nuit agitée à Kiev

Jeudi soir, de nombreux habitants de la capitale se sont réfugiés sous terre, dans les stations de métro. Les gens ont apporté des sacs de couchage et des couvertures, des chiens et des mots croisés pour passer une nuit difficile dans ces abris anti-bombes improvisés.

Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a appelé les trois millions d’habitants de la ville à rester à l’intérieur, sauf s’ils travaillent dans des secteurs critiques, et a déclaré que chacun devait préparer des sacs de voyage contenant des produits de première nécessité tels que des médicaments et des documents.

kiev en ukraine

Tchernobyl aux mains des Russes

L’Ukraine a déclaré avoir perdu le contrôle du site nucléaire de Tchernobyl après une bataille acharnée entre les forces ukrainiennes et les troupes russes. Un réacteur nucléaire de la centrale, située à 130 km au nord de Kiev, a explosé en avril 1986, provoquant un nuage radioactif dans toute l’Europe. Le réacteur endommagé a ensuite été recouvert d’une coque de protection.

Alyona Shevtsova, conseillère du commandant des forces terrestres ukrainiennes, a écrit sur Facebook que le personnel avait été « pris en otage » lorsque les troupes russes se sont emparées de l’installation.

Le secrétaire de presse de la Maison Blanche a exprimé son inquiétude, affirmant que cela pourrait entraver les efforts visant à maintenir l’installation nucléaire.

L’Occident décrie l’attaque

Les dirigeants mondiaux ont décrié une invasion qui pourrait faire de nombreuses victimes, renverser le gouvernement démocratiquement élu de l’Ukraine et menacer l’équilibre de l’après-guerre froide.

News:  Comment envoyer l’image de l’ordinateur sur la télé ?

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a qualifié l’attaque de la Russie d' »acte de guerre brutal » et a déclaré que Moscou avait brisé la paix sur le continent européen.

Le président américain Joe Biden a déclaré que Poutine « a choisi une guerre préméditée qui entraînera des pertes de vies humaines et des souffrances humaines catastrophiques ».

Les dirigeants du Groupe des Sept ont appelé la communauté internationale à « condamner cette attaque dans les termes les plus forts possibles, à se tenir aux côtés de l’Ukraine et à élever la voix contre cette violation flagrante des principes fondamentaux de la paix et de la sécurité internationales ».

Le chef de l’agence des Nations unies pour les réfugiés a exhorté les pays voisins à garder leurs frontières ouvertes pour les Ukrainiens qui fuient les combats. Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a déclaré que son agence avait renforcé ses opérations et ses capacités tant en Ukraine que dans les pays voisins.

Sanctions contre la Russie

En annonçant une nouvelle série de sanctions jeudi, M. Biden a déclaré que les États-Unis et leurs alliés bloqueront les actifs de quatre grandes banques russes, imposeront des contrôles à l’exportation et sanctionneront des oligarques.

Ces sanctions vont dans le sens de l’insistance de la Maison Blanche à vouloir frapper le système financier russe et le cercle intime de Poutine, tout en imposant des contrôles à l’exportation visant à priver les industries et l’armée russes de semi-conducteurs et autres produits de haute technologie américains.

Les nouvelles sanctions américaines visent également les institutions militaires et financières du Belarus, que la Russie utilise comme base de départ pour ses troupes qui pénètrent en Ukraine par le nord.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’il viserait à couper la Russie du marché financier du Royaume-Uni.

Les sanctions comprennent le gel des avoirs de toutes les grandes banques russes, y compris la VTB Bank, sa deuxième plus grande banque. Le Royaume-Uni prévoit également d’interdire aux entreprises et au gouvernement russes de lever des fonds sur ses marchés.

Le Royaume-Uni interdira l’exportation vers la Russie d’un large éventail de produits de haute technologie, dont les semi-conducteurs, et empêchera sa compagnie aérienne phare, Aeroflot, d’atterrir dans les aéroports britanniques.

L’Union européenne et d’autres alliés occidentaux, dont l’Australie, le Japon et la Corée du Sud, ont annoncé des sanctions similaires.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page