« C’est de la torture, c’est le Moyen Age. » Les accusations sévères contre la justice belge sont venues des avocats d’Eva Kaili, eurodéputée et ancienne vice-présidente du Parlement européen incarcérée depuis le 9 décembre dans le cadre de l’enquête du Qatargate. La Grecque de 44 ans, selon son avocat Michalis Dimitrakopoulos, « a été placée du mercredi 11 au vendredi 13 janvier à l’isolement sur ordonnance du juge d’instruction, Michel Claise ». Une décision qui, selon l’avocat, a été le début d’un cauchemar pour son client.

Dans le froid avec la lumière allumée

« Pendant seize heures, elle a été enfermée dans une cellule de police, à l’extérieur de la prison, et dans le froid. On lui a refusé une deuxième couverture », a déclaré l’avocat. « La lumière était allumée tout le temps et il ne pouvait pas dormir. C’est de la torture », a-t-il ajouté avant de révéler un détail choquant. Kaili, pendant les heures passées à l’isolement, « avait un cycle menstruel avec une perte de sang abondante et était incapable de se laver ». La femme « est accusée, mais il y a toujours la présomption d’innocence. Nous sommes en Europe, ces actes violent la Convention européenne des droits de l’homme. C’est le Moyen Âge ».

Aucun contact avec l’enfant

Les nouvelles allégations sur les conditions de détention de l’ancien vice-président du Parlement européen s’ajoutent à ce que l’on savait déjà sur la relation avec sa fille de 23 mois. Kaili ne l’a vue que deux fois en six semaines, la dernière fois début janvier. Précisément à cette occasion, certains journaux ont publié les images de la petite fille à l’entrée de la prison de Haren, dans la périphérie de Bruxelles. Le garant italien de la vie privée a évoqué « une atteinte grave à la vie privée du mineur » représentée par la vidéo « dépourvue de tout intérêt public par rapport à l’affaire de l’eurodéputé » et a demandé que les images soient retirées des sites des journaux et réseaux sociaux italiens.

News:  Comment contacter l'assurance banque populaire ?

« Isolé pendant que Panzeri négociait »

Aux propos de l’avocat Dimitrakopoulos, arrivé en fin d’audience pour valider l’incarcération de Kaili, ont succédé ceux d’André Risopoulos, l’autre avocat de l’eurodéputé. Selon ce dernier, l’isolement de Kaili, « une procédure extrêmement rare qui est utilisée pour des crimes à caractère mafieux où il est vraiment nécessaire de couper le contact avec les autres », aurait été décidé par le juge Claise, « car dans ces moment où l’accord de repentance d’Antonio Panzeri était en cours de négociation ». L’ancien eurodéputé italien, également arrêté le mois dernier dans le cadre de l’enquête sur la corruption au Parlement européen, a signé un « mémorandum » de collaboration avec les magistrats belges en vertu duquel il est désormais repenti à toutes fins utiles.

L’accord du repenti

Panzeri s’est d’une part engagé à fournir à la justice belge toutes les informations et éléments utiles à l’enquête qui, immédiatement après son repentir, a été étendue à Monica Rossana Bellini, la comptable de l’homme politique italien, arrêtée à Milan sous mandat européen. . Mais l’ancien eurodéputé a également obtenu – selon ses avocats – une substantielle réduction de peine qui devrait être limitée à cinq ans de détention, dont un seul Panzeri devrait passer en prison ou en résidence surveillée avec un bracelet électronique.

Qatargate, Panzeri se repent et encaisse la remise de peine : « Un an de prison »

D’où la thèse de la défense de Kaili : pendant que Panzeri négociait avec les juges belges, leur cliente aurait été isolée pour l’empêcher d’être en contact avec le monde extérieur. Malgré la gravité des allégations portées par les défenseurs de Kaili auprès du parquet fédéral belge, les avocats n’ont pas encore formellement dénoncé les mauvais traitements présumés de l’eurodéputé.

News:  Facture de décembre gratuite pour les familles et les PME : l'État paie

L’amour avec Giorgi au centre de l’enquête

« Avant de prendre la moindre initiative pour dénoncer les traitements inhumains, dégradants et injustifiés, je veux vraiment savoir ce qui s’est passé », a expliqué l’avocat Risopoulos devant les caméras. « Nous saurons. Le dossier deviendra accessible. Pour l’instant j’agis comme si chaque opérateur de justice avait agi dans le cadre de la légalité et de la loyauté », a-t-il ajouté. Dans la soirée, la Chambre des députés a confirmé la prison pour un mois supplémentaire pour Kaili, arrêtée en flagrant délit pour avoir tenté de dissimuler de grosses sommes d’argent après l’arrestation de son partenaire, l’ancien assistant de Panzeri, Francesco Giorgi. « C’est son mari et elle l’aime. C’est le père de sa fille. Mais ce sujet est un piège pour nous », ont déclaré les avocats, « car nous entrons dans un sujet qui est le coeur du dossier ». La relation entre Kaili et Giorgi, combinée au réseau de connaissances que Panzeri aurait exploité pour influencer les choix des parlementaires européens, est au centre de l’architecture accusatoire que le parquet veut étendre à tous les acteurs de l’organisation. .

3/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page