Une vente aux enchères de plus de 1 300 pièces de mobilier, d’art, de bijoux et de décoration intérieure datant du XVIIe au XXe siècle, provenant de l’un des plus grands hôtels particuliers de Paris, a été décrite comme la « vente du siècle ».

L'intérieur somptueux de l'hôtel Lambert, réalisé par l'architecte d'intérieur Alberto Pinto, qui a repris dans de nombreuses pièces le style somptueux envisagé et conçu à l'origine par Renzo Mongiardino.
L’intérieur somptueux de l’Hôtel Lambert, par l’architecte d’intérieur Alberto Pinto, qui a suivi dans de nombreuses pièces le style somptueux imaginé et conçu à l’origine par Renzo Mongiardino. Photographie : c/o Sotheby’s

La provenance des objets se lit comme un défilement de l’histoire de l’aristocratie européenne : un canapé appartenant au duc et à la duchesse de Windsor ; une soupière en argent offerte par Catherine la Grande à son amant, le comte Orlov ; des candélabres qui auraient appartenu à Marie-Antoinette et à Madame de Pompadour, la maîtresse du roi Louis XV.

Paire de candélabres à cigognes en porcelaine blanche de Chine à trois lumières, Louis XV, vers 1750 (est. €200,000-400,000) - ayant probablement appartenu à Madame de Pompadour.
Paire de candélabres à cigognes en porcelaine blanche de Chine à trois lumières, Louis XV, vers 1750 (est 200 000-400 000 €) – ayant probablement appartenu à Madame de Pompadour. Photographie : Sotheby’s

Jusqu’à récemment, cette vaste collection ornait l’Hôtel Lambert, un hôtel particulier situé sur l’île Saint-Louis, dans le centre de Paris, à deux pas de la cathédrale Notre-Dame. La propriété a été construite au début des années 1640 par l’architecte royal Louis Le Vau, qui a conçu le palais de Versailles, et a été classée monument historique en 1862.

Parmi ses propriétaires, on compte le prince polonais Adam Jerzy Czartoryski, qui a invité le compositeur Chopin, l’artiste Eugène Delacroix et Guy et Marie-Hélène Rothschild à y séjourner.

Les pièces dorées du manoir ont accueilli des salons littéraires auxquels ont participé Jean-Jacques Rousseau et Voltaire et, à son apogée, des soirées scintillantes auxquelles ont participé le duc et la duchesse de Windsor, Yves Saint Laurent, Cecil Beaton, Salvador Dali, Brigitte Bardot et toute une série de membres de la famille royale européenne.

Douce Francois et Brigitte Bardot, au Bal Oriental, 1969.
Douce Francois et Brigitte Bardot, au Bal Oriental, en 1969 Photographie : Sotheby’s

En 2007, l’Hôtel Lambert, dont la galerie d’Hercule a été peinte par le décorateur versaillais Charles Le Brun, a été acquis par le cheikh Hamad Bin Abdullah Al Thani, membre de la famille royale qatarie, qui a procédé à une vaste rénovation de 120 millions d’euros et l’a rempli de son importante collection personnelle d’œuvres d’art et de décoration. C’est cette collection qui est maintenant proposée à la vente par Sotheby’s en octobre.

Mario Tavella, qui supervise la vente aux enchères et qui est un expert en collections historiques, a déclaré qu’il a été époustouflé lorsqu’il est entré pour la première fois dans l’Hôtel Lambert.

Paire de candélabres Louis XVI en bronze doré et patiné bleu, vers 1784-1786, attribués à Lucien-François Feuchère (est. 300 000-500 000 €) - de réputation, une commande royale pour Marie-Antoinette.
Paire de candélabres Louis XVI en bronze doré &ampé ; bronze bleu-patiné, circa 1784-1786, attribués à Lucien-François Feuchère (est €300,000-500,000)- de réputation une commission royale pour Marie-Antoinette. Photographie : Florian Perlot pour Art Digital/Sotheby’s

« C’est la plus belle propriété en mains privées à Paris et probablement en France et l’une des plus belles résidences au monde. La qualité globale de chaque pièce de l’intérieur m’a complètement bouleversé. C’était une expérience fascinante et magique », a déclaré M. Tavella.

« L’ensemble forme la plus grande collection d’œuvres d’art classiques de haute qualité, de meubles, de peintures de maîtres anciens et de bijoux anciens jamais proposée à la vente en France. »

D’autres objets ont été attribués à des membres de la famille royale française, dont Marie-Antoinette, ou proviennent de collections amassées par des icônes de la mode, notamment Coco Chanel, Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld et Hubert de Givenchy.

Yves Saint Laurent, Cecil Beaton et Madame Leonora Cornett à l'hôtel Lambert.
Yves Saint Laurent, Cecil Beaton et Madame Leonora Cornett à l’hôtel Lambert. Photographie : André Ostier/Sotheby’s

La collection a été retirée de l’Hôtel Lambert après la vente du manoir à l’entrepreneur français Xavier Niel, milliardaire des télécommunications, pour un montant estimé à 200 millions d’euros (170 millions de livres sterling) – un record pour une transaction immobilière à Paris. Niel devrait créer une fondation culturelle dans l’hôtel particulier.

Vente de l’Hôtel Lambert : une collection princière se déroulera sur plusieurs jours en octobre. Tavella a déclaré que la vente aux enchères devrait rapporter plus que les ventes précédentes de collections historiques, notamment celles de la Maison royale de Hanovre en 2005 qui ont rapporté 50 millions de dollars et les collections de Lily et Edmond Safra en 2005 et 2011 qui ont rapporté 100 millions de dollars.

« Il s’agit vraiment d’une collection extraordinaire, dont la vente n’a lieu qu’une fois tous les 100 ans », a-t-il ajouté.

5/5 - (1 vote)
News:  Chars allemands vers l'Ukraine et chars américains en Europe de l'Est : les mouvements de l'OTAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page