Pour l’Allemagne, la menace nucléaire de la Russie a été déjouée, du moins pour le moment. Dans une interview, le chancelier allemand Olaf Scholz a affirmé que la communauté internationale « a tracé une ligne rouge » à la Russie qui a permis de contenir les risques de recours aux armes nucléaires dans la guerre en Ukraine. Des propos qui démentent partiellement les craintes d’une escalade de ce type après les déclarations du président russe Vladimir Poutine.

En effet, le chef du Kremlin avait déclaré que la menace de guerre nucléaire augmentait, ajoutant toutefois que l’utilisation par la Russie d’armes de destruction massive n’aurait lieu qu’en cas de défense. « Cela signifie que si une attaque est lancée contre nous, nous riposterons », a déclaré Poutine, notant que la Russie considère les armes nucléaires comme une « dissuasion naturelle ». « Nous sommes sains d’esprit et conscients de ce que sont les armes nucléaires », a-t-il ajouté, cité par l’agence de presse officielle Tass.

Les propos du président russe avaient trouvé un large écho dans les médias internationaux, dont la plupart interprétaient les références au nucléaire comme une menace pour l’Ukraine et l’Occident. Berlin, en revanche, avait une évaluation diamétralement opposée : « Une chose a changé pour le moment : la Russie a cessé de menacer d’utiliser des armes nucléaires », a déclaré Scholz. La chancelière a également rappelé que lors de son récent voyage en Chine, « le président chinois Xi (Jinping) et moi-même avons déclaré conjointement que les armes nucléaires ne devaient pas être utilisées. Peu de temps après, les pays du G20 ont réaffirmé cette position ».

News:  Parce que la mère de Pelé ne sait pas encore que son fils est mort

La chancelière allemande a également commenté les récentes déclarations du président français Emmanuel Macron, qui a souligné la nécessité de donner à la Russie des « garanties » pour trouver un bon équilibre une fois le conflit terminé. Des déclarations qui n’ont pas plu à Kiev et aux pays de l’Est de l’UE : « La priorité est que la Russie mette immédiatement fin à la guerre et retire ses troupes », a déclaré Scholz, reconnaissant l’importance de savoir assurer « la sécurité de l’Europe ». « Nous sommes certainement prêts à discuter du contrôle des armements en Europe avec la Russie », a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement allemand a également abordé la question du bouclier antimissile européen sur lequel Berlin travaille avec d’autres pays : selon Scholz, le bouclier pourrait déjà être prêt d’ici cinq ans : « En ce moment, le gouvernement parle aux producteurs de divers systèmes pour se préparer à des décisions concrètes », a-t-il déclaré.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page