Beaucoup de fumée, pas de torréfaction. Le championnat de la Toronto dans MLSl’équipe canadienne est devenue le protagoniste d’une importante campagne de transfert en Italie avec les arrivées de Serie A de Bernardeschi, Insigne Et Criscito convaincu au son de belles promesses et de contrats très riches, l’ancien Fiorentina a signé un contrat d’une valeur de 6 millions d’euros net par saison (avec des bonus très riches attachés) tandis que pour Insigne le salaire prévoit près de 9 millions d’euros par saison pendant 3 ans. Criscito a dû « s’installer » à 35 ans avec un salaire de 3 millions par saison pendant deux ans.

Mais en dehors de ces contrats très riches, il n’y a pas eu grand-chose d’autre pour les Italiens en Canada, les résultats sont mitigés et le classement raconte des défaites à répétition et des buts ni atteints ni touchés. Toronto est l’avant-dernier du classement avec deux matchs à jouer au championnat, deux matchs désormais inutiles à tous points de vue.

En voyant les vidéos et les drames sociaux de Bernardeschi, quelqu’un avait peut-être imaginé un chemin gagnant et merveilleux mais il n’y avait rien de tout cela, en effet c’est un véritable échec technique. Seul le règlement sauve les Italiens puisqu’en MLS il n’y a pas de relégation, et dieu merci. Sinon, avec ces signatures, il aurait été difficile d’aller jouer dans la Serie B canadienne. Au-delà de l’humiliation d’avoir fait le mauvais choix, de ne satisfaire que le portefeuille et de mettre de côté le vrai football.

D’ESPAGNE, DES OMBRES SUR L’AVENIR DE JOVIC À LA FIORENTINA

De l’Espagne : Jovic n’est pas convaincant, il est déjà temps pour la Fiorentina de réfléchir. L’avenir dans la balance ?

Votez pour ce post
News:  "Fiorentina l'un des meilleurs choix de ma vie"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page