Les survivants de l’attentat de 2016 à Nice, le jour de la Bastille, ont décrit comment le front de mer a été transformé en « zone de guerre » lorsqu’un homme armé a conduit un camion lourd à grande vitesse dans la foule rassemblée pour regarder les feux d’artifice dans la ville de la Côte d’Azur.

« C’était la guerre, les gens étaient écrasés, j’ai vu une femme se faire écraser avec un bébé dans les bras », a déclaré Abdallah Kebaïer, un ouvrier d’entretien à la retraite, qui a été catapulté en l’air par le camion et a subi sept côtes cassées, un traumatisme crânien et des blessures au foie et au pancréas.

Témoignant lors du procès de sept hommes et d’une femme, Kebaïer, 67 ans, a décrit le sentiment de confusion et de panique lorsque les milliers de personnes qui s’étaient rassemblées pour regarder les feux d’artifice sur le boulevard du front de mer bordé de palmiers ont remarqué qu’un poids lourd fonçait délibérément dans la foule, zigzaguant et accélérant vers les gens sur 2 km le long de l’esplanade.

L’attaque, qui a tué 86 personnes et en a blessé plus de 400, est le deuxième massacre le plus meurtrier en France en temps de paix. Il est survenu huit mois après les attentats de Paris contre des bars, des restaurants, le stade national et la salle de concert du Bataclan, qui ont fait 130 morts et ont été revendiqués par l’État islamique.

Kebaïer, dont la fille se mariait cette semaine-là, a regardé le feu d’artifice avec son frère et son cousin. Ils traversaient la promenade quand le camion a frappé. « Je me suis retrouvé allongé sur le sol, face contre terre, à 100 mètres du camion », a-t-il déclaré.

News:  Les 24 Heures du Mans 2022 en Virtuel encore cette année

Le frère de Kebaïer, Taoufik, un ancien électricien, a déclaré à la cour : « Il y avait un bruit assourdissant. J’ai couru, je suis tombé, j’étais pris en sandwich au milieu de cadavres, de corps, je ne sais pas s’ils étaient morts ou vivants… Je ne comprenais pas comment mon frère avait été projeté si loin alors qu’il marchait à côté de moi. » Il a décrit l’effet sur le front de mer bondé : « C’était comme un champ de blé, fauché. »

Croquis de salle d'audience de sept des suspects.
Un croquis de salle d’audience de sept des suspects. Photo : Elisabeth de Pourquery/AP

Six ans plus tard, les frères ont encore des flashbacks des morts éparpillés autour d’eux.

Le chauffeur du camion, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans, d’origine tunisienne, a été abattu par la police au bout de quatre minutes de route alors qu’il commençait à tirer avec une arme semi-automatique depuis la cabine du camion.

L’État islamique a revendiqué l’attaque mais a attendu deux jours pour le faire, n’offrant aucune preuve que l’attaquant, qui avait un casier judiciaire de violence domestique et de petits délits, avait un contact direct avec le groupe. Sept hommes et une femme sont jugés pour avoir aidé directement ou indirectement Lahouaiej-Bouhlel à obtenir des armes, à louer le camion ou à étudier l’itinéraire.

Kebaïer, qui est d’origine tunisienne, a déclaré qu’il était important de souligner devant le tribunal qu’il faisait partie d’un grand nombre de musulmans touchés par l’attaque – un tiers des personnes tuées sur le front de mer étaient des musulmans – et que : « Le Coran n’a jamais dit de tuer qui que ce soit, bien au contraire ». Il s’est déplacé pour rencontrer le pape, soulignant l’importance des relations interconfessionnelles.

Marie-Claude Borla, 50 ans, a déclaré au tribunal qu’elle avait regardé le feu d’artifice avec son mari et leurs filles jumelles de 13 ans, Audrey et Laura. Alors qu’ils marchaient sur la promenade, Laura l’a serrée dans ses bras en disant : « Je t’aime maman ».

Borla a dit : « Nous marchions bras dessus bras dessous quand nous avons vu le camion au loin. Les gens ont commencé à crier : ‘Le camion ! Le camion !’ J’ai vu des choses tomber, je n’ai pas compris que c’était des corps, j’ai poussé ma fille sur le côté puis soudain elle n’était plus là. »

Borla a décrit avoir senti le corps d’un inconnu tomber sur ses pieds. Sous le choc, elle a sauté de la promenade sur la plage en contrebas, où Audrey s’était abritée. Puis – blessée, couverte de sang, avec une robe déchirée et sans chaussures – Borla s’est traînée jusqu’à la promenade en criant « Laura ! Laura ! » Elle est passée de cadavre en cadavre pour voir si elle pouvait la trouver. « C’était comme un cimetière à ciel ouvert, il y avait tellement de corps sur le sol », dit-elle. La famille n’a appris la mort de Laura que deux jours plus tard.

Le nombre d’enfants tués et blessés dans l’attentat de Nice est plus élevé que dans tout autre massacre européen de ces dernières années. Au total, 15 enfants ont été tués, dont le plus jeune avait deux ans.

Mariam Al-Khodor, 44 ans, qui est libanaise et vit en Allemagne, a perdu sa fille Salma, 18 ans, dans l’attentat. Salma avait participé à un voyage de fin d’année de cinq jours avec son école allemande. C’était leur dernière soirée. Elle est morte sur le front de mer aux côtés d’une amie et d’un professeur. « Ils ont dit que Nice était en sécurité », a-t-elle déclaré à la Cour. Elle a décrit son désarroi lorsque les autres enfants sont revenus du voyage et qu’on lui a remis la valise de sa fille. « Elle était toujours ma petite fille… c’est tellement injuste. »

Le procès se poursuit jusqu’en décembre.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page