Chiara Ferragni divorce… de l’actionnaire minoritaire

Histoires

Serendipity, la société qui gère la marque de l’entrepreneur, a résilié le contrat avec le partenaire des Pouilles


C’est un affrontement entre Claire Ferragni et les actionnaires minoritaires de sa marque : Serendipity, la société qui gère la marque (valorisée à 36 millions d’euros) de l’entrepreneuse désormais réductrice à définir simplement comme une influenceuse, a décidé de rompre la relation de licence avec Pasquale Morgese, le Entrepreneur des Pouilles qui contrôle 27,5% de l’entreprise.

Tel que rapporté par République, lors d’une assemblée générale houleuse qui s’est tenue mi-juillet, le directeur Fabio Damato a expliqué que « les contrats étaient économiquement désavantageux et les redevances diminuaient considérablement », d’où les accords de production de chaussures et autres accessoires avec les sociétés morgaise ‘Mofra’ et ‘N1’ ont été résiliés moyennant le paiement d’une amende de 4 millions. Serendipity a donc décidé de confier les licences à Swinger International, la société vénitienne de Thomas Facchini et Sara Cavazza, propriétaire de la marque Genny, entre autres une solution — ont-ils expliqué — « capable de garantir un positionnement plus élevé de la marque ”.

L’entreprise de Chiara Ferragni vise la gestion directe du canal e-commerce

Chiara Ferragni aurait alors présenté un projet industriel qui viserait la « gestion directe du canal e-commerce » et l’entrée sur de nouveaux segments de marché, comme la lunetterie, la téléphonie, et surtout le maquillage, opération qui – elle explique toujours République – impliquant une augmentation de capital, elle risquerait de diluer fortement la participation de Morgese et d’ouvrir un dur contentieux judiciaire avec l’actionnaire minoritaire qui dans l’assemblée a déjà promis de soumettre « le comportement du conseil d’administration aux autorités judiciaires ».

Pasquale Morgese a succédé à l’ancien partenaire et ex-petit ami de Chiara Ferragni, Fabio Pozzoli, avec qui l’entrepreneur a mis fin à toute relation en 2018. Ses parts ont été vendues à Morgese avec qui, au fil du temps, de nouvelles questions se sont posées sur la gestion des entreprises qui pouvaient désormais être définitivement fermé.

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire