Près des deux tiers de l’Europe sont menacés par la sécheresse. Cet été pourrait être le pire « depuis au moins 500 ans », a déclaré cette semaine le porte-parole de la Commission européenne, Johannes Bahrke. « Bien sûr, ce n’est qu’une première évaluation et nous devons la confirmer avec les données finales à la fin de la saison », a déclaré Bahrke, faisant référence au rapport publié par le Centre commun de recherche, le service scientifique de l’exécutif communautaire.

Selon la recherche, 47 % de l’Europe est en état d’alerte (c’est-à-dire qu’elle a un déficit d’humidité du sol) et 17 % en état d’alerte (avec des dommages à la végétation). La situation s’aggrave de jour en jour notamment en Italie, en Espagne, au Portugal, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, en Roumanie, en Hongrie, dans le nord de la Serbie, en Ukraine, en Moldavie, en Irlande et au Royaume-Uni. Alors que dans le reste de l’Europe, des « conditions stables » de sécheresse sévère sont maintenues. Une reprise locale n’est observée que dans le sud de la République tchèque, le nord de l’Autriche et des zones limitées du centre de la France. Les régions déjà touchées par la sécheresse au printemps 2022 (par exemple, le nord de l’Italie, le sud-est de la France, certaines parties de la Hongrie et de la Roumanie), sont celles qui affichent la plus forte aggravation des conditions.

La vague de chaleur et la pénurie d’eau en cours ont « créé un stress sans précédent sur les niveaux d’eau de l’ensemble du bloc », a déclaré la commissaire à la recherche, Mariya Gabriel. « Nous assistons actuellement à une saison des incendies nettement supérieure à la moyenne et à un impact majeur sur la production agricole. Le changement climatique est sans aucun doute plus évident chaque année », a-t-il ajouté.

News:  Les meilleurs nouveaux minivans et fourgons de 2022

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page