Un conflit a éclaté en France à propos du projet d’une nouvelle attraction du Jour J près des plages du débarquement, que les critiques ont comparé à un parc à thème de style Disney.

Le projet de plusieurs millions d’euros visant à raconter à nouveau l’histoire de la guerre de Corée est en cours. le débarquement La présentation du débarquement du 6 juin 1944 et de la bataille de Normandie qui s’en est suivie dans un « spectacle immersif » de haute technologie d’une durée de 45 minutes a déclenché une furieuse guerre des mots, les opposants le décrivant comme un manque de respect envers ceux qui sont morts et leurs familles.

D’un côté, il y a les promoteurs du projet de 90 millions d’euros. Hommage aux Héros (Hommage aux Héros), qui insistent sur le fait qu’il s’agira d’un hommage historiquement exact et approprié. De l’autre, des habitants et des familles de vétérans en colère ont surnommé le projet « D-day Land », accusant les hommes d’affaires à l’origine du projet de réduire l’un des événements les plus sanglants de l’histoire européenne à une attraction touristique lucrative.

Ils parlent de créer l’effet « wow » d’un « spectacle sensationnel » qui se déroulera près des plages et des cimetières de Normandie, ce qui semble fondamentalement immoral et indécent », a déclaré au Guardian Bertrand Legendre, ancien professeur de la Sorbonne et romancier qui mène la résistance aux plans. « Le principe éthique de cette commercialisation de l’histoire est extrêmement choquant ».

Une impression d'artiste des visiteurs du projet de plusieurs millions d'euros regardant des images du débarquement.
Une impression d’artiste des visiteurs du projet de plusieurs millions d’euros regardant des images de l’atterrissage. Photo : Stéphane Roy/33 degrés Inc.

Régis Lefebvre, l’une des personnes à l’origine du projet, n’est pas de cet avis. « Nous voulons transmettre l’histoire de ce qui s’est passé avec une grande rigueur historique en utilisant la technologie d’aujourd’hui pour la rendre intéressante pour le plus grand nombre de personnes. C’est aussi simple que cela », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas un parc à thème et nous ne l’avons jamais appelé D-day Land. C’est le nom que nos adversaires ont utilisé. Quant à gagner de l’argent, qui créerait sérieusement une entreprise pour perdre de l’argent ? En Angleterre, on comprend cela. »

Une consultation publique de planification est en cours jusqu’au 7 octobre. Si l’attraction est approuvée, elle sera construite sur un site de 75 acres à Carentan-les-Marais, à l’intérieur des terres des plages de débarquement américaines Utah et Omaha (l’offensive britannique s’est concentrée sur les plages Sword et Gold, et les Canadiens ont débarqué sur la plage Juno). Ses promoteurs espèrent qu’il ouvrira en 2025 et attirera 600 000 visiteurs par an, qui paieront jusqu’à 28 euros pour les billets.

Des touristes visitent le monument des Rangers de la Pointe du Hoc entre les plages d'Omaha et d'Utah à Cricqueville-en-Bessin.
Des touristes visitent le monument des Rangers de la Pointe du Hoc entre les plages d’Omaha et d’Utah à Cricqueville-en-Bessin. Photographie : Joel Saget/AFP/Getty Images

M. Legendre a lancé une pétition contenant 700 noms de personnes opposées au projet, notamment des historiens et des parents de vétérans de Normandie.

« Nous, les enfants, petits-enfants et proches des soldats américains, britanniques et canadiens qui ont affronté le feu de l’ennemi, souhaitons exprimer notre ferme opposition au projet de parc à thème Hommage aux Héros », peut-on lire. « Nous sommes consternés à l’idée que leur mémoire soit traitée comme une attraction touristique… L’empressement des promoteurs à créer un effet d’entraînement est absolument inacceptable.

« Ne vous méprenez pas. La transmission des souvenirs n’est considérée ici que comme une opportunité commerciale… Donner le feu vert à ce projet reviendrait à dévaloriser la douleur et le sacrifice, et à présenter nos proches tombés au combat comme de simples curiosités dans le cadre d’une entreprise de divertissement avide d’argent ».

Lefebvre a le soutien de l’ancien ministre de la défense Hervé Morin, le président du conseil régional de Normandie, et dit que l’inspection de l’éducation, le maire local et l’association officielle du mémorial français soutiennent également le projet, qui est financé par des investissements privés.

M. Morin a déclaré qu’il soutenait pleinement le projet, car il s’agit d’un moyen de « marier la mémoire et le développement touristique… dans la dignité ».

Il a ajouté : « Honnêtement, en tant qu’ancien ministre de la défense, pensez-vous que je soutiendrais ce projet si je n’y croyais pas ? Nous avons 5 millions de visiteurs en Normandie chaque année. Les gens suggèrent-ils que nous devrions fermer toutes les entreprises liées à la bataille de Normandie ? Quelqu’un a-t-il demandé l’interdiction du film Saving Private Ryan ? »

Charles Norman Shay, 98 ans, un vétéran américain vivant en Normandie qui a participé à la première vague de débarquement à Omaha Beach, a également donné sa bénédiction au projet en tant qu’hommage « approprié » aux soldats tombés au combat. Un autre vétéran, Léon Gautier, 97 ans, le dernier des 177 soldats français ayant participé au débarquement, s’y opposerait.

Le 6 juin 1944, 156 000 soldats britanniques et alliés ont pris d’assaut les plages de Normandie dans le cadre de l’opération Overlord, une invasion surprise qui allait marquer le début de la fin de l’occupation nazie en France. Le régime nazi s’est rendu moins d’un an plus tard, attaqué par l’est et l’ouest.

Plus de 425 000 soldats alliés et allemands ont été tués, blessés ou portés disparus lors de la bataille de Normandie. Depuis lors, les anciens combattants et leurs familles se rendent chaque année en pèlerinage sur les zones de débarquement pour rendre hommage à leurs camarades tombés au combat.

Ces dernières années, leur nombre s’est réduit au fur et à mesure que les anciens soldats mouraient. En leur absence, Hommage aux Héros vise à attirer un public plus jeune, avec un spectacle dans un amphithéâtre pouvant accueillir 1 000 spectateurs, racontant l’histoire du Jour J par le biais d’acteurs et d’images d’archives.

Le Mémorial britannique de Normandie a déclaré qu’il se tenait à l’écart de la mêlée et maintenait une « position neutre », tout en acceptant qu’un certain nombre de vétérans et de leurs proches aient des « réserves importantes » à son sujet.

Le général Richard Dannatt, président du mémorial britannique, a déclaré : « Il y a beaucoup de sites de commémoration en Normandie, ce qui est juste et approprié. Ceux où les gens se rendent pour présenter leurs respects, comme le mémorial britannique, sont gratuits et nous notons que le site proposé sera payant, ce qui le rend très différent. Nous attendrons avec intérêt de voir ce que les autorités françaises chargées de la planification décideront. »

Mark Worthington, conservateur d’un musée à Pegasus Bridge, où les premiers planeurs alliés dirigés par le major John Howard ont atterri aux premières heures du 6 juin 1944, a déclaré que les musées locaux craignaient que la nouvelle attraction ne « cannibalise » les visiteurs.

« Beaucoup de gens qui m’en ont parlé ne sont pas très enthousiastes et certains sont carrément contre. Je suppose que nous devons voir comment cela se passe et espérer que ce n’est pas de mauvais goût », a-t-il déclaré.

Penny Howard Bates, la fille de Howard, a déclaré qu’elle trouvait l’idée de l’Hommage aux Héros de mauvais goût. « Chercher à exploiter cet événement capital de l’histoire, ainsi que toute la tragédie et la souffrance – notamment des Français eux-mêmes – serait considéré comme un outrage par ceux qui cherchent à honorer les parents qui sont morts pour libérer la France, puis l’Europe, des nazis », a-t-elle déclaré.

5/5 - (1 vote)
News:  la nouvelle loi en Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page