Au château de Guédelon, nous sommes en 1253 et le petit noble, Gilbert Courtenay, est parti combattre dans les croisades, laissant à sa femme la charge des ouvriers qui construisent la nouvelle demeure de la famille : un modeste château qui correspond à sa position sociale d’humble chevalier au service du roi Louis IX.

Ici, dans une clairière du nord de la Bourgogne, l’histoire se refait au son du ciseau contre la pierre et de la hache contre le bois, tandis que les artisans du XXIe siècle réapprennent et perfectionnent des techniques médiévales oubliées depuis longtemps.

Le projet Guédelon a été imaginé comme un exercice d' »archéologie expérimentale » il y a 25 ans. Au lieu de creuser vers le bas, il a été construit vers le haut, en utilisant uniquement les outils et les méthodes disponibles au Moyen Âge et, dans la mesure du possible, des matériaux d’origine locale. Aujourd’hui, par un coup du sort imprévu, Guédelon joue un rôle essentiel dans la restauration de la structure et de l’âme de la cathédrale Notre-Dame.

L’imposante cathédrale de Paris du XIIIe siècle, classée au patrimoine mondial de l’humanité, a été ravagée par un incendie en avril 2019, détruisant la structure complexe de son toit, appelée La Forêt en raison du grand nombre d’arbres utilisés pour sa construction. L’opinion générale était qu’il serait impossible de la reconstruire telle quelle.

« La charpente était extrêmement sophistiquée, faisant appel à des techniques avancées pour les 12e et 13e siècles », explique Frédéric Épaud, spécialiste du bois médiéval, à l’émission Observateur.

« Après l’incendie, beaucoup de gens disaient qu’il faudrait des milliers d’arbres, que nous n’avions pas assez des bons arbres, que le bois devrait être séché pendant des années et que personne ne savait comment produire des poutres comme au Moyen Âge. Ils disaient que c’était impossible.

News:  Qui est Bilal Hassani ?
Notre Dame en flammes en 2019.
Notre Dame s’embrase en 2019. Les espoirs reposent sur le savoir-faire de Guédelon pour restaurer son célèbre toit de La Fôret. Photo : Alexis Lopez/ZEPPELIN/SIP/REX/Shutterstock

« Mais nous savions que c’était possible car Guédelon le fait depuis des années ».

Un certain nombre d’entreprises soumissionnaires pour les travaux de Notre Dame ont déjà engagé des charpentiers formés à Guédelon, et d’autres devraient se frayer un chemin jusqu’à la clairière bourguignonne, située à 200 km de Paris sur l’autoroute du Soleil.

Il serait peut-être plus rapide et moins cher de faire sortir des poutres en bois d’une scierie – surtout avec la promesse du président français Emmanuel Macron de rouvrir la cathédrale ravagée en 2024 – mais vous ne trouverez personne à Guédelon qui pense que cela devrait être fait de cette façon.

Stéphane Boudy fait partie d’une petite équipe de charpentiers sur le site médiéval, où il travaille depuis 1999. Stéphane Boudy, 51 ans, a suivi une formation de boulanger, puis d’électricien, avant de découvrir sa vocation à Guédelon. Il explique comment le fait de tailler à la main chaque poutre – une seule pièce provenant d’un seul arbre – respecte le « cœur » du bois vert qui lui donne sa force et sa résistance.

« Nous avons 25 ans d’expérience dans la coupe, l’équarrissage et la taille du bois à la main », dit-il. « C’est ce que nous [have done] chaque jour pendant 25 ans. Il y a des gens en dehors d’ici qui peuvent le faire maintenant, mais je vous dis qu’ils sont tous venus ici pour apprendre comment faire. Si cet endroit n’existait pas, peut-être que les experts auraient dit : non, ce n’est pas possible de reproduire le toit de Notre Dame. Nous [have shown that] c’est possible.

« Ce n’est pas seulement de la nostalgie. Si le toit de Notre Dame a duré 800 ans, c’est grâce à cela. Il n’y a pas de cœur dans le bois de scierie », dit-il.

Maryline Martin est cofondatrice du projet Guédelon qui attire environ 300 000 visiteurs payants chaque année et a fait l’objet d’un reportage en 2014. série documentaire de la BBC, Les secrets du château. Elle explique que le forgeron du château a été chargé de fabriquer les haches qui couperont le bois de Notre-Dame, et que ses charpentiers sont censés former d’autres personnes pour travailler sur la cathédrale.

Les experts en menuiserie de Guédelon seront d'une aide précieuse pour la restauration du toit de Notre-Dame.
Les experts en menuiserie de Guédelon seront d’une aide précieuse pour restaurer le toit de Notre-Dame. Photographie : Guédelon

« C’est prestigieux pour nous que Notre Dame soit restaurée par ceux qui ont appris leur métier à Guédelon. Nous sommes une entreprise privée perdue dans notre forêt qui ne reçoit aucun argent public. Nous travaillons avec de nombreux organismes de recherche de l’Etat, mais certains nous ont pris pour un parc d’attraction », dit-elle.

« Maintenant, après 25 ans, nous sommes les seuls à comprendre et à pouvoir faire ce qui doit être fait, et ils découvrent que nous n’avons pas vendu notre âme au diable. Notre personnel travaillera sur Notre-Dame d’une manière ou d’une autre, mais pourquoi voudrions-nous aller à Paris ? Nous continuerons notre travail du XIIIe siècle ici ».

Florian Renucci, responsable du chantier de Guédelon et philosophe devenu maître maçon, a déjà été chargé de superviser la formation des artisans appelés à travailler sur Notre-Dame.

« Tout ce qu’on a entendu en boucle après l’incendie de Notre-Dame, c’est qu’il n’était pas possible de reconstruire le toit comme avant. Il n’y avait pas de bois, pas de savoir faire – c’était un argument utilisé par ceux qui voulaient se moderniser. Nous avons montré que c’était possible et que nous savions comment le faire », dit-il.

M. Épaud fait partie du comité scientifique de Guédelon et du comité qui supervise la reconstruction de Notre-Dame. Il est également membre du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’organisme national de recherche français. Pour lui, revenir en arrière pour construire l’avenir n’est pas une simple nostalgie.

« J’ai étudié la technique du XIIIe siècle pendant de nombreuses années et, si nous respectons la forme interne de l’arbre, les poutres dureront 800 ans. Guédelon est le seul endroit en France, et je crois en Europe, où l’on construit ce genre de charpente en bois. Tous ceux qui ne pensaient pas que c’était possible ne connaissaient pas Guédelon ».

Il ajoute : « Mais il ne faut pas se précipiter. L’insistance de Macron pour que la cathédrale soit ouverte d’ici 2024 est idiote. Nous parlons d’une cathédrale, nous ne sommes pas pressés et nous avons l’argent pour le faire de la bonne manière. Si nous nous précipitons, il y a un risque qu’elle [will] soit mal fait et que l’on rate quelque chose. Malheureusement, je crains que Macron ne comprenne pas cela. »

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page