Le gouvernement français va engager des poursuites judiciaires suite à un « cauchemar environnemental » causé par des vagues de minuscules billes de plastique échouant sur les côtes de la Bretagne.

Les boulettes blanches de la taille d’un grain de riz, surnommées « larmes de sirènes », apparaissent sur les plages de France et d’Espagne depuis un an. Elles proviendraient de conteneurs maritimes perdus dans l’océan Atlantique.

Des dizaines de volontaires se sont présentés ce week-end pour passer au crible le sable de Pornic, sur la côte nord-ouest de la France, afin de collecter certaines de ces billes, officiellement appelées granulés de plastique industriel (IPG), qui mesurent moins de 1,5 mm. Les militants écologistes admettent que c’est une tâche sans espoir.

« C’est plus symbolique qu’autre chose : je ne pense pas qu’on va ramasser tout le conteneur », a déclaré Annick, une retraitée qui avait rempli le fond d’un pot de yaourt de quelques dizaines de granulés.

Un autre habitant, Dominique, qui s’était déplacé pour aider, a déclaré : « Je voulais les ramasser mais c’est interminable. Il y en a trop ».

Granulés de plastique dans un tamis.
Les granulés de plastique industriels sont connus sous le nom de larmes de sirènes. Photographie : Loïc Venance/AFP/Getty Images

Lionel Cheylus, porte-parole de la Surfrider Foundation Europe, le groupe de campagne qui a organisé l’opération de nettoyage, a déclaré : « Ces boulettes sont souvent perdues [off the French coast] mais je n’en ai jamais connu d’aussi grave ». Surfrider estime que chaque année, environ 160 000 tonnes de ces billes sont perdues dans l’UE et 230 000 tonnes dans le monde.

Jean-François Grandsart, de Surfrider, a déclaré : « Les perles sont si petites que nous ne pouvons rien y faire. Nous pouvons essayer de les nettoyer à la main, mais ce n’est qu’une goutte dans l’océan ». Selon lui, le plastique se décompose en nanoparticules et est ingéré par les poissons, les huîtres et les moules, pour finir dans les assiettes des gens.

Jean-Michel Brard, le maire de Pornic, a déclaré qu’il avait déposé une plainte en justice avec deux autres maires de stations balnéaires touchées dans la région. Cependant, les responsables affirment qu’il est impossible d’identifier l’origine des perles.

Christophe Béchu, le ministre de la transition écologique, a déclaré que les granulés étaient un « cauchemar environnemental » et que le gouvernement allait également engager une action en justice « contre x ». [persons unknown]. « L’État est aux côtés des associations », a déclaré M. Béchu.

Le problème n’est pas récent. En 2018, le Coalition de Cornouailles contre la pollution plastique a tiré la sonnette d’alarme sur l’impact de ce qu’elle appelle la « pollution par les bio-billes » sur les cours d’eau, les plages, les mers et la faune locale.

Votez pour ce post
News:  Le gazoduc unique qui fait grimper les prix de l'énergie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page