La Russie a annoncé l’annexion des territoires volés à l’Ukraine après les référendums « farces » non reconnus par la communauté internationale. Les frontières des régions ne sont cependant pas claires, comme l’admet le Kremlin. Selon le porte-parole Dmitry Peskov, les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk font partie de la Russie à l’intérieur des frontières de 2014. Dans les régions de Kherson et de Zaporozhzhia, cependant, la question des frontières sera résolue au cours d’une nouvelle confrontation avec la population. . Interrogé par des journalistes, rapporte Interfax, Peskov ne défait pas les nœuds et ne peut pas dire où se situent les frontières des territoires ukrainiens récemment annexés.

« A Kherson et Zhaporzhzhia, nous continuerons à consulter la population » sur les frontières, a déclaré Peskov. A la question de savoir si les zones de ces régions qui sont sous le contrôle de Kiev sont considérées comme russes par le Kremlin, le porte-parole a répondu : « Je n’ai plus rien à ajouter maintenant ». Lorsqu’on lui a demandé comment la population aux frontières sera consultée, Peskov a déclaré qu’il ne pouvait pas répondre mais que tout dépendra de la volonté des habitants des territoires. Même la loi sur l’annexion des nouveaux territoires qui sera signée par le président russe Vladimir Poutine ne clarifiera pas les frontières : Peskov a déclaré qu’il pensait que « la formulation restera la même ».

Les responsables russes pourraient clarifier les frontières, au moins sur le papier, dans les prochains jours. Mais ils sont confrontés à un problème inhérent et insoluble : les forces ukrainiennes contrôlent toujours de grandes parties de Donetsk et de Zaporijia et certaines zones des oblasts de Lougansk et de Kherson, une réalité militaire qui ne devrait pas changer dans les mois à venir. Selon l’Institut pour l’étude de la guerre (ISW), « Poutine a probablement précipité l’annexion de ces territoires avant même de prendre des décisions administratives de base sur les frontières et la gouvernance. Les responsables russes n’ont donc pas défini de politiques ou de conditions claires pour une bonne administration ». Organiser la gouvernance car ces quatre oblasts annexés de force constitueraient un défi bureaucratique pour n’importe quel État après que les forces russes aient systématiquement tué, arrêté ou expulsé des responsables ukrainiens qui dirigeaient auparavant des administrations régionales.Mais l’incompétence bureaucratique démontrée par la tentative de mobilisation partielle d’hommes russes par le Kremlin suggère que Les bureaucrates russes auront également du mal à établir des structures gouvernementales sur une population résiliente et réticente dans la zone de guerre qu’est le territoire ukrainien occupé par la Russie. »

News:  Pourquoi la bataille de Kherson est si importante

Image paradoxale : la Russie ne contrôle totalement aucune des quatre régions annexées. Ce que dit Peskov a une valeur relative, en tout cas. Il suffit de penser à son refus catégorique de la mobilisation des réservistes : quelques jours plus tard, pourtant, la mobilisation était annoncée par Poutine. La crédibilité et le poids de Peskov sont de plus en plus relatifs et comprendre les vrais projets du Kremlin est presque impossible. La perte de Lyman, une ville de la région de Donetsk d’une grande importance stratégique, est la dernière gifle pour la Russie. Les forces de Kiev poursuivent leur action dans le Donbass et dans la région de Kherson et Kharkiv. Selon certains analystes militaires, Moscou a perdu 9% des territoires annexés vendredi dernier au cours des seules 72 dernières heures.

L’Union européenne formera jusqu’à 15 000 soldats ukrainiens, selon le journal allemand Le Spiegel. Les membres de l’UE ont convenu que jusqu’à 15 000 soldats ukrainiens pourront s’entraîner dans les pays de l’UE et que 3 000 d’entre eux recevront une formation à des tâches spéciales pour les commandants et d’autres spécialisations. Le programme devrait démarrer à la mi-octobre. Fin août, le ministre des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, avait demandé aux ministres de la Défense de l’UE de parvenir à un accord politique pour l’entraînement des troupes ukrainiennes.

Quelle serait la réponse militaire si Poutine utilisait des armes nucléaires

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page