Le Kremlin le nie, mais l’appauvrissement économique créé par les sanctions occidentales imposées à Moscou est impossible à nier. Alors que certains représentants de la politique italienne, comme Salvini, soulignent l’inefficacité des mesures punitives imposées à la Russie, un nouveau rapport fait la lumière sur l’état de l’économie russe.

Arrêter le gaz russe ? Pour l’instant, des impacts limités en Italie

Niveaux économiques d’avant-guerre seulement à la fin de la décennie

Moscou se dirige vers une récession longue et profonde. Il s’agit du résumé d’un document interne, rédigé à l’occasion d’une réunion à huis clos de hauts responsables russes le 30 août dernier, qui est entré en possession Bloomberg. La contraction de l’économie russe « s’accélérera l’année prochaine, avec le retour au niveau d’avant-guerre seulement à la fin de la décennie ou plus tard ».

La Russie pourrait donc faire face à une récession plus longue et plus profonde, selon le rapport qui Bloomberg a visionné. Le document met en lumière les effets des sanctions américaines et européennes qui pénalisent des secteurs sur lesquels la Russie s’appuie depuis des années pour alimenter son économie.

Les sanctions contre la Russie fonctionnent-elles ? Ce que disent les données américaines et européennes

Le rapport – qui est le résultat de mois de travail par des fonctionnaires et des experts essayant d’évaluer le véritable impact de l’isolement économique de la Russie en réponse à l’invasion de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine – dépeint beaucoup plus tristement ce que les fonctionnaires font normalement dans leurs déclarations publiques, où une contraction de moins de 3% est présentée pour cette année et encore moins en 2023.

News:  Un nouvel accord nucléaire avec l'Iran de plus en plus proche

Ce que dit le document

Le rapport interne sur l’économie russe se compose de trois scénarios. Le scénario « inertiel », qui voit l’économie toucher le fond l’année prochaine avec 8,3 % en dessous du niveau de 2021, tandis que le scénario « stress » prévoit un minimum en 2024 à 11,9 % en dessous du niveau de l’an dernier.

tableau bloomberg-2

Graphique Bloomberg

Tous les scénarios voient la « pression des sanctions s’intensifier et probablement d’autres pays les rejoindront avec l’Europe s’éloignant du pétrole et du gaz ». Outre les restrictions, qui portent sur environ un quart des importations et des exportations, le rapport détaille comment la Russie est désormais confrontée à un blocus qui « a touché pratiquement toutes les formes de transport », mettant un frein supplémentaire à la croissance de l’économie russe. Le rapport estime que jusqu’à 200 000 spécialistes de la technologie pourraient quitter la Russie d’ici 2025, la première prédiction officielle de la fuite croissante des cerveaux.

Le facteur gaz

Le rapport met en lumière les conséquences d’un arrêt de l’UE sur l’importation de gaz russe. Selon le document, une coupure complète du gaz en Europe, principal marché d’exportation de la Russie, pourrait coûter jusqu’à 400 milliards de roubles (6,6 milliards de dollars) par an en recettes fiscales perdues. Les données sonnent l’alarme : les responsables russes estiment qu’il sera pratiquement impossible de compenser le manque de ventes de gaz au Vieux Continent par de nouveaux marchés d’exportation, comme la Chine et l’Inde, même à moyen terme.

Un toit sur le gaz russe, mais uniquement pour l’Allemagne et (peut-être) l’Italie : l’idée de Bruxelles

Le rapport parle ensuite d’une série de mesures qui devraient être introduites pour freiner la récession et ramener l’économie aux niveaux d’avant-guerre en 2024. Car pour le moment, dit-il, les mesures introduites sont les mêmes que celles que le gouvernement de Moscou a adoptées. au cours de la dernière décennie, lorsque la croissance est restée essentiellement stagnante même sans sanctions.

News:  Coups de pied et gifles à sa fille de tennis de 14 ans : papa-entraîneur interpellé

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page