Si les élections européennes devaient avoir lieu demain, et non en 2024, probablement serait la deuxième force politique du Parlement européen. Mais plus que sur ce qui pourrait se passer dans deux ans, les yeux de Bruxelles et du reste du Vieux Continent sont braqués sur ce qui a émergé et sortira bientôt des urnes au niveau national. Le premier choc est venu de Suède, où un parti né parmi les mouvements néonazis a peu à peu changé de peau pour devenir l’épine dorsale d’une éventuelle majorité avec modérés et libéraux, dans un pays autrefois symbole de la social-démocratie hégémonique. Un préambule de ce qui est attendu en Italie, où les Frères d’Italie et la Lega pourraient conduire, d’un seul coup, les deux âmes de la nouvelle droite européenne à la tête de la troisième économie de l’UE.

Les deux âmes

Si Giorgia Meloni représente le parti conservateur européen, l’Ecr, dont elle est officiellement la leader, Matteo Salvini et la Lega sont la plus importante délégation, avec le Rassemblement national français, du groupe Identité et Démocratie au Parlement européen, souvent rebaptisé le souverain du groupe. Lequel travaille depuis un certain temps à la création d’un seul groupe politique européen de droite qui puisse conditionner le cadre historique des alliances dans l’UE et souder un potentiel bloc de centre-droit avec le PPE, le parti populaire orphelin d’Angela Merkel dont Orban a été expulsé.

Pour rendre attrayante l’idée de créer une seule force de droite européenne, il y a certainement les chiffres qui ressortent des derniers sondages et résultats électoraux. Selon les projections des sondages dans les 27 pays membres, ces conservateurs et souverains atteindraient aujourd’hui 132 députés aux urnes au total. Cela passerait à 150 avec le Fidesz.

L’avance

En Pologne, l’ECR, fondé et dirigé par les conservateurs britanniques jusqu’au Brexit, peut compter sur son parti le plus puissant à ce jour, le Pis de Jarosław Kaczynski, qui continue de dominer le paysage politique chez lui avec 36 % des voix. Dans ladite Suède, les Démocrates suédois, autres affiliés à l’Ecr, sont devenus le premier parti de centre-droit et le deuxième du pays, avec environ 21 % des préférences. Et vise désormais les postes clés du gouvernement, n’ayant toujours pas les moyens d’exprimer un Premier ministre en raison du passé néonazi pas trop lointain. En Espagne, Vox, autre membre de l’Ecr, est crédité de 15 %. En Belgique, les conservateurs de la N-Va, parti flamand à tendance indépendantiste, arrivent en tête des sondages avec 25 %, suivis du Vlaams Belang (21 %), les séparatistes durs et purs de Flandre, ainsi que des membres d’ID.

Dans la maison d’Id, alors, comment ne pas évoquer le Rassemblement national de Marine Le Pen, qui a récemment obtenu un résultat historique aux élections présidentielles et législatives, et qui ne cesse de grimper dans les indices de confiance des Français portés par la conjoncture économique. crise sociale et par celle des populaires, socialistes et libéraux par Emmanuel Macron. En Autriche, le Fpo, autre allié de Salvini et Le Pen, s’est depuis longtemps remis du scandale qui l’a submergé en raison des relations quelque peu opaques de ses dirigeants avec la Russie, et est désormais la deuxième force du pays, avec 22%, en constante augmentation ces derniers mois. L’Afd grandit aussi, l’ultra-droite allemande également affiliée à ID et accréditée de 13 % à l’échelle nationale.

Aux Pays-Bas, le Parti des libertés (PVV), autre membre de l’ID, se situe à 17 %, nettement devant les récentes élections de 2021 qui ont confirmé le libéral Mark Rutte dans un gouvernement de centre gauche. Même les Chrétiens unis (CU), affiliés à l’Ecr, ont presque doublé le consensus, obtenant une accréditation de 6 %. Mais le plus grand bouleversement politique est sans aucun doute le BBB, le parti des agriculteurs-citoyens, un mouvement de droite qui enregistrait il y a tout juste un an un maigre 1 % et qui est désormais la deuxième force du pays, selon les sondages avec 18 %. Grâce aux protestations qui cet été ont vu les agriculteurs comme protagonistes, même de manière violente, en raison de la décision du gouvernement d’imposer un durcissement aux fermes. Amsterdam veut réduire l’impact de l’élevage sur l’environnement, mais investit également massivement dans la recherche sur la viande synthétique. Des actions qui trouvent à Bruxelles les applaudissements des écologistes, et qui pourraient bientôt toucher aussi le reste de l’Europe.

News:  L'homme tué chez lui par son kangourou "domestique"

Le portrait-robot de la nouvelle droite

Ici, dans les tensions entre la stratégie de l’UE pour la transition écologique et les craintes de pans entiers de l’économie d’être coupés du progrès « vert », se trouve une première source de ciment entre les droites européennes. L’Ecr comme l’ID font partie des opposants les plus farouches à une accélération du Green deal à Bruxelles, que ce soit dans les domaines de l’énergie ou de l’agriculture. Les deux familles politiques peuvent compter sur le soutien de la Pologne, le pays qui a fondé son essor économique sur le charbon et qui n’entend pas s’en débarrasser de sitôt. Les Pis ont alors placé un homme de confiance, Janusz Wojciechowski, à la Commission européenne, obtenant le lourd portefeuille de l’Agriculture. Pas un hasard, Wojciechowski lui-même a immédiatement profité de la crise énergétique pour accorder des dérogations aux agriculteurs européens dans l’application de certaines nouvelles règles de la PAC, la politique agricole commune de l’UE, axée sur la transition verte. Recevoir les applaudissements aussi de morceaux du centre-gauche, pour être honnête.

Autre point de convergence des différents partis européens de droite, la lutte contre l’immigration, souvent menée à connotation xénophobe et raciste, et ciblant les communautés musulmanes. Les batailles contre l’Europe « qui ouvre ses portes aux migrants » sont parmi celles qui ont le plus fait grandir le consensus sur tout le Vieux Continent, mais ce sont aussi celles qui, du fait des divers « incidents » en cours de route, ont paralysé le pouvoir ruée de plusieurs dirigeants, empêchant le dialogue avec les modérés. C’est pourquoi, tenant fermement la barre de la lutte contre l’immigration clandestine, la nouvelle droite européenne a tenté ces dernières années de se défaire des accusations de racisme et de proximité avec les groupes néo-nazis et néo-fascistes. Un exemple en est les démocrates suédois, qui ont éliminé du parti les premiers représentants les plus proches de l’extrémisme et ont signé une charte contre le racisme.

Ensuite, il y a la question des droits, avec la défense de la famille traditionnelle et l’accusation contre les « pouvoirs forts » de Bruxelles de vouloir favoriser la dissolution de la société en favorisant l’avortement et les mariages LGBT+ (bien que les distinctions ne manquent pas, comme les démocrates suédois eux-mêmes, qui se sont dits favorables aux couples non mariés et au remboursement des frais de santé pour ceux qui veulent changer de sexe). Mais l’élément qui rapproche les partis Ecr et ID est sans doute l’euroscepticisme. Aucune des deux familles politiques ne revendique plus la menace de quitter l’Union européenne, mais toutes revendiquent la nécessité d’arrêter le processus d’intégration européenne, de réformer l’Union et d’affirmer la suprématie du droit national sur le droit communautaire.

Les divisions

Jusqu’à présent, les similitudes. Mais pourquoi les conservateurs et les souverains n’ont-ils pas encore uni leurs forces ? Les raisons sont différentes et concernent principalement des stratégies et des intérêts qui relèvent souvent de calculs politiques à l’intérieur plutôt que des grands enjeux européens. Par exemple, à Bruxelles, les divergences sur la politique étrangère ont pesé : s’il est un pays de l’UE où le sentiment anti-russe est quasi absolu, c’est bien la Pologne. Les conservateurs du PIS sont les plus fervents partisans du soutien de l’UE à l’Ukraine et des sanctions contre le Kremlin, et aimeraient un coup encore plus dur que Bruxelles contre Moscou. Une position très différente de celle tenue par Orban, à tel point qu’avec le conflit Varsovie et Budapest suspendent temporairement l’alliance de Visegrad (mais sans parvenir à une rupture définitive).

News:  La base russe de Sébastopol attaquée

Plus près d’Orban sur la Russie, au moins jusqu’à un passé récent, se trouvaient les dirigeants de l’ID, de Salvini à Le Pen. Mais même au sein de l’Ecr il y a une décote sur l’accusation de liens avec le Kremlin, comme les Autrichiens précités du Fpo. Mais il n’y a pas que Moscou qui divise la nouvelle droite européenne. Prenons l’économie par exemple : plus d’une fois, au Parlement européen, lorsqu’il a été question du pacte de stabilité ou de l’aide aux pays les plus touchés par la crise du Covid-19, les Allemands de l’Afd et le Pvv néerlandais se sont retrouvés sur des positions diamétralement opposées avec respect aux associés de l’ID d’Italie, c’est-à-dire la Ligue. Comme lorsque Jorg Meuthen s’est exprimé à la Chambre au nom de l’ID pour dire non au Fonds de relance avec l’argent de Berlin, car « la fortune moyenne d’un Allemand est inférieure à celle d’un Français, d’un Espagnol ou d’un Italien ».

Le laboratoire d’Italie

Après tout, lorsque les nationalismes sont évoqués en Europe, le risque est que les différents intérêts de la maison peinent à trouver une synthèse. Cela se produit aussi dans l’Ecr, par exemple, avec les démocrates suédois qui, chez eux, se disent opposés à de nouveaux efforts sur la transition écologique, arguant que Stockholm a déjà beaucoup fait, et maintenant c’est aux autres États de l’UE de faire un déplacer (lire Pologne). Ce sont ces divisions et d’autres qui ont jusqu’à présent empêché la nouvelle droite de peser dans la dynamique du bloc. Mais quelque chose est en train de changer. Avec le départ d’Angela Merkel, les populaires ont perdu non seulement un repère, mais aussi un ciment. De plus, à ce jour, ils n’ont pas de dirigeants parmi les gouvernements des principaux pays membres pour siéger au Conseil, où l’avenir du bloc est finalement décidé.

Bien que les sondages le considèrent toujours comme la première force en Europe, le PPE risque d’être dépassé par un éventuel groupe de droite unique au Parlement européen avec la tendance qui est enregistrée également grâce à la crise énergétique actuelle. D’où un premier objectif : maintenir les deux âmes séparées. Dans cette perspective, les contacts les plus fréquents des populaires sont avec les conservateurs. Contrairement à ID, l’Ecr a fait face à un chemin qui l’a conduit à des postes plus modérés et qui lui a déjà permis de surmonter le cordon médical qui à Strasbourg empêche encore Lega et associés d’obtenir des postes clés dans les commissions parlementaires. Une alliance gouvernementale entre les populaires et les conservateurs est déjà presque une réalité en Suède. Et bientôt ce pourrait être en Italie. Il n’est pas exclu que le Balpaese lui-même puisse se transformer en laboratoire. Pas tellement de la nouvelle droite. Mais du nouveau centre-droit européen. Tout dépendra si Meloni est le prochain Premier ministre. Et si du haut du Palazzo Chigi il préférait regarder le centre, ou les souverainistes les plus durs et les plus purs.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page