La carrière de Ricardo Rodriguez est dans un moment particulièrement heureux. Le Suisse, depuis maintenant deux ans, a trouvé sa dimension avec Ivan Juric, et porte depuis quelques mois le brassard de capitaine du Torino. Hier, il a également célébré ses 100 apparitions avec l’équipe nationale et a fait quelques déclarations au journal suisse 20 minutes. Ricardo Rodriguez a commencé par expliquer à quel point il était heureux des 100 apparitions sous le maillot de la Suisse : « Je suis très heureux et fier. Tout le monde ne peut pas le faire ».

Avec les Suisses, la prochaine étape est le Qatar : « La première chose qui me vient à l’esprit, c’est le premier match contre le Cameroun. C’est important de gagner ça. Nous avons un groupe difficile. J’aurais préféré d’autres adversaires parce qu’il y a quatre ans on avait le Brésil et la Serbie ». En équipe nationale, Rodriguez tient le rôle d’arrière gauche, contrairement à ce qu’il fait à Turin où il est employé comme central dans la défense à trois : « Quel rôle je préfère ? J’aime vraiment être défenseur central. Je me considère parmi les trois premiers bras de gauche en Italie. Mais cela ne veut pas dire qu’il a des problèmes à jouer en tant qu’arrière latéral ». De plus, au Toro, il y a un rôle inédit en jeu pour Rodriguez, celui de capitaine : « C’est un nouveau défi qui me fait du bien et dont j’aurais peut-être eu besoin. Je n’ai jamais été un joueur qui parle beaucoup. Maintenant, je dois être plus communicatif. Je représente les intérêts de l’équipe auprès de l’entraîneur ou donne des conseils aux jeunes joueurs ».

Ricardo Rodriguez a commencé par expliquer à quel point il était heureux des 100 apparitions sous le maillot de la Suisse : « Je suis très heureux et fier. Tout le monde ne peut pas le faire ». Avec les Suisses, la prochaine étape est le Qatar : « La première chose qui me vient à l’esprit, c’est le premier match contre le Cameroun. C’est important de gagner ça. Nous avons un groupe difficile. J’aurais préféré d’autres adversaires parce qu’il y a quatre ans on avait le Brésil et la Serbie ».

News:  Écouter Mauro : « Le Var introduit pour punir la Juventus. Les bianconeri ont remporté à juste titre leurs titres de champion "

En équipe nationale, Rodriguez tient le rôle d’arrière gauche, contrairement à ce qu’il fait à Turin où il est employé comme central dans la défense à trois : « Quel rôle je préfère ? J’aime vraiment être défenseur central. Je me considère parmi les trois premiers bras de gauche en Italie. Mais cela ne veut pas dire qu’il a des problèmes à jouer en tant qu’arrière latéral ». De plus, au Toro, il y a un rôle inédit en jeu pour Rodriguez, celui de capitaine : « C’est un nouveau défi qui me fait du bien et dont j’aurais peut-être eu besoin. Je n’ai jamais été un joueur qui parle beaucoup. Maintenant, je dois être plus communicatif. Je représente les intérêts de l’équipe auprès de l’entraîneur ou donne des conseils aux jeunes joueurs ».

La relation avec le Torino s’est solidifiée au fil des années : « C’est un club de tradition absolue et actuellement d’un bon niveau, comparable à l’Atalanta ou la Fiorentina. Il y a eu des moments où l’équipe nationale italienne était presque entièrement composée de joueurs de Turin. La Serie A est une ligue intéressante, pas seulement les 3 meilleurs clubs ». Parmi ceux-ci dans la dernière décennie la Juventus est souvent revenue, avec laquelle le derby est toujours incandescent : « Si à Turin tu supportes la Juventus ou Toro ? Dans le monde c’est la Juventus, la ville appartient à Turin. Il y a beaucoup de passion et les fans s’attendent à ce que vous portiez le maillot avec fierté. Vous pouvez le sentir à chaque coin de rue ».

News:  Sky Sport révèle : "L'Inter n'avait pas été informé du communiqué de presse de la Fiorentina après un appel téléphonique"

Et sur le manque de buts : « Je ne suis plus aussi dangereux (rires) qu’avant. Maintenant je suis central, mon boulot n’est pas d’encaisser de but en défense ». Mais un avenir en rose pour Toro n’allait pas de soi pour Rodriguez, qui a avoué qu’il avait pensé quitter l’équipe et repartir ailleurs avant que Juric ne le relance : « Dans la deuxième partie de la saison 2021 avant les Championnats d’Europe, le L’entraîneur de l’époque (Davide Nicola, ndlr) ne m’a pas considéré, comme je l’avais imaginé. Puis vint Ivan Juric. Nous avons eu des discussions longues et intenses. Je suis resté et je suis maintenant capitaine. L’avenir? Je l’ai dit plusieurs fois : jouer en Espagne est un de mes rêves. J’aime le football là-bas. Peut-être que cela se réalisera. A 30 ans, je suis dans la fleur de l’âge et je veux jouer le plus longtemps possible. Maintenant, nous lançons également l’Académie Rodriguez et des dizaines d’enfants se sont déjà inscrits. Ce serait certainement quelque chose pour l’avenir : redonner quelque chose à la Suisse et aussi aux enfants moins favorisés ». Il le ramène Actualités Toro

L’APPEL INUTILE DE NICO GONZALEZ AVEC L’ARGENTINE

La convocation insensée de Nico Gonzalez. L’Argentine l’a envoyé dans les tribunes lors des deux matchs

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page