Recommencer après le KO face à la Fiorentina. Spezia revient sur le terrain et le fait là où il a vécu l’une des nuits les plus magiques de son histoire, à San Siro contre Milan. A la veille du défi, il a parlé Luca Gottice sont ses paroles enregistrées par TMW

Êtes-vous plus heureux qu’une Spezia qui encaisse des buts en essayant de gagner, ou plus désolé pour le KO ?
« Je ne suis pas prêt à revoir la mentalité, mais je suis désolé. Je n’ai pas encore absorbé le dernier match contre la Fiorentina, mais je garde l’envie qui a duré tout le match : l’esprit et cette façon de vouloir l’affronter et il faut avoir une meilleure lecture des moments ».

Y a-t-il des séquelles après la défaite face à la Fiorentina ?
« Quand vous perdez, vous n’y êtes pas habitué. Tu es malade, je suis malade et les joueurs sont malades. Les jours de chaleur suivants sont des jours où il faut renouer des fils qui ont fondu et où il faut réparer quelque chose, faire face à des maux. Vous préparez ces trois matchs en huit jours, en vous concentrant sur le fait que notre championnat est composé de ces trois matchs, sans penser à autre chose ».

Qui a plus à perdre demain ?
«Je ne vois pas les jeux en général comme quelqu’un qui a quelque chose à perdre. Chaque match est une opportunité, on connaît le degré de difficulté des matchs de Serie A, où rien n’est acquis. Nous savons à quel point Milan est fort, le titre qu’ils ont sur leur maillot en témoigne ».

News:  "Ce n'est pas un endroit pour toi"

Il y a une Spezia al Picco et une Spezia loin du Pic. Comment cela peut-il être changé ?
« Le public sera là demain, mais il y aura quatre-vingt mille autres. Ce sont certes les résultats et les buts marqués, mais si je regarde l’attitude de Monza, ou celle face à Salernitana, il y a une attitude pour les occasions créées. Ensuite le match prend des directions différentes, alors que les autres matches se jouent contre des équipes de haut niveau, comme Milan demain soir ».

Est-ce que Strelec comprend l’intensité du football italien ?
«Il est entré et a eu un impact, il a eu une bonne chance où Terracciano a fait un bel arrêt. Il a des qualités, ma tâche, avec les siennes, est de lui donner une continuité ».

Au vu des trois matchs en huit jours, pensez-vous pouvoir changer quelque chose ?
« C’est une hypothèse. Mon idée et le concept que je veux nous guider sont les caractéristiques des matchs et les caractéristiques de mes joueurs. Je veux utiliser le plus possible l’effectif pour faire en sorte qu’on ait notre plus haut niveau dans tous les matches ».

Le groupe a-t-il bien assimilé sa philosophie ?
« J’espère fortement qu’il y a une grande marge d’amélioration. Je ne sais pas s’il a vu le match des champions de l’AC Milan, où Salzbourg s’est présenté avec une moyenne d’âge de 21 ans et demi, premier du classement en Autriche. Vous jouez à un jeu avec deux équipes avec des références d’humain à humain, sur tout le terrain, et vous ne pouvez pas comprendre quel est le système de jeu. Il y a des concepts, mais on ne peut pas dire quel est le système, comment ils attaquent et comment ils défendent. Et c’est la direction du football européen, où les tactiques changent. La Serie A évolue également, les caractéristiques physiques des joueurs évoluent, avec plus d’intensité. Contre la Fiorentina, nous n’avions pas non plus de système de jeu, mais il y a les principes avec lesquels vous préparez le match. De ce point de vue là, je dis qu’on s’est forcément amélioré mais on a un chemin qui doit dire mettre la prochaine rangée de briques une fois la première s’est installée. Il y a beaucoup de marges d’amélioration ».

News:  "A la Fiorentina, j'étais plus fort que Vlahovic mais l'italien ne m'a pas laissé jouer"

LE COMMENTAIRE DE BENOÎT FERRARE

Ferrara: « Victoire contre Dopolavoro Riga. Le groupe ressemblait trop à un tournoi d’entreprise »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Retour haut de page