Le président français Emmanuel Macron a provoqué de vives réactions de déception de la part de l’Ukraine pour avoir proposé d’offrir des garanties à la Russie si elle acceptait de s’asseoir à la table des négociations. L’ouverture d’une négociation pour mettre fin à la guerre, a déclaré Macron dans une interview à la chaîne de télévision française TF1, doit être préparée en réfléchissant « à la manière de donner des garanties à la Russie le jour où elle reviendra à la table des négociations ».

« Cela veut dire que l’un des points essentiels que nous devons aborder, comme l’a toujours dit le président Poutine, c’est la crainte que l’Otan approche de ses portes et le déploiement d’armes qui pourraient menacer la Russie », a ajouté le chef de l’Elysée. Mais ses propos ont enflammé le ton à Kiev, des sources au sein du gouvernement ukrainien rejetant complètement la proposition de Macron de répondre aux demandes de Moscou.

Oleksiy Danilov, secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense d’Ukraine, a répondu durement aux propos de Macron en déclarant que seule une Russie « déminéralisée et démilitarisée » pouvait garantir la paix non seulement en Ukraine, mais aussi dans le reste du monde. . « Quelqu’un veut-il fournir des garanties de sécurité à un État terroriste et meurtrier ? », a écrit Danilov sur Twitter.

Une réaction dans la lignée de celle de Mykhailo Podolyak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a déclaré que le monde entier a besoin de garanties de sécurité de la part de la Russie et non l’inverse. « Le monde civilisé a besoin de ‘garanties de sécurité’ contre les intentions barbares de la Russie post-Poutine », a averti Podolyak.

News:  Toutes les traditions ne sont pas bonnes" : les accidents mortels creusent le fossé entre les Français et les chasseurs | France

Pourquoi la gaffe de von der Leyen sur les soldats ukrainiens morts exaspère Kiev

La colère de Kiev face aux paroles de Macron est également évidente dans la réaction de David Arakhamia, député du parti de Zelensky et membre de l’équipe de négociation de l’Ukraine avec la Russie. Pour que des négociations de paix soient ouvertes, a déclaré Arakhamia sur Telegram, la Russie doit « quitter le territoire de notre pays, payer des réparations, punir tous les criminels de guerre et rendre volontairement les armes nucléaires ». « Après cela, nous serons prêts à nous asseoir à la table des négociations et à parler des garanties de sécurité », a ajouté l’exposant de la majorité parlementaire ukrainienne.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page