Le journalisme en deuil de la mort de Mario Sconcerti. Né à Florence en 1948, il était hospitalisé depuis quelques jours et son état s’est soudainement aggravé. Élevé dans le monde du sport grâce à son père Adriano, avocat de la boxe, il avait également été directeur adjoint de la Gazzetta dello Sport, en 1987, et était encore chroniqueur et première signature du Corriere della Sera. Il a commencé sa carrière de journaliste au Corriere dello Sport de Florence, puis à Milan et enfin à Rome. Son premier amour avait été le cyclisme puis, s’installant en Repubblica en 1978, il avait créé les pages sportives du journal romain. En 1992, il est appelé à diriger le Secolo XIX à Gênes et de 1995 à 2000, il dirige le Corriere dello Sport, son premier journal. Au cours de sa carrière, il a également été directeur général de la Fiorentina.

Parallèlement à son activité de journaliste et à ses collaborations comme commentateur télévisé sur Rai et Sky, sa production littéraire est très prolifique : « Avec Moser de Paris à Roubaix » (1978), « Histoire des idées du football » (2009), « Le football des rich » (2012) et « Storia del gol » (2015) dans le domaine sportif. En 2003, il a écrit le roman « Si Dieu se trompe » et « L’aube de Rome à réécrire » 2011. Cela a été rapporté par le Gazzetta dello Sport

FREY SE SOUVIENT DE MIHAJLOVIC

Frey dit à Mihajlovic : « Après l’entraînement, nous sommes toujours restés sur le terrain, il a dû me donner des coups francs »

Votez pour ce post
News:  Le rachat de Barak devient obligatoire pour la Fiorentina s'il joue 55% des matchs pendant au moins 45 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page