Le Maroc réalise un autre exploit, après la victoire sur l’Espagne, et écrit l’histoire du football africain. Le but d’En-Nesyri en première mi-temps a permis à l’équipe nord-africaine de remporter la victoire et l’élimination contre le Portugal pour devenir la première équipe du continent arabe et noir à se qualifier pour les demi-finales de l’histoire de la Coupe du monde. En revanche, l’équipe lusitanienne rentre chez elle et après le brillant huitième face à la Suisse ne parvient pas à mettre à mal la défense marocaine.

Le scénario du match est celui attendu, le Portugal dribble à la recherche de la poche et le Maroc défend de manière compacte puis repart. Les premières occasions viennent sur coup de pied arrêté avec Joao Félix d’un côté qui dirige Bounou vers un arrêt en plongeon et En-Nesyri qui rate le but dans l’élaboration d’un corner, mais il y a deux feux au milieu de la possession stérile du Lusitaniens qu’ils parviennent à démolir le fort érigé par l’équipe de Regragui. L’équipe de Santos a donc dû s’appuyer sur de nombreux ballons longs pour tenter de surprendre un Maroc prudent et compact, qui a su repartir dangereusement en exploitant les chaînes sur les deux couloirs latéraux. C’est presque une partie d’échecs entre les deux entraîneurs avec le Portugal cherchant des coups pour saper le système de jeu marocain, abaisser le centre de gravité ou chercher un changeur de jeu, et les Nord-Africains répondant coup pour coup.

Le Maroc s’est montré plus incisif que le Portugal en finale et a ainsi pris l’avantage. Beau jeu d’Ounahi au milieu de terrain, ballon à Attiat-Allah qui centre un beau ballon au milieu pour la tête de l’avant-centre En-Nesyri qui anticipe une sortie maladroite de Diogo Costa, domine Ruben Dias et marque le but qui débloque la course en faisant exploser le stade. La réponse des Lusitaniens est immédiate avec une volée depuis une position très difficile de Bruno Fernandes qui dépasse Bounou mais touche la barre transversale. Le match se réchauffe avec le Portugal réclamant un penalty pour une touche légère dans la surface par Hakimi sur le même numéro 8 lusitanien et le Maroc doublant presque l’avance sur la contre-attaque avec Attiat-Allah qui tire mal à côté.

News:  La Fiorentina ne voit pas la porte : plus de 150 tirs, mais seulement 7 buts en Serie A. Moyenne de buts depuis la zone de relégation

Le Maroc pousse également en seconde période et passe tout près de doubler un coup franc : un tir croisé au premier poteau de Ziyech sur lequel plusieurs coéquipiers manquent à l’appel avec Diogo Costa qui repousse instinctivement au risque d’un nouveau bordel. Santos décide qu’il est temps de changer et appelle Cristiano Ronaldo du banc pour essayer de combler le déficit alors que nous sommes à 50 minutes. Le Maroc, en revanche, a également perdu Saiss sur blessure et son remplaçant Dari est parti du mauvais pied, laissant Ramos tranquille pour diriger au milieu de la surface, mais heureusement pour lui, le tir est passé à côté.

Le Portugal a assailli la surface adverse, mais n’a pas produit beaucoup plus qu’un tir de Bernardo Silva qui est monté haut, du moins pendant de longues minutes avec la défense nord-africaine souffrante, mais tenant. Seuls les tirs de l’extérieur inquiètent le Maroc comme à la 83e minute quand Joao Félix tente une frappe que Bounou lève au-dessus du plongeon de la barre transversale. Le Maroc ferme en un éclair de mémoire rocchiana (au sens de Nereo Rocco) avec tout le staff pour protéger la surface puis tenter de déclencher la contre-attaque en remportant des fautes qui laissent respirer l’équipe. Ronaldo tente également à la 90e minute, mais Bounou est très attentif et bloque également cette tentative en deux temps. En finale, le Maroc souffre également de l’expulsion de Cheddira, deux cartons jaunes naïfs en cinq minutes, mais risque aussi de le refermer sur une contre-attaque non mise en œuvre par Aboukhlal qui cherche un lob en tête-à-tête avec le gardien adverse. Il le ramène Prolongation TMW

News:  "C'est moi qui voulais acheter Nico Gonzalez à Stuttgart. Je l'aide"

MESSI ÉCRIT À BATISTUTA

Messi écrit à Batistuta : « Un grand honneur d’être à votre niveau. Le nom ne compte pas, l’Argentine compte »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page