Les garde-côtes suédois ont découvert une nouvelle fuite de gaz des gazoducs NordStream en mer Baltique, portant à quatre le nombre total de pertes, deux dans la zone économique suédoise et deux dans la zone économique norvégienne. L’unité de renseignement de la police suédoise (Saepo) s’est chargée d’enquêter sur les fuites de gaz et n’a pas exclu la possibilité qu’il y ait une « puissance étrangère » derrière le prétendu sabotage.

Selon des informations du journal suédois Aftonbladet, le sismologue Barn Lund de l’Université d’Uppsala n’exclut pas qu’une autre explosion se soit produite dans la région. L’institut avait précédemment signalé mardi que deux explosions avaient été enregistrées près des fuites, la première à 2 h 03 lundi soir, s’est produite près de la fuite Nord Stream 2, au sud-est de Bornholm. La deuxième explosion s’est produite près des deux fuites sur Nord Stream 1 près de Simrishamn, enregistrée lundi à 19h04 et d’une magnitude de 2,3 sur l’échelle de Richter, plus de cinq fois plus puissante que la première.

Sabotage à Nord Stream, quelles sont les hypothèses sur ce qui s’est passé

Les deux pertes côté suédois se situent dans la même zone à une distance d’un mille nautique (1,8 kilomètre), et la perte côté danois est quant à elle distante de 2,6 milles (4,6 kilomètres). La Suède a jusqu’à présent signalé une fuite sur Nord Stream 1 au nord-est de l’île de Bornholm. Le Danemark a confirmé la présence d’une fuite sur Nord Stream 2 au sud-est de l’île et d’une autre au nord-est sur Nord Stream 1. Les fuites importantes provoquent d’importantes bulles marines à des centaines de mètres au-dessus de la surface, causées par le déversement de méthane, ce qui rend impossible pour le moment l’inspection des installations, ont indiqué les autorités. Un navire des garde-côtes suédois spécialisé dans la dépollution se trouve dans la zone avec un véhicule sous-marin télécommandé, tout comme des navires danois. « Selon l’équipage, le flux de gaz visible à la surface est toujours constant », a écrit l’autorité.

News:  Comment le gouvernement Meloni pourrait-il se comporter avec la Chine

Pour le moment, ils ne sont pas opérationnels car la Russie a suspendu les flux de Nord Stream 1, blâmant les difficultés techniques causées par les sanctions occidentales (alors que l’UE soutient qu’il s’agit de représailles contre les sanctions elles-mêmes). Le Nord Stream 2, en revanche, n’a jamais été mis en service, l’Allemagne ayant suspendu son inauguration quelques jours avant l’invasion de l’Ukraine. Cependant, il y a encore de grandes quantités de gaz à l’intérieur

L’Union européenne soupçonne un sabotage derrière les fuites sur les pipelines sous-marins russes vers l’Europe et a promis une réponse « ferme » à toute perturbation intentionnelle de ses infrastructures énergétiques. L’OTAN a également dénoncé des actes de sabotage « délibérés, imprudents et irresponsables ». « Nous nous engageons à dissuader, à nous protéger et à nous défendre contre l’utilisation coercitive du levier énergétique ou de tout autre dispositif hybride par des acteurs étatiques ou non étatiques », ont déclaré les 30 membres de l’Alliance dans un communiqué, dans lequel ils promettent que  » toute attaque délibérée contre les infrastructures critiques des pays de l’Alliance ferait l’objet d’une réponse unie et déterminée ».

La principale cible des suspects était la Russie de Vladimir Poutine, qui a pourtant contre-attaqué en accusant les États-Unis de Joe Biden et en obtenant la convocation d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. Les accidents des gazoducs Nord Stream semblent être « un acte terroriste, probablement d’un pays étranger », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, cité par Interfax. Peskov a également commenté les articles de presse qui parlaient de la présence de troupes russes dans la zone de l’incident : « Ce sont des nouvelles déformées, beaucoup plus de troupes de l’OTAN ont été vues dans la région. Les pipelines qui ont causé des pertes au large des côtes du Danemark et de la Suède se sont produits dans un territoire « entièrement sous le contrôle » des agences de renseignement américaines.La porte-parole du ministère, Maria Zakharova, a déclaré que Washington avait « un contrôle total » sur les eaux autour des deux nations.

News:  Le chef de la diplomatie de l'UE qualifie le reste du monde de "jungle": les Émirats arabes convoquent l'ambassadeur

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page