Aux yeux des Occidentaux, le Congrès du Parti communiste chinois est perçu comme un moment politique entouré de mystère. Et même les Chinois observent avec curiosité ce qui se passe à l’intérieur de la salle de contrôle du Grand Palais du Peuple à Pékin.

La nomination politique la plus importante

Tous les cinq ans, entre octobre et novembre, démarre l’événement politique chinois le plus attendu – cette année, la date de début est le 16 octobre 2022 – au cours de laquelle 2 300 délégués de chaque province du pays se réunissent pour sélectionner les dirigeants qui dirigeront le Parti, ainsi que d’établir quelles seront les politiques économiques et étrangères pour les cinq prochaines années. Le poids que la nouvelle classe dirigeante chinoise portera sur ses épaules est énorme. Les hauts responsables savent qu’ils doivent représenter 90 millions de membres dans ce qui est le plus grand et le plus ancien parti communiste au monde, avec ses 101 ans d’existence.

En l’absence d’élections générales, le Congrès du PCC est le seul système permettant un remplacement de la direction du pays. Mais le XX Congrès, celui de 2022, ressemble à un unicum dans l’histoire des nominations politiques chinoises. Depuis que le PCC a pris les rênes du pouvoir en 1949, la Chine a connu des moments de bouleversements sociaux et culturels avant de renaître de ses cendres et de devenir la puissance économique et technologique que nous connaissons tous aujourd’hui. Représentant l’essor de la Chine au XXIe siècle, le président Xi Jinping, le prince « rouge » – ainsi défini parce qu’il était le fils d’un ancien haut responsable du PCC -, a construit sa figure dans un pays marqué par de profondes mutations politiques. Mais il en a aussi déterminé d’autres.

Xi, qui occupait le poste de secrétaire du Parti depuis 2012, celui de président de la République populaire de Chine depuis 2013 et celui de président de la Commission militaire centrale, a en effet défini un point de rupture dans la coutume qui s’est imposée en post -ère Chine. -Mao. A la fin de l’intermède tragique de la Révolution culturelle, Deng Xiaoping décide d’autoriser ceux qui gouvernent à le faire pour un maximum de dix ans, puis deux mandats consécutifs de Secrétaire général. Le « petit timonier » Deng ne voulait pas répéter les excès atteints avec Mao Zedong, qui avait canalisé tout le pouvoir entre ses mains.

News:  plus d'un millier de morts et de villages détruits

Pour cette raison, l’actuel dirigeant chinois devrait céder sa place à un successeur, en raison des limites des deux mandats et de l’arrivée de l’âge. Mais le changement se produit lors de ce Congrès. En toute certitude, Xi, qui a 69 ans, consolidera encore son pouvoir après avoir dirigé le Parti pendant deux mandats de cinq ans chacun. Le XX Congrès entrera en effet dans les livres d’histoire car il confère un troisième mandat au dirigeant chinois désormais incontesté, Xi Jinping. Pas une décision inattendue. En fait, en mars 2018, l’Assemblée populaire nationale chinoise (qui exerce les fonctions de Parlement) a approuvé un amendement à la Constitution visant à abolir la limite de deux mandats. De cette façon, Xi Jinping a ouvert la voie au pouvoir « à vie ».

Consultations et rendez-vous privés

Les mécanismes de sélection et de nomination du Secrétaire du PCC lors du Congrès sont complexes et suivent une structure pyramidale et hiérarchique. Commençons par le bas. Participent aux travaux de la nomination quinquennale, comme mentionné, 2 300 membres, sélectionnés dans les branches provinciales du PCC, qui à leur tour devront choisir plus de 200 membres du Comité central, la « plus haute autorité » du la fête. En vertu des pouvoirs accordés par la Constitution, le Comité central a alors pour tâche de désigner qui fera partie de la direction exécutive, du Politburo et du Comité permanent du Politburo.

L’actuel Politburo, ou bureau politique, compte 25 membres parmi lesquels sont ensuite sélectionnés les sept responsables les plus importants du Parti, qui font partie du Comité permanent du Politburo : ce dernier, le plus important, représente le pouvoir exécutif restreint auquel appartient le secrétaire général. appartient et par lequel le PCC gouverne la Chine. Le processus de sélection des secrétaires se fait ensuite en privé, généralement par le biais de consultations entre les membres du Politburo et le Comité permanent du PCC.

News:  Les mercenaires de Wagner publient une vidéo de l'exécution d'un soldat traître

Que se passera-t-il après le 20e Congrès ?

À quoi peut-on s’attendre lors de ce 20ème Congrès ? La composition de la nouvelle équipe politique chinoise démontre la force de l’influence de Xi dans les organes du pouvoir. A cette occasion, Xi, par le biais de consultations privées, a créé l’équipe d’alliés fidèles qui soutiendront ses idées sur la politique étrangère et l’économie.

Cependant, certains membres du Politburo et du Comité permanent, comme le Premier ministre Li Keqiang, ont dépassé la limite d’âge de 68 ans – la limite conventionnelle fixée par l’ancien président Jiang Zemin au-delà de laquelle les membres du PCC prennent leur retraite – et le remaniement de l’exécutif sera l’expression des jeux de force des différentes factions au sein du PCC. Arrivé au pouvoir en 2012, Xi a lancé une vaste campagne anti-corruption pour écarter de la scène politique ses rivaux qui auraient pu remettre en cause ses actions. En fait, au cours des dix dernières années, des centaines de responsables, choisis par les prédécesseurs de Xi, ont été accusés de corruption et condamnés à la réclusion à perpétuité.

L’actuel président Xi continuera à diriger la Chine de manière presque incontestée, se retrouvant à la tête d’un pays qui fait face à divers défis, tels que la crise économique et le choc géopolitique avec les États-Unis. Mais le président chinois le fera en promouvant de nouveaux slogans, dans lesquels le « noyau » du Parti ne sera qu’un seul : Xi Jinping.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page