Il avait retiré 20 euros d’essence dans une station-service, mais aurait pris la fuite sans payer. Un vol mineur, encore à déterminer, mais suffisant pour qu’un policier le poursuive et lui tire dessus, le blessant à la tête. À présent, Kostas Frangoulis, un jeune de 16 ans membre de la communauté rom de Thessalonique, en Grèce, lutte entre la vie et la mort. En dehors de l’hôpital, mais aussi à Athènes et dans d’autres villes du pays, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre la brutalité des forces de sécurité grecques. Au nom de Kostas, mais aussi d’Alexis Grigoropoulos, l’étudiant tué il y a exactement 14 ans par la police dans des circonstances controversées.

Les manifestations ont été pour la plupart pacifiques, mais il y a aussi eu de violents affrontements avec des policiers en tenue anti-émeute, qui ont réagi avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Après tout, le souvenir de ce qui s’est passé après la mort de Grigoropoulos est toujours vivant : pendant des jours, des étudiants de tout le pays ont envahi les rues, et le gouvernement (alors dirigé comme aujourd’hui par le centre-droit) s’est retrouvé à gérer le risque que le mouvement de protestation dégénéré, rejoignant ceux pour les conditions économiques désastreuses de la Grèce.

Un risque qui ne semble pas se concrétiser aujourd’hui. Mais il n’en demeure pas moins que la police grecque est toujours sous le feu des critiques pour ses méthodes. Selon ce qui est apparu jusqu’à présent, le tireur était un officier de 34 ans, qui a reconnu avoir utilisé son arme de service tout en poursuivant le jeune homme. Un communiqué de la police a indiqué qu’avant la fusillade, le jeune de 16 ans avait tenté de « percuter des motos de police » et « effectué à plusieurs reprises des manœuvres dangereuses ». Ma i manifestanti e diversi esponenti politici, come il partito di sinistra Syriza, ritengono che si tratti di un caso di razzismo: Kostas è stato preso di mira perché Rom. Nel 2021, un altro giovane rom era stato ucciso durante un inseguimento delle forze dell ‘commande. « L’histoire se répète non pas comme une farce mais comme une tragédie à cause de l’immunité dont jouit la police », a déclaré Syriza dans un communiqué. Le gouvernement, de son côté, vient d’annoncer une prime de 600 euros pour la police.

News:  Attaque de Schlein, la piste des anarchistes qui mène à "libérer Alfredo"

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page