Concentrez-vous sur la réduction de la demande d’électricité pendant les heures de pointe de consommation pour éviter la surcharge du réseau. Mais aussi de demander aux énergéticiens qui ont engrangé des profits supplémentaires grâce au prix record du gaz de faire leur part en finançant des aides aux familles et aux entreprises en difficulté. C’est la stratégie de l’UE pour faire face aux factures élevées approuvées aujourd’hui par les ministres de l’énergie des pays membres. Si l’accord sur toute hypothèse de plafonnement généralisé du prix du gaz est encore loinles ministres ont donné leur feu vert aux mesures extraordinaires destinées à éviter une crise encore plus aiguë que celle en cours.

Le mécanisme de réduction de la demande d’électricité convenu par les ministres laissera une large marge d’action aux gouvernements nationaux, mais comprend un minimum obligatoire de réductions de consommation pendant les heures de pointe. En effet, chaque État devra réduire la consommation d’électricité dans l’UE d’au moins 5 % aux heures de pointe. Les heures auxquelles la coupure devra être effectuée seront fixées par les États membres eux-mêmes, qui auront pour tâche d’identifier les tranches horaires égales à 10 % de la journée entière au cours desquelles le pic de la demande d’électricité sera atteint entre le 1 Décembre 2022 et 31 mars 2023. À ces moments-là, les pays sont appelés à réduire la demande d’électricité avec les mesures que les gouvernements individuels jugent les plus appropriées. L’objectif volontaire de réduction de la demande d’électricité dans l’UE a été fixé à 10 % de la consommation totale.

News:  Tout savoir sur la TNT et l'utilisation de la télévision numérique

Après des mois de pression de l’opinion publique, les ministres de l’UE ont également décidé d’agir sur les soi-disant bénéfices supplémentaires réalisés par les entreprises qui ont produit de l’électricité à partir de sources inframarginales, telles que les énergies renouvelables et le nucléaire. Les revenus supplémentaires sont dus « au rôle du charbon et du gaz en tant que sources marginales de tarification qui gonflent actuellement le coût final de l’électricité » quelle que soit la source d’énergie utilisée par les producteurs, a expliqué le Conseil de l’UE. Pour ce type d’électricité, les revenus du marché seront limités à 180 euros par mégawattheure. Toutefois, les États membres pourront fixer un plafond plus élevé pour les revenus, utiliser des mesures qui limitent davantage les bénéfices supplémentaires, faire leurs propres choix en matière de technologies et appliquer des limites aux revenus des autres acteurs du marché.

L’Allemagne dépensera 200 milliards pour réduire ses factures

Les États membres ont alors décidé de mettre en place une contribution de solidarité temporaire obligatoire sur les bénéfices des entreprises des secteurs du pétrole brut, du gaz naturel, du charbon et du raffinage. La contribution sera calculée sur les bénéfices imposables, déterminés par les règles fiscales nationales de l’année d’imposition commençant en 2022 et / ou 2023, qui dépassent une augmentation de 20% par rapport au bénéfice imposable annuel moyen précédent à partir de 2018. Les gouvernements devront utiliser le produit de la contribution de solidarité pour apporter un soutien financier aux ménages et aux entreprises et pour atténuer les effets des prix de détail élevés de l’électricité. Enfin, le Conseil a établi que les États membres pourront fixer temporairement un prix pour la fourniture d’électricité aux petites et moyennes entreprises afin de soutenir davantage les PME aux prises avec des factures élevées.

News:  Comparateur de casinos en ligne : Trouvez votre bonheur !

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page