Alors que le gouvernement de Liz Truss s’apprête à dévoiler un vaste ensemble de réductions d’impôts, ainsi que des plafonds de prix de l’énergie pour les ménages et les entreprises britanniques, d’une valeur estimée à 150 milliards de livres, voici ce que font les autres pays du G7 pour atténuer la crise du coût de la vie.

France

Les ministres français affirment que la France a été le pays le plus généreux d’Europe pour aider les ménages à faire face à la crise du coût de la vie, notamment en plafonnant les augmentations des prix du gaz et de l’électricité. Jusqu’à la fin de cette année, les prix du gaz resteront gelés et les augmentations des prix de l’électricité seront plafonnées à 4 %. Au début de l’année prochaine, les augmentations des prix de l’électricité et du gaz pour les ménages seront plafonnées à 15 %.

Le mois dernier, le Parlement français a approuvé un large éventail de nouvelles mesures pour les ménages, alors que l’inflation galopante érode les salaires. Ces mesures comprennent l’augmentation des salaires dans le secteur public, l’augmentation des pensions et de certaines prestations sociales de 4 %, le plafonnement des augmentations de loyer à 3,5 % pour les locataires actuels en France métropolitaine et l’augmentation des bourses d’études sous conditions de ressources.

Le gouvernement a également subventionné un rabais sur les prix de l’essence et du diesel. D’une valeur initiale de 18 centimes d’euros par litre, elle a été portée à 30 centimes en septembre et octobre, et sera ensuite ramenée à 10 centimes à partir de novembre.

News:  Faut-il faire confiance au casino Wild sultan ?

Les entreprises sont encouragées à offrir à leurs employés une prime annuelle non imposable pouvant aller jusqu’à 6 000 € (5 240 £), alors que la limite précédente était de 1 000 €. Les employés couverts par la semaine de travail de 35 heures pourront convertir les jours d’heures supplémentaires en argent supplémentaire.

Le gouvernement a également supprimé la redevance TV (138 euros par an en France métropolitaine).

En décembre dernier, le gouvernement a accordé des versements uniques de 100 € pour aider les familles à faibles revenus à faire face à la hausse des prix du carburant. En septembre, le gouvernement a accordé une aide « exceptionnelle » de 100 € – plus 50 € par enfant – aux familles à faibles revenus bénéficiant de prestations sociales.

Depuis l’automne 2021, le plafonnement des prix du gaz et de l’énergie, y compris les remises sur le carburant, a coûté 24 milliards d’euros au gouvernement français. La France va également renationaliser entièrement son géant de l’électricité endetté, EDF, en réponse à la crise énergétique.

Angelique Chrisafis

Un drapeau avec le logo d'EDF flotte à côté de la centrale de Bouchain.
La France va renationaliser entièrement son géant de l’électricité, EDF. Photo : Pascal Rossignol/Reuters

Italie

Le gouvernement italien a alloué 59,2 milliards d’euros depuis septembre dernier pour protéger les ménages et les entreprises de la flambée des prix de l’énergie. La dernière tranche de 14 milliards d’euros a été annoncée par le Premier ministre, Mario Draghi, la semaine dernière.

Il a déclaré que cet ensemble de mesures plaçait l’Italie « parmi les pays d’Europe qui ont le plus dépensé » pour s’attaquer à ce problème. Les mesures comprennent le renforcement et la prolongation jusqu’en novembre des crédits d’impôt pour les entreprises grandes consommatrices d’énergie, l’allègement des charges pour les petites et moyennes entreprises et un soutien financier accru pour les familles à faibles revenus.

Le programme prévoit également une aide unique de 150 euros pour 22 millions de travailleurs et de retraités dont le revenu annuel est inférieur à 20 000 euros. Entre-temps, la réduction des droits d’accises sur l’essence restera en vigueur jusqu’à la fin du mois de novembre. M. Draghi a déclaré que le gouvernement « aide les familles et les entreprises sans mettre en danger les finances publiques et sans provoquer de tensions sur les marchés ».

Toutefois, un nouveau gouvernement sera chargé de faire appliquer ces mesures et de s’attaquer aux problèmes liés au coût de la vie au cours de l’hiver prochain, après les élections de dimanche. Une coalition composée des Frères d’Italie, de la Ligue et de Forza Italia, le parti d’extrême droite de Silvio Berlusconi, devrait remporter le scrutin et reconduire au moins certaines des mesures destinées à aider l’Italie à passer l’hiver.

Angela Giuffrida

Le logo de la société allemande de services énergétiques Uniper
L’Allemagne va nationaliser le fournisseur d’énergie Uniper. Photo : Thilo Schmülgen/Reuters

Allemagne

Trois plans d’aide ont été annoncés par le gouvernement allemand jusqu’à présent pour aider les consommateurs et les entreprises à faire face à l’inflation qui a atteint 7,9 % en août.

D’un montant total de plus de 95 milliards d’euros, répartis entre le gouvernement fédéral, les 16 États fédérés et les municipalités, ces mesures comprennent une somme forfaitaire unique de 300 euros pour les retraités et une réduction d’impôt du même montant pour les personnes ayant un emploi régulier en septembre, une somme forfaitaire unique de 200 euros pour les étudiants universitaires, une augmentation des aides au loyer pour couvrir la hausse des coûts de chauffage, une augmentation de 500 euros des prestations sociales, une prime unique de 100 euros par enfant et une augmentation permanente de 18 euros par enfant des allocations familiales mensuelles.

L’Allemagne modifie également la tranche de l’impôt sur le revenu afin d’éviter une augmentation des obligations fiscales, élargit les facilités de crédit de l’État pour aider les entreprises autrement saines et étend un système de tickets de transport public fortement subventionnés (qui doit encore être mis au point).

Il s’agit également de soutenir une initiative de l’UE visant à limiter les bénéfices des entreprises du secteur de l’énergie (en cours de discussion), ainsi que des mesures destinées à freiner la hausse vertigineuse des factures d’électricité et à retarder la mise en œuvre de l’augmentation prévue des prix des émissions de carbone en 2024.

Le gouvernement a promis de « faire tout ce qui est possible pour que la fourniture d’énergie continue à fonctionner ». Il a notamment décidé cette semaine de nationaliser le fournisseur d’énergie Uniper, pour un coût de 29 milliards d’euros, en plus des 11 milliards d’euros qu’il a déjà injectés dans deux autres importateurs de gaz.

Kate Connolly

Un homme remplissant son réservoir d'essence dans le centre de Rome en juin.
Un homme remplissant son réservoir d’essence dans le centre de Rome en juin. Photo : Alessandra Tarantino/AP

Japon

Le premier ministre japonais, Fumio Kishida, a vu sa cote de popularité chuter en raison de la hausse des prix et des révélations sur les liens de son parti avec l’Église de l’Unification, à la suite de l’assassinat de Shinzo Abe.

Après des décennies de déflation, les ménages de la troisième plus grande économie du monde ont été frappés par une hausse des factures d’énergie et, d’ici le mois prochain, paieront davantage pour 6 500 produits alimentaires supplémentaires – y compris les produits de base quotidiens tels que le pain et les nouilles. Si la hausse de l’inflation a été modeste par rapport à de nombreux autres pays, l’inflation des prix à la consommation a dépassé l’objectif de 2 % fixé par la Banque du Japon pendant cinq mois consécutifs.

Pour tenter d’atténuer le choc, M. Kishida a déclaré que le gouvernement s’efforcerait de maintenir le prix du blé importé aux niveaux actuels et envisagerait de conserver les subventions aux grossistes en pétrole pour stabiliser les prix de l’essence et du kérosène. Il a appelé au redémarrage des réacteurs nucléaires qui ont passé avec succès les tests de sécurité post-Fukushima, afin de répondre à la forte hausse attendue de la demande d’électricité cet hiver.

La décision de la Banque du Japon de maintenir des taux d’intérêt ultra bas – une position qu’elle a maintenue jeudi – a contribué à faire chuter le yen à son plus bas niveau depuis 24 ans par rapport au dollar américain, alimentant ainsi la hausse du coût des importations de carburant et de nourriture.

En réponse, le gouvernement est intervenu jeudi sur les marchés des devises pour la première fois depuis 1998, et il est probable qu’il soumette un budget supplémentaire dans les semaines à venir qui pourrait inclure au moins 105 milliards de dollars de nouvelles dépenses ciblant les détaillants et les ménages en difficulté.

Justin McCurry

Justin Trudeau
Le Canadien Justin Trudeau a annoncé de nouvelles mesures pour faire face à la forte hausse du coût de la vie, Photo : Presse canadienne/Rex/Shutterstock

Canada

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a récemment annoncé de nouvelles mesures pour faire face à la forte hausse du coût de la vie dans le pays, notamment la pire flambée des prix des produits alimentaires depuis quatre décennies. Son gouvernement est de plus en plus confronté à des pressions politiques pour aider les citoyens les plus durement touchés par l’inflation qui amplifie la crise actuelle du coût de la vie.

M. Trudeau s’attend à ce que le Parlement adopte les nouvelles mesures dans les semaines à venir, y compris une prestation unique de 500 dollars canadiens pour les locataires à faible revenu. Un doublement sur six mois du remboursement de la taxe de vente pour les personnes à faible revenu devrait toucher au moins 11 millions de Canadiens. Un nouveau programme de soins dentaires pour les enfants des familles à faible revenu sera mis en place, donnant aux familles 1 300 dollars canadiens par enfant sur deux ans. L’intervention du Canada coûtera 4,5 milliards de dollars canadiens.

La plupart de ces mesures avaient été proposées par le parti de gauche néo-démocrate, qui a accepté de maintenir Trudeau au pouvoir jusqu’en 2025 en échange de programmes sociaux destinés aux populations vulnérables et à faible revenu.

Le taux d’inflation au Canada est passé de 7,6 % le mois précédent à 7 %, les prix de l’essence ayant baissé mais les coûts des denrées alimentaires restant élevés.

« Bien que nous allions dans la bonne direction, ce taux est encore trop élevé », a déclaré Paul Beaudry, le sous-gouverneur de la Banque du Canada, dans un récent discours.

Leyland Cecco

États-Unis

Une question est au cœur des préoccupations des électeurs américains, alors que Joe Biden se bat pour conserver le Congrès lors des élections de mi-mandat de novembre : la crise du coût de la vie.

L’inflation atteint aujourd’hui des taux jamais vus depuis les années 1980, faisant grimper le coût de tout, de la nourriture au logement en passant par les voitures et les soins médicaux.

La Réserve fédérale a mené la lutte contre l’inflation, annonçant une série de hausses inhabituelles des taux d’intérêt dans l’espoir de ralentir l’économie et de ramener l’inflation à son taux cible de 2 %, contre 8,3 % actuellement.

Mais l’administration Biden dispose d’une série de plans propres, dont beaucoup sont inspirés par les problèmes de chaîne d’approvisionnement survenus lors de la pandémie de coronavirus, qui visent à rendre les États-Unis plus résistants aux variations soudaines des prix.

Ces plans comprennent la loi sur la réduction de l’inflation, qui devrait coûter 437 milliards de dollars sur 10 ans.

Elle permettra de réduire les coûts des médicaments sur ordonnance et des soins de santé et d’augmenter les dépenses dans les technologies de l’énergie verte. Le plan prévoit également de dépenser 52 milliards de dollars pour stimuler la production nationale de semi-conducteurs. La pénurie de semi-conducteurs a entraîné une hausse des prix de tous les produits, des voitures aux téléphones portables, pendant la pandémie.

M. Biden a également approuvé le déblocage d’un million de barils de pétrole par jour de la réserve stratégique de pétrole – l’énorme stock souterrain de pétrole des États-Unis – pour faire baisser le prix du gaz.

Dominic Rushe

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page