Qu’il s’agisse en fait de 8 000 kilomètres carrés, comme le dit Kiev, n’a pas d’importance. Certes, la contre-offensive dans le nord-est du pays a été jusqu’à présent le plus grand succès de l’armée ukrainienne sur le terrain depuis le début de l’invasion russe. D’autant plus qu’il est venu presque par surprise, à un moment où le conflit semblait s’être arrêté, ce qui a permis de redonner confiance et moral à la population et aux troupes du président Volodymyr Zelensky. Et de dissiper les doutes de ceux qui, notamment en Europe, commençaient à montrer de la nervosité face aux coûts de plus en plus élevés de la crise énergétique, face à une Russie capable de résister (au moins pour l’instant) aux sanctions occidentales.

Ajoutez ensuite la nouvelle récente des premiers signes timides de mécontentement de l’establishment russe, et surtout l’issue du sommet de Samarcande, avec la froideur de la Chine envers Moscou, et envers l’Inde qui semble même avoir condamné publiquement la hostilités en Ukraine. Face à ce tableau, il est légitime de se demander si sa guerre n’a pas atteint un tournant : l’armée ukrainienne est-elle prête à reprendre les territoires occupés par la Russie et à infliger une gifle historique à Poutine, au point de le faire tomber du trône de le Kremlin?

Les avis entre observateurs internationaux divergent. Le journal espagnol El Pais croit que « la forte avancée ukrainienne envoie des messages avec de nombreuses conséquences dans différentes directions » et « dans l’ensemble, elle a le potentiel de déclencher une percée », sinon sur le plan militaire, certainement sur le plan politique. Le premier succès important de la contre-offensive, comme nous l’avons mentionné précédemment, est le déni de ceux qui, au sein de l’UE, pensaient que le moment était venu pour Kiev d’accepter la perte de nouveaux territoires et de siéger aux négociations table avec Moscou. En arrière-plan, les pressions croissantes sur les gouvernements européens des citoyens et des entreprises pour augmenter les prix de l’énergie.

Le poids des armes

Sans surprise, après un été sans promesses de nouvelles aides militaires à Kiev de la part des principaux pays de l’UE, l’Allemagne vient tout juste de rompre le retard en assurant l’envoi de nouvelles armes, dont deux nouveaux lance-roquettes multiples qui viennent s’ajouter aux puissants systèmes d’artillerie Caesar. fournis par la France. Le fait que Berlin, jusque-là réticent à envoyer un soutien militaire direct, ait changé d’avis pourrait également être lié à un autre aspect de la contre-offensive : « Aux yeux des partenaires occidentaux de Kiev – écrit El Pais – le succès montre que la stratégie plus large des travaux de formation, de conseil et de distribution d’armes. »

Une formation qui, il faut le dire, a jusqu’ici surtout mené l’Otan sous la pression des Etats-Unis et du Royaume-Uni. Un exemple en est les missiles américains à longue portée, que l’armée ukrainienne a pu utiliser efficacement immédiatement, démontrant que la formation continue des troupes de Kiev porte ses fruits. Le même que maintenant l’UE voudrait promouvoir avec ses propres « cours ».

News:  La Cresus Roulette, un jeu de hasard passionnant !

La surprise

Toujours sur les missiles à longue portée (jusqu’à 80 kilomètres des derniers fournis par Washington), l’entrée de ce type d’armes a certainement joué un rôle important dans la contre-offensive. Selon le commandement américain, grâce à ces missiles, Kiev a réussi à toucher environ 400 cibles russes, dont des dépôts d’armes et des centres logistiques à l’arrière. Par ailleurs, début août, l’attaque d’une base aérienne en Crimée, qui s’était déroulée avec des missiles de portée peut-être encore plus grande, avait contribué à faire croire que l’armée ukrainienne voulait contre-attaquer dans le Sud. suggéré par Washington, avec lequel Kiev a réussi à surprendre les troupes russes à l’Est, dans la région de Kharkiv.

L’impression aujourd’hui est qu’au moment où Moscou tentait de reprendre son souffle pour se remettre d’un effort plus soutenu que prévu, l’armée ukrainienne a enfoncé le couteau là où on l’attendait le moins, pas seulement au Kremlin. Cela a fait des ravages non seulement sur le front, mais aussi en Russie. La semaine dernière, cinq politiciens locaux de Saint-Pétersbourg ont demandé au parlement national de déposer une plainte pour trahison contre Poutine, une initiative qui a été rejointe par d’autres représentants locaux. Mais même si ce n’est pas avec des attaques directes contre le président, les doutes parmi les Russes sur ce que le Kremlin appelle encore une « opération spéciale » (et non une guerre), grandissent.

Les problèmes de Poutine

Le Pentagone affirme que Moscou a perdu entre 70 et 80 000 soldats, dont des morts et des blessés. La Russie a toujours démenti ces chiffres, agitant comme preuve le fait qu’après plus de 6 mois de conflit il n’y a pas eu de mobilisation générale, se limitant à utiliser des troupes régulières. Mais ne pas avoir remis en cause les réservistes ne veut pas dire que vous n’avez pas besoin de personnel à recruter par d’autres moyens. Juste à ces jours-ci, une vidéo apparue sur les réseaux sociaux montre Evgenij Prigozin, l’oligarque ami de Poutine qui serait à la tête du groupe de mercenaires Wagner, à la recherche de recrues parmi les détenus d’une prison à envoyer sur le front ukrainien. La vidéo a également été critiquée par les partisans de l’invasion, selon lesquels l’utilisation de criminels non formés risque de créer le chaos plutôt que d’aider.

Dans tout cela, Poutine répond également aux doutes de ses alliés, ou prétendus alliés, au niveau international. Lors de l’organisation de coopération de Shanghai qui s’est tenue cette semaine à Samarcande, en Ouzbékistan, le président chinois Xi Jinping s’est bien gardé de parler de l’Ukraine, tandis que l’indien Narendra Modi a dit directement au chef du Kremlin qu’il estimait que ce « n’était pas une période de guerre ». . Est-ce un autre signe que la Russie de Poutine s’affaiblit ? Peut être. Tout comme les noeuds des sanctions occidentales commencent à pointer, avec l’industrie, y compris l’industrie de guerre, qui peine de plus en plus à se procurer des semi-conducteurs et des pièces détachées. Mais de là à penser que Moscou est proche de la défaite, ou que Poutine risque d’être évincé, ça passe.

News:  Un béluga échoué est retiré de la Seine en France dans le cadre d'une tentative de sauvetage

Un long hiver

« Je pense qu’il y a un long chemin à parcourir », a déclaré le président Joe Biden cette semaine. « Nous devons comprendre que ce n’est pas le début de la fin de la guerre et nous devons être prêts à aller loin », a fait écho le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.Même dans les capitales de l’UE, y compris les plus pro-Kiev, oui professe la plus grande prudence explique CNN, pour regagner les territoires occupés et pousser à la reconquête de ceux perdus en 2014 (Crimée et une partie du Donbass), un soutien militaire considérable de l’Occident serait nécessaire. Du côté de l’UE, bien qu’avec tout l’enthousiasme retrouvé, les limites sont dictées par la pénurie de stocks d’armes stratégiques, peut-être surestimée jusqu’à présent par certains gouvernements (comme en Allemagne), mais pas sans fondement.

Les États-Unis, en revanche, craignent que l’effervescence à Kiev ne pousse les dirigeants ukrainiens à exagérer. Pour cette raison, par exemple, Washington n’a pas encore répondu à la demande de Zelensky pour des Atacm, des systèmes de missiles capables d’atteindre des cibles à 300 kilomètres, c’est-à-dire à l’intérieur du territoire russe. Une attaque de cette ampleur pourrait déclencher une spirale dramatique : « Certains responsables occidentaux craignent que l’humiliation du Kremlin ne provoque une réaction imprévisible, y compris des armes nucléaires tactiques », écrit CNN. Bien sûr, Moscou compterait sur ses missiles à longue portée, qui pourraient frapper durement les infrastructures civiles, des réseaux électriques aux barrages, et compliquer la situation déjà difficile du pays avant l’hiver. Quelques avertissements à cet effet sont arrivés ces jours-ci, les 007 britanniques rapportant comment l’armée russe a intensifié les raids sur ces infrastructures.

Autrement dit, la contre-offensive ukrainienne peut bien se poursuivre, mais dans certaines limites (territoriales et temporelles). Peut-être y a-t-il eu un tournant, mais il faudra peut-être plusieurs mois, voire plus, pour voir apparaître des résultats qui préfigureraient la fin du conflit. Une campagne d’automne ne suffira pas. Et l’hiver pourrait être très dur, pour tout le monde, Russes et Ukrainiens. Mais aussi pour l’Europe, sur laquelle tombera très probablement la hache gazière de Poutine. Après tout, comme l’écrivent Ivo Daalder et James Lindsay sur Affaires étrangères« Le meilleur espoir de Poutine – peut-être son seul espoir – est que le soutien occidental à l’Ukraine s’effondrera lorsque les coûts de la guerre, y compris les pénuries d’énergie et la hausse des prix, commenceront à toucher l’Europe. »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page