C’est le plus grand procès pénal jamais organisé en France, où des centaines de personnes ayant survécu à l’attentat le plus meurtrier en temps de paix sur le sol français ont donné des détails choquants sur leur calvaire, qu’il s’agisse de ramper devant des cadavres dans la salle de concert du Bataclan, d’être pris en otage par des hommes armés ou d’esquiver des tirs de kalachnikov sur les tables de restaurant.

Les dix mois de témoignages poignants des victimes et des personnes endeuillées sont devenus plus qu’un simple processus juridique. Le procès a donné une plateforme aux survivants pour qu’ils puissent s’exprimer – une étape cruciale pour la France qui doit faire face à son traumatisme collectif suite aux attaques terroristes de novembre 2015 à Paris, qui ont tué 130 personnes et en ont blessé plus de 490.

Dans des attaques coordonnées revendiquées par l’État islamique, des kamikazes ont d’abord frappé devant le stade sportif national, puis dans des fusillades en voiture et des attentats-suicides visant des cafés et des restaurants où les gens étaient sortis le vendredi soir. Enfin, une attaque à l’arme à feu au Bataclan pendant un concert de rock des Eagles of Death Metal a tué 90 personnes.

Un procureur de la République au procès a déclaré que la France s’était rapprochée de la « reconstitution du puzzle » des attaques. Presque tous les membres de l’unité de 10 hommes qui ont frappé la ville sont morts cette nuit-là, soit en se tuant, soit en étant abattus par la police. Le seul survivant était Salah Abdeslam, un citoyen français né à Bruxelles, dont la veste suicide a été retrouvée jetée dans une poubelle. Les enquêteurs ont déclaré qu’elle était « défectueuse », mais lui a affirmé avoir reculé au dernier moment et pris la fuite. Abdeslam était le point central d’un total de 20 suspects accusés d’avoir fourni une planification et un soutien logistique.

News:  Notice nécrologique de Régine Zylberberg
Croquis d'audience réalisé le 27 juin 2022, montrant l'accusé Salah Abdeslam (R) debout à côté de 13 autres accusés.
Le croquis d’audience réalisé le 27 juin 2022 montre l’accusé Salah Abdeslam (à droite) debout à côté de 13 autres accusés. Photographie : Benoît Peyrucq/AFP/Getty Images

Pourtant, ce sont les témoignages poignants de la douleur personnelle et de la résilience des survivants et des personnes endeuillées – livrés à quelques mètres seulement d’Abdeslam et des autres accusés dans le box des accusés spécialement construit – qui ont été considérés comme une leçon historique de l’impact psychologique des attaques terroristes.

Le frère cadet de Zoe Alexander, Nick Alexander, a été la seule personne britannique tuée dans l’attaque du Bataclan. Âgé de 35 ans, originaire de Colchester, il était le responsable des marchandises pour Eagles of Death Metal. Zoé s’est adressée directement à Abdeslam lors du procès. Elle lui a dit que son frère était quelqu’un qui n’avait aucune haine, détaillant sa vie et son amour de la musique. Elle a souligné qu’Abdeslam avait également perdu un frère ou une sœur de manière brutale et violente la même nuit : son frère aîné, Brahim Abdeslam, faisait partie du même groupe d’attaque et s’est fait exploser dans un bar dans la phase finale des attaques. Elle a déclaré que la famille d’Abdeslam était endeuillée, tout comme l’était sa famille.

De retour à Paris pour les verdicts, Alexander a déclaré : « Je me suis adressée directement à Salah Abdeslam parce que j’avais le sentiment que nous avions vécu une expérience similaire, de deux côtés différents. Je voulais souligner que nous étions tous dans cette pièce ensemble à cause de quelque chose qui venait de l’intolérance et de la haine, et que ce processus démocratique que nous vivions était l’envers de la médaille… ».

Elle a parlé à Abdeslam de la fiducie que sa famille avait créée au nom de Nick, qui octroie des équipements musicaux à de petites organisations caritativesafin de montrer aux défendeurs que « quelque chose de beau a été créé à partir de l’horreur qu’ils ont laissée derrière eux ».

Alexander a ajouté : « L’humanité du procès sera probablement la chose la plus importante que ma famille et moi-même en retirerons… Passer plus de 10 mois dans la même pièce que des personnes qui ont perdu des proches, ou qui ont survécu à des choses inimaginables, avec les personnes qui ont créé ces choses inimaginables… l’humanité de ce que vous voyez est phénoménale ».

carte

Tony Scott et Justine Merton-Scott sont allés au concert du Bataclan pour fêter leur anniversaire. Arrivés en retard de Leeds, ils se sont « heureusement » dirigés vers le balcon plutôt que vers leurs stands habituels. Lorsque les tirs ont commencé et que les assaillants ont rechargé, ils se sont échappés par une cage d’escalier, par un puits de lumière sur le toit et par la fenêtre d’une chambre à coucher dans un appartement. Trois heures plus tard, ils ont été secourus par l’échelle des pompiers, « plutôt que d’être redescendus par le site du massacre », a déclaré Justine. Tony a ajouté : « Mais je me souviens encore d’avoir descendu ces échelles à l’avant du bâtiment et d’avoir vu des corps étendus devant, sur le sol, de personnes qui avaient probablement bu dans le bar. Ça me reste en tête. »

Justine a observé que plusieurs des accusés avaient, à la fin du procès, suggéré qu’ils avaient été « affectés » par les récits des survivants. Elle a estimé que c’était important et que cela en valait la peine.

Le fait d’être au tribunal a également renforcé leur « lien émotionnel » avec la communauté très soudée des survivants qu’ils appellent leur « famille de Paris ».

Il y avait un jeune enfant assis derrière eux au concert – pendant le concert, Justine avait demandé à Tony de se déplacer pour ne pas bloquer la vue du garçon sur le groupe. Mais depuis, ils se demandent ce qui est arrivé au garçon lors de l’attaque. Le témoignage de sa mère au tribunal est le premier détail dont ils disposent sur sa survie et son rétablissement.

Sébastien Lascoux, 36 ans, était le directeur d’une station de radio communautaire à Paris, lorsqu’il a invité son ami Chris au concert du Bataclan. Lascoux a survécu à l’attaque, s’échappant finalement des stalles par-dessus « un enchevêtrement de corps, mais ne voulant pas marcher sur eux ou les blesser, je me suis excusé auprès d’eux en partant ». Chris a été tué alors qu’il tentait de protéger un autre ami des balles.

« Avant de parler au procès, j’avais peur d’être submergé par l’émotion, j’avais peur de parler devant les accusés et de devenir émotif devant eux », a déclaré Lascoux. « Au final, j’ai effectivement pleuré en témoignant, mais cela n’avait pas d’importance. Je voulais être une voix pour Chris qui n’était plus là pour parler lui-même. »

Il a dit qu’il était heureux d’avoir ajouté sa voix aux récits de cette nuit-là. Mais après avoir témoigné, il a été terrassé par une « fatigue extrême » pendant 10 jours. Il ne se rend plus aux concerts et a quitté son poste de radio, pour lequel il devait passer devant le Bataclan tous les jours.

Inscrivez-vous à First Edition, notre lettre d’information quotidienne gratuite, tous les matins de la semaine à 7 heures (heure française).

« En tant que survivants, nous avons tous des antécédents différents et nous avons ressenti les choses très différemment, mais la gentillesse et le sentiment de compréhension entre nous ont été incroyables », a déclaré Lascoux.

Georges Salines, dont la fille Lola, 28 ans, a été tuée au Bataclan, était présent à presque tous les jours du procès et a témoigné de sa perte.

« Ce que j’ai ressenti dès le début, c’est l’absurdité de ces attaques terroristes où des jeunes tuent d’autres jeunes », a-t-il déclaré. « Je me suis longtemps demandé pourquoi je ne ressentais aucune haine. Je l’ai compris en écoutant la sœur d’une autre victime d’attentat, le père Hamel, tué à Saint-Etienne du Rouvray. Elle a dit : ‘Nous étions tellement tristes qu’il n’y avait plus de place pour la haine’. J’ai trouvé cela très vrai. »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page