En Italie, les soirées Jova Beach ont suscité un débat très vif sur la véritable durabilité environnementale des concerts organisés par Jovanotti, accusés par beaucoup de faire du mal et de ne pas faire du bien aux territoires dans lesquels ils ont eu lieu. Mais il n’y a pas qu’en Italie que les festivals de musique tentent de réduire leur impact sur l’environnement, bien qu’avec des résultats apparemment pas vraiment excitants, et au final ces événements continuent de causer des dommages importants à l’environnement. « La plupart des festivals n’en font pas encore assez », a-t-il dénoncé Politique Laura van de Voort, co-fondatrice de la plateforme néerlandaise de partage de connaissances Green Events.

Un rapport sur l’industrie des festivals au Royaume-Uni, publié en 2020 par le Climate Action Network Vision 2025, indique que « malgré un engagement et une action accrus en matière de pratiques durables, les impacts environnementaux de l’industrie des festivals ont augmenté dans l’ensemble depuis 2015, en raison de la croissance de Le secteur « .

En Italie, semble-t-il, la vraie menace pour l’environnement est Jovanotti

Depuis quelques années, il y a une volonté de la part de nombreux festivals de « réunir » musique et écologie. C’est le cas de Tomorrowland, un important festival d’électronique qui a lieu chaque année en Belgique, qui lors de la dernière édition a décidé de consacrer un espace à la durabilité environnementale dans une conférence qui a vu Frans Timmermans, commissaire européen à la Transition écologique comme invité. . Les organisateurs ont également promu des initiatives vertes telles qu’un club de recyclage « facile et amusant » et un partenariat avec une société d’eau circulaire.

News:  Comment changer d'assurance de pret immobilier ?

Cependant, l’événement a suscité de vives critiques après avoir vanté des « vols de fête » en partenariat avec Brussels Airlines. Les critiques pleuvent car la principale source d’émissions des festivals de musique concerne les déplacements des participants. Au Royaume-Uni, on estime que les émissions liées aux déplacements des participants représentent 80 % des émissions totales du festival.

Selon une recherche menés par l’Université d’Oxford 500 festivals au Royaume-Uni produisent 84 000 tonnes de CO2 par an, la majeure partie étant produite par le déplacement des participants. Quant aux déchets, on estime qu’une tente sur cinq est jetée sur place. Le même triste sort s’applique également aux nattes, sacs de couchage, matelas pneumatiques et autres articles qui génèrent des tonnes de déchets.

Lors du festival de Glastonbury, le plus grand festival d’Europe et l’un des plus importants au monde, 54 tonnes de canettes et bouteilles en plastique, 9,12 tonnes de verre, 11,2 tonnes de tentes et 193 tonnes de matériaux compostables, dont de la nourriture et des gobelets en papier. Glastonbury a utilisé à elle seule 30 000 mégawatts d’électricité pendant le festival l’année dernière, la même quantité produite par toute la ville de Bath au cours de la même période. De plus, l’ammoniac libéré par les festivaliers qui se faufilent dans les buissons peut avoir des effets néfastes sur la faune, en particulier les poissons des ruisseaux à proximité.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page