Haute tension entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan : des affrontements ont eu lieu le long de la frontière entre les deux pays, avec des bombardements et des pertes militaires, tandis que les ministères de la Défense respectifs se reprochent l’escalade. Ce matin, l’Arménie et la Russie se sont mises d’accord sur des mesures pour « stabiliser la situation ». Les deux pays sont divisés par la question du Haut-Karabakh, une enclave à majorité arménienne en Azerbaïdjan à l’origine de deux conflits, dont le dernier s’est déroulé en 2020. La Russie est un allié traditionnel de l’Arménie, membre de l’Organisation de Moscou. traité de sécurité collective.

Arménie Azerbaïdjan, que s’est-il passé

L’armée azerbaïdjanaise a subi des pertes de main-d’œuvre à la suite de bombardements par des unités des forces armées arméniennes, a rapporté le ministère azerbaïdjanais de la Défense. « Certaines positions, abris et bastions des forces armées azerbaïdjanaises dans les régions de Dashkesan, Lachin et Kalbajar ont été soumis à des tirs intenses par des unités de l’armée arménienne avec des armes de divers calibres, y compris des mortiers. En conséquence, ils ont enregistré des pertes de personnel et des dommages aux militaires. infrastructures », a déclaré le service de presse du ministère azerbaïdjanais de la Défense. À son tour, le ministère arménien de la Défense rapporte que les forces armées azerbaïdjanaises mènent des bombardements dans trois directions, à l’aide de véhicules aériens sans pilote.

S’appuyant sur le traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle entre l’Arménie et la Russie, le Conseil de sécurité arménien a décidé de se tourner vers Moscou et de lui demander de l’aide face à l’aggravation de la situation à la frontière avec l’Azerbaïdjan. Une demande d’aide annoncée par le Conseil des ministres arménien : « La décision a été prise de faire appel formellement à la Fédération de Russie afin de mettre en œuvre les dispositions du Traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle. Il y aura également un appel au l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) et le Conseil de sécurité des Nations Unies concernant l’agression contre le territoire souverain de l’Arménie ». Plus tôt dans la journée, dans des rapports miroirs publiés par les agences Tass et Interfax, les ministères de la Défense d’Erevan et de Bakou se sont mutuellement accusés de l’escalade à la frontière, parlant de victimes et de dégâts matériels dus aux bombardements. L’OTSC mentionné par Erevan est une alliance militaire créée en 1992 et qui comprend l’Arménie, la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan.

News:  L'Espagne n'exploite pas la plus grande mine d'or d'Europe : voici pourquoi

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a eu une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, au cours de laquelle les parties ont discuté de l’escalade à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Cela a été rapporté par le Conseil des ministres arménien, cité par l’agence russe Tass. « Le Premier ministre a donné des détails sur les actions provocatrices et agressives des forces armées azerbaïdjanaises en direction du territoire souverain de l’Arménie, accompagnées de bombardements d’artillerie et d’armes à feu de gros calibre. Il a estimé que les actions de la partie azerbaïdjanaise étaient inacceptables et a souligné la « l’importance d’une réponse adéquate de la communauté internationale », lit-on dans un communiqué d’Erevan.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page