L’édition de L’empreinte rapporte une interview du président du Latium, Claude Lotito, aujourd’hui également sénateur de Forza Italia. De nombreux sujets ont été abordés, dont un passage sur les acomptes provisionnels que les clubs de football ont vis-à-vis de l’Etat, dans lequel parcelle a également remis en cause la faillite de Florentinses mots :

« Les gouvernements précédents et toutes les forces politiques – tous ! – ils avaient de manière responsable – de manière responsable ! – paiements suspendus, en attente de paiement échelonné. Maintenant, l’État demande de l’argent tous ensemble ? À l’époque, il aurait tout aussi bien pu payer en premier. Qu’est-ce que trois mois changent ? Nous ne voulons pas de cadeaux, de faveurs. Le sport est la seule catégorie de produits qui n’a pas bénéficié d’un seul rafraîchissement, à part les remboursements sur les tampons, vous l’aurez compris…

Nous défendons les intérêts de l’État. À l’inverse, si une entreprise fait faillite, les crédits passés et futurs disparaissent. Lorsque Naples et, pour n’en citer que quelques-unes, la Fiorentina ont fait faillite, après avoir dilapidé l’argent des contribuables, l’État n’a rien perçu. Pensez-y ».

ÉPISODE RACISTE À VÉRONE

Les fans du Maroc font-ils la fête à Vérone ? Vous attaquer avec des chaînes, des matraques et des ceintures. Vitre de voiture cassée

Votez pour ce post
News:  "Envoyons la Fiorentina à l'asile ! L'enfer est prêt, allons dans les groupes"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page