Emmanuel Macron a évité de justesse d’être frappé par un sac de tomates lors d’une visite surprise dans un quartier populaire au nord de Paris, alors qu’il promettait un nouveau style « d’écoute des gens » après sa réélection à la présidence.

Pour sa première apparition publique depuis le vote de dimanche, M. Macron s’est promené sur un marché alimentaire dans la ville de Cergy, au nord-ouest de Paris, serrant des mains et posant pour des selfies. La plupart des gens étaient amicaux, certains ont crié des félicitations et d’autres ont demandé de l’aide pour trouver un emploi, faire face à des problèmes de santé ou joindre les deux bouts.

Mais à un moment donné, il y a eu de brèves huées, et un sac de tomates a été lancé vers le dos de Macron mais l’a manqué. Un garde du corps a ouvert un parapluie pour protéger le président, qui a rapidement évité le projectile et a continué à saluer les gens et à serrer des mains.

Le palais de l’Élysée a déclaré que le voyage était une façon pour Macron « d’écouter les préoccupations, les attentes et les besoins des gens ». Il a dit aux jeunes de la région qu’il voulait se rendre sur le terrain « dès le début ». Une jeune femme lui a répondu : « Ne venez pas ici uniquement pour les photos ». Un autre spectateur a déclaré : « C’est bien qu’il sorte de l’Élysée ».

Macron a remporté un second mandat ce week-end, en battant la candidate d’extrême droite Marine Le Pen par 58,5 % contre 41,5 %, mais pendant la campagne, il a été accusé d’être hautain et distant et de ne pas comprendre les préoccupations des gens concernant le coût de la vie, le logement, l’emploi et la pauvreté. Il a eu du mal à se défaire de l’étiquette de « président des riches ».

Macron a déclaré à Cergy : « Je veux donner un message de respect et de considération à ces zones qui sont parmi les plus pauvres du pays, dès le début de mon mandat. »

Foule de personnes avec des micros de presse et un parapluie noir.
Des gardes du corps protègent Emmanuel Macron avec un parapluie après que des tomates lui ont été lancées lors de sa visite à Cergy. Photographie : Benoît Tessier/AP

Il a reconnu que les quartiers défavorisés et les tours d’habitation autour de Paris ont connu certains des taux d’abstention les plus élevés lors du vote présidentiel. M. Macron a déclaré que « la vie y était dure » et que certaines personnes se sentaient en colère ou coupées de la politique, et qu’il n’y avait pas eu suffisamment de progrès ces dernières années pour améliorer leur vie.

Il a déclaré qu’il y avait des problèmes de discrimination, et un besoin de programmes de formation, de plus de médecins et de meilleurs soins de santé dans ces domaines, ainsi que de création d’emplois. « Nous avons fait baisser le chômage ici, mais il reste supérieur à la moyenne nationale en raison de la discrimination et du manque de formation », a-t-il déclaré après avoir rencontré de jeunes entrepreneurs locaux.

Macron, le premier dirigeant français à être réélu pour un second mandat en 20 ans, se concentre désormais sur les élections législatives de juin. Il aura besoin d’une majorité centriste dans la chambre de 577 sièges afin de mettre en place les plans de son manifeste, y compris la refonte du système de prestations et le relèvement de l’âge de la retraite. Les sondeurs estiment qu’il a de bonnes chances d’obtenir une majorité.

Cergy est une région de gauche où le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour du scrutin présidentiel. Mélenchon tente de conclure des alliances avec d’autres partis de gauche pour défier les centristes de Macron lors des élections législatives.

Le parti de Mélenchon, La France Insoumise, qui dispose de 17 sièges à la chambre basse du parlement, veut s’élargir de centaines de sièges supplémentaires pour obtenir une majorité pour la gauche. Le parti socialiste et les Verts (EELV) ont entamé mercredi des discussions sur de possibles alliances parlementaires avec Mélenchon pour augmenter le nombre de sièges de la gauche.

Des obstacles subsistent. Les socialistes sont des rivaux traditionnels de La France Insoumise, et certains socialistes plus âgés mettent en garde contre un « abandon » des principes du parti. Les Verts sont favorables à une alliance, mais certains d’entre eux ont déclaré qu’ils ne feraient aucun compromis sur leurs positions pro-européennes et anti-nucléaires.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page