Emmanuel Macron a déclaré que sa réélection marquait une « renaissance démocratique fondamentale » alors qu’il prêtait serment pour un second mandat de président de la France lors d’une cérémonie au palais de l’Élysée.

Macron, qui a battu sa rivale d’extrême droite, Marine Le Pen, lors du vote du second tour il y a deux semaines, est entré samedi aux accents de Haendel joués par le quatuor à cordes de la Garde Républicaine et a écouté la lecture des résultats officiels.

« Du retour de la guerre en Europe à la pandémie en passant par l’urgence écologique, rarement notre pays aura été confronté à une telle combinaison de défis. Le peuple français a choisi un projet clair et explicite pour l’avenir, un projet européen d’indépendance, de progrès scientifique, social et écologique », a-t-il déclaré aux 500 invités dans un discours de remerciement relativement bref,

« C’est dans les moments les plus difficiles que la France montre le meilleur d’elle-même. En ce moment où le siècle change, nous devons tracer un chemin et montrer une voie ensemble », a-t-il déclaré.

« Ayons le courage de regarder la réalité en face. Soyons fidèles aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité. Continuons à aimer la République et tout ce qu’elle comporte. Aimons notre patrie. »

L'ancien président français François Hollande, à gauche, regarde l'ancien président français Nicolas Sarkozy serrer la main d'Emmanuel Macron lors de la cérémonie de son investiture.
L’ancien président français François Hollande, à gauche, regarde un autre ancien président, Nicolas Sarkozy, serrer la main d’Emmanuel Macron lors de la cérémonie de son investiture. Photo : Gonzalo Fuentes/AP

Il a insisté sur le fait que son second mandat de cinq ans ne serait pas une simple continuation du premier mandat mais une « nouvelle méthode ». Il s’est engagé à « agir » pour créer un système éducatif « plus inclusif » et « un service de santé accessible partout » ainsi qu’une plus grande égalité sexuelle et une armée plus forte.

« Je n’ai qu’un seul objectif, c’est de servir, de servir notre pays (…) de servir mes compatriotes avec le sens du devoir (…) de servir nos enfants et nos jeunes », a-t-il déclaré.

Il a ensuite serré la main de nombreux invités, parmi lesquels les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que les membres actuels de son cabinet, qui seront tous remaniés dans les prochains jours.

Il s’est ensuite rendu dans les jardins de l’Elysée pour honorer le Tricolore tandis que la Marseillaise était jouée, suivie d’une salve de 21 coups de canon tirés depuis le complexe militaire des Invalides.

Macron, 44 ans, qui a remporté l’élection le 24 avril avec un score de 58,55% contre Le Pen, devrait maintenant nommer un nouveau premier ministre pour remplacer Jean Castex ainsi que d’autres ministres. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a déclaré à France 2 que le gouvernement ne changerait pas avant le début officiel du second mandat de Macron, le 13 mai.

Inscrivez-vous à First Edition, notre lettre d’information quotidienne gratuite – tous les matins de la semaine à 7 heures BST.

La cérémonie de samedi a eu lieu après que le Parti socialiste, les Verts/écologistes et les communistes aient formé une alliance historique pour les élections législatives à deux tours du mois prochain, sous la direction du leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, de La France Insoumise, qui est arrivé en troisième position à l’élection présidentielle.

Diverses factions centristes et de centre-droit se sont ralliées à Macron sous le slogan Ensemble ; le président a changé le nom de son parti La République en Marche – créé pour le porter au pouvoir il y a cinq ans – en Renaissance.

Macron doit maintenant se battre pour conserver le contrôle du Parlement français au cours de ce qui sera ses cinq dernières années au pouvoir.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page