Le seul membre survivant d’une cellule soupçonnée d’avoir perpétré les attentats terroristes de novembre 2015 et les fusillades à travers Paris a insisté sur le fait qu’il n’était pas un tueur, alors que le procès de neuf mois touche à sa fin.

« J’ai fait des erreurs, mais je ne suis pas un assassin. Je ne suis pas un tueur. Si vous me condamnez pour meurtre, vous commettrez une injustice », a déclaré Salah Abdeslam devant la cour spéciale de Paris, lundi.

« Mes premiers mots sont pour les victimes. J’ai déjà dit pardon.

« Certains diront que mes excuses ne sont pas sincères, que c’est une stratégie, comme s’il fallait une troisième personne pour juger. Plus de 130 morts, plus de 400 victimes, qui peut s’excuser de manière insincère pour tant de souffrance ? ». Abdeslam, 32 ans, a ajouté.

Les 14 hommes dans le box des accusés pour leur implication dans les attaques jihadistes ont eu une dernière chance de s’exprimer avant le verdict et la sentence attendus mercredi.

« Il n’a échappé à personne que j’ai évolué au cours de ce procès », a déclaré Abdeslam à la cour. « J’ai voulu vous expliquer certains incidents durant mon emprisonnement, non pas dans le but de me plaindre, loin de là. Il est ridicule de comparer ma douleur à la vôtre, mais je tiens à vous expliquer mon évolution. »

Abdeslam, qui portait un sweat-shirt matelassé gris, a décrit comment un grand gardien de prison m’a « malmené » et « tiré les cheveux » alors qu’il était emprisonné en Belgique après son arrestation.

« Ce qui m’a le plus choqué, c’est le plaisir d’être moi-même blessé », dit-il.

News:  Élections françaises 2022 : que pourrait-il se passer lorsque le pays se rendra aux urnes ? | France

Une autre fois, alors qu’il souffrait d’une appendicite, il raconte avoir été « traîné comme un chien à l’hôpital » mais, face à la « gentillesse des infirmières », il s’est retrouvé « incapable de parler ».

Salah Abdeslam.
Salah Abdeslam. Photo : Police Nationale/AFP/Getty Images

Un autre prévenu, Mohamed Bakkali, accusé d’avoir offert de l’aide aux attaquants, a déclaré à la cour : « Je condamne fermement ces attaques. Je présente sincèrement mes excuses aux victimes. Je ne l’ai pas fait avant car les mots n’avaient pas leur place face à leur douleur ».

Un seul des présents, Oussama Krayem, qui a refusé de parler tout au long du procès, est resté silencieux.

Au cours du procès, qui s’est ouvert en septembre dernier, Abdeslam s’est décrit comme un « combattant de l’État islamique » mais a déclaré qu’il avait choisi de ne pas faire exploser sa veste suicide, qui a été trouvée près d’une poubelle dans le nord de Paris.

Cependant, un expert en explosifs de la police a déclaré à la cour que la veste suicide que l’on pense avoir été portée par Abdeslam était défectueuse. Le témoin a déclaré que les détonateurs à l’avant et à l’arrière étaient « défectueux » et qu’il n’y avait ni interrupteur ni batterie.

« Je suppose qu’il aurait pu être déclenché avec une allumette ou un briquet. Et si le TATP [explosive] était suffisamment sec, il aurait pu se déclencher tout seul, de manière inattendue », a-t-il déclaré.

Le témoignage a jeté le doute sur les affirmations d’Abdeslam selon lesquelles il aurait renoncé à prendre part aux attaques à la dernière minute.

L’expert de la police a déclaré qu’il était impossible de savoir si Abdeslam avait essayé de faire exploser le gilet : « On ne peut pas le savoir : c’est instantané, soit ça marche, soit ça ne marche pas ».

IS a revendiqué les attentats du 13 novembre 2015, qui ont commencé vers 21 heures par l’explosion d’une bombe suicide au Stade de France et se sont poursuivis par un certain nombre de fusillades en voiture et d’attentats à la bombe dans des cafés et restaurants très fréquentés de la capitale, ainsi que par un massacre dans la salle de concert du Bataclan.

Abdeslam, un ressortissant français né à Bruxelles, est accusé d’être la clé de l’opération logistique internationale ramenant des djihadistes en Europe depuis la Syrie, où ils avaient combattu.

Il a été arrêté en mars 2016, après une chasse à l’homme de quatre mois, lors d’une fusillade avec la police belge dans la banlieue de Bruxelles, à Molenbeek-Saint-Jean. Quelques jours après sa mise en détention, des kamikazes soupçonnés de faire partie de la même cellule terroriste ont frappé à l’aéroport de Bruxelles et dans le métro de la ville, faisant 32 morts et des centaines de blessés.

Le procureur général a requis une peine de prison à vie pour Abdeslam avec très peu, voire aucune, possibilité de libération.

Olivia Ronen, l’avocate d’Abdeslam, a déclaré qu’une telle peine serait l’équivalent d’une « condamnation à mort lente ».

Les procureurs ont fait valoir que la peine de prison à perpétuité – qui n’a été prononcée que quatre fois en France depuis 2007 et uniquement pour les personnes ayant tué un enfant après l’avoir torturé ou violé – était justifiée dans le cas d’Abdeslam car sa réinsertion dans la société semblait impossible en raison de son « idéologie mortifère ».

« Je ne crois pas qu’un retour à l’avant soit possible », a déclaré le procureur Camille Hennetier, citant Voltaire qui disait : « Quand le fanatisme a pourri le cerveau, la maladie est presque incurable. »

Elle a ajouté : « Nous sommes bien conscients de ce que signifie cette peine, mais c’est la seule réponse socialement acceptable pour protéger la société. »

Au cours du contre-interrogatoire, Abdeslam – qui jusque-là avait surtout refusé de parler depuis son arrestation – a déclaré à la cour : « Je n’ai tué personne et je n’ai blessé personne. Je n’ai pas infligé la moindre égratignure à qui que ce soit. C’est important pour moi de le dire ».

Il a ajouté : « Ce que je peux vous dire, c’est que je ne suis pas un danger pour la société. »

Le processus judiciaire marathon est le plus grand procès pénal jamais organisé en France. Quatorze suspects sont sur le banc des accusés et six autres personnes sont jugées en leur absence, cinq d’entre elles étant présumées mortes en Irak ou en Syrie, la sixième étant emprisonnée en Turquie.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page