Jordan Fievez était assis à la table de la cuisine de sa maison louée dans un village de Picardie, s’inquiétant du prix du carburant. « A la moitié du mois, je suis déjà à découvert », dit-il à propos de la hausse des factures et du coût du diesel pour ses 50 km aller-retour au travail.

Ce jeune homme de 27 ans travaille dans une usine qui fabrique l’un des produits préférés des magasins français, la purée de pommes de terre séchée. Il fait partie de ces travailleurs dont Emmanuel Macron a fait l’éloge pour avoir « nourri la nation » pendant la pandémie de Covid. Mais même avec les 100 euros versés par Macron pour « compenser l’inflation » et le plafonnement des prix du gaz et de l’électricité par le gouvernement – qui a empêché les prix français d’augmenter aussi vite que dans la plupart des autres pays européens – Fievez se sent « épuisé » par la lutte pour joindre les deux bouts. Avec deux enfants et un partenaire qui gagne le salaire minimum dans un magasin de sport d’une ville éloignée, « on a l’impression de travailler juste pour payer les frais de carburant pour se rendre au travail », a-t-il déclaré. Dans cette zone rurale où les services sont rares, il faut faire 10 km pour acheter du lait.

Fievez dit qu’il votera pour la candidate d’extrême droite Marine Le Pen à la présidence ce dimanche. Un peu plus de 60% des habitants de son village, Solente, avaient voté Le Pen au premier tour le 10 avril, après ses promesses de baisser la TVA sur les produits de base dans le contexte de la crise du coût de la vie. « Dans tout le Nord, les gens n’en peuvent plus, on survit à peine, il faut que ça change », a déclaré Fievez. « Macron est le président des riches ».

News:  Presser sur les bénéfices supplémentaires des énergies renouvelables et de l'énergie nucléaire, feu vert pour les États de l'UE

La région du nord de la France des Hauts de France, qui s’étend des champs de céréales de la Picardie jusqu’à la côte de Calais, en passant par les anciens centres miniers désindustrialisés, en est venue à symboliser à la fois la base de soutien de Le Pen parmi les travailleurs et les défis du centriste Macron pour remporter sa réélection le 24 avril. Macron est en tête des sondages avec 56 % contre 44 % pour Le Pen. Mais, avec un taux de participation potentiellement faible, l’écart pourrait être beaucoup plus étroit que lorsqu’il a battu Le Pen il y a cinq ans avec 66 %. Pour la première fois en plus de 40 ans d’histoire de l’extrême droite française, Le Pen est considérée comme ayant une chance lointaine de gagner, dans ce que le porte-parole du gouvernement français a averti cette semaine comme un risque de tremblement de terre « style Brexit ».

Macron, cherchant à montrer qu’il n’a pas peur d’entendre le désespoir des gens, s’est délibérément rendu au nord et à l’est des terres de Le Pen pour se rapprocher des électeurs en colère – « à portée de gifle », selon les observateurs. « Vous êtes arrogant, vous nous regardez de haut, vous êtes cynique, machiavélique, vous êtes un manipulateur et vous êtes un menteur », a déclaré un homme dans le Bas-Rhin qui avait voté Macron en 2017, mais qui allait maintenant passer à Le Pen. « Je suis très conscient des divisions de la société », a déclaré Macron à Carvin, dans le nord de la France.

Le défi pour les démarcheurs de Macron était de persuader les électeurs de ses améliorations de l’économie – qu’il avait fait baisser le chômage, plafonné les prix de l’énergie, réduit les impôts et commencé à créer plus d’emplois industriels en France après des décennies de fermetures d’usines. Dans la ville minière de Lens, dans le nord de la France, où le taux de chômage, qui était de 14 % lorsque M. Macron a pris ses fonctions, est aujourd’hui tombé à 10 %, Mme Le Pen est encore arrivée en tête des sondages au premier tour.

News:  "Des roquettes ukrainiennes ont frappé le siège du groupe Wagner dans le Donbass"

« Nous avons une société qui est fracturée entre le bas de la pyramide et le haut », a déclaré l’allié de Macron, François Bayrou. Mais le tableau est plus complexe qu’un simple clivage entre les travailleurs à faibles revenus qui choisissent Le Pen et les cadres et retraités qui choisissent Macron. Les sondeurs mettent en garde contre une désillusion et une insatisfaction croissantes à l’égard de la classe politique. Plus de 12 millions d’électeurs ne se sont pas rendus aux urnes au premier tour.

L’âpre combat final entre le pro-européen, pro-business Macron et l’extrême-droite, anti-immigration, favorable à la Russie Le Pen est devenu un concours sur le candidat qui attire le plus d’hostilité. Les plus de 7 millions d’électeurs qui, au premier tour, ont choisi le candidat de la gauche dure Jean-Luc Mélenchon, notamment les étudiants, les jeunes et les travailleurs à faible revenu des zones urbaines, détiennent la clé du vote. Macron a besoin qu’une grande partie d’entre eux le soutiennent pour repousser Le Pen. Certains se disent trop hostiles à Macron pour voter pour lui, d’autres s’abstiendront. Ne pas se rendre aux urnes, a averti l’allié de Macron Christophe Castaner, c’est jouer à la « roulette russe » avec la perspective d’une présidence d’extrême droite.

Les sondages montrent que le soutien de Mme Le Pen est plus qu’un simple vote de protestation, un nombre croissant d’entre eux adhérant à ses promesses de s’attaquer à la crise du coût de la vie, qui est la principale préoccupation des électeurs et influencera le vote final.

Pascal Patté
Pascal Patté a souffert de la baisse de son pouvoir d’achat et votera pour Marine Le Pen au second tour, comme il l’a fait au premier tour et comme il le fait habituellement. Photographie : Sameer Al-Doumy/The Guardian

Dans le village picard de Beaulieu-les-Fontaines, Pascal Patté, 58 ans, était un autre des héros du quotidien de Macron qui avait permis au pays de se nourrir pendant la pandémie. Il était un phénomène de plus en plus rare en France : un boulanger de village. Les habitants des régions les moins peuplées de France doivent désormais parcourir en moyenne 2,2 km pour acheter du pain, a récemment averti le Sénat français, car les commerces de village ferment en raison de la concurrence des hypermarchés.

« Je suis au bout du rouleau », a déclaré Patté, 58 ans, en rangeant les baguettes. « Pendant les deux premières semaines de fermeture en 2020, j’ai vendu plus de 80 baguettes par jour et des quantités record de farine et de levure aux personnes qui voulaient cuisiner à la maison. Mais maintenant, je suis de retour à la lutte. À 7 heures du matin aujourd’hui, j’ai sorti 15 baguettes, à 11 heures, je n’en avais vendu que six. »

Patté est le seul boulanger dans un rayon de 12 à 15 km et se déplace pour mettre ses baguettes dans les distributeurs automatiques d’autres villages. « J’aime mon métier, j’ai commencé la boulangerie à 15 ans », dit-il. Mais avec les prix et les coûts du carburant, il a dû contracter un prêt soutenu par le gouvernement pour rester à flot. Il voit dans un vote pour Marine Le Pen une solution. « Nous devons essayer quelque chose de différent en France, nous avons besoin de changement, nous ne pouvons pas continuer à nous battre », a-t-il dit. Dans son village, Le Pen a obtenu 50 % des voix au premier tour.

Théo Savard
Théo Savard a bénéficié de l’augmentation des programmes de formation pour les jeunes de Macron, mais il est désormais favorable à Le Pen en raison de sa promesse d’un impôt sur le revenu nul. Photo : Sameer Al-Doumy/The Guardian

Théo Savard, 20 ans, symbolise ce que Macron considère comme l’une de ses principales réussites en cinq ans : l’augmentation des programmes de formation pour les jeunes. Apprenti tôlier, Savard travaillait dans l’atelier de carrosserie d’un garage local. Mais lui aussi voulait du changement. Il a vu les difficultés de la pandémie car sa sœur était infirmière et sa mère travaillait dans une maison de soins pour personnes âgées. Aujourd’hui, il s’inquiète de ne pas avoir les moyens de quitter la maison de ses parents et de payer les frais d’essence pour se rendre au travail ou voir sa petite amie, apprentie coiffeuse dans une grande ville. Il se dit ouvert aux idées de Mélenchon et ne partage pas les positions anti-immigration de Le Pen ni sa promesse d’interdire le foulard musulman. Mais il ne la trouvait pas dangereuse. Il voterait Le Pen pour le changement et en raison de sa promesse d’un impôt sur le revenu nul pour les personnes de moins de 30 ans.

« Quand Macron est arrivé au pouvoir, il était jeune et a dit qu’il allait changer les choses, mais on dirait qu’il a fait plus pour les riches que pour les gens normaux », a déclaré Savard. « Il ne s’agit pas de voter pour les extrêmes, c’est que les gens dans les zones rurales ne peuvent pas s’en sortir ».

Plus au nord, dans la ville d’Amiens, dans la Somme, où Macron a grandi, Mélenchon était arrivé en tête des sondages du premier tour.

Capucine, 23 ans, diplômée en génie chimique et promise à un avenir dans la recherche scientifique, n’a pas voté au premier tour. Elle était radicalement opposée à l’extrême droite, mais aussi en colère contre l’opposition personnelle de Macron à l’allongement du délai de l’avortement et estimait qu’il faisait preuve de « dédain » envers la classe ouvrière. « Je pense que je vais utiliser un vote par procuration car je ne peux pas me résoudre personnellement à toucher un bulletin de vote portant le nom de Macron », a-t-elle déclaré.

Julie, 19 ans, et deux camarades étudiants en droit devant les bâtiments de l’université, avaient voté Mélenchon mais voteraient désormais Le Pen. « Nous sommes trop en colère contre Macron. Il n’a pas fait assez pour soutenir les étudiants. Je ne pense pas que Le Pen soit un danger, elle ne pourra pas réellement aller jusqu’à interdire le foulard musulman ou changer la constitution française pour diminuer les droits des étrangers. »

Barbara Pompili, la ministre de l’environnement de Macron, qui a grandi dans une ancienne zone minière du nord, prospectait dans les rues d’Amiens sur le danger de l’extrême droite. « Les gens ne considèrent pas cette élection comme gagnée, il y a beaucoup de gens qui hésitent encore », a-t-elle déclaré. « Je pense qu’il y a un réel besoin de reconstruire la confiance entre les politiques et les citoyens sur le terrain ». Elle estime que les mots « extrême droite » auraient autrefois mobilisé un vote tactique réflexe de la gauche et de la droite pour écarter les extrêmes, mais que cela ne fonctionne plus. En distribuant des tracts, elle a prévenu que Le Pen aggraverait le changement climatique et que « l’extrême droite n’a jamais apporté la prospérité à un pays ».

Le chômage dans la région a chuté de 12% à 9% pendant la présidence de Macron, et plusieurs personnes ont exprimé leur soutien à sa gestion de la crise Covid et de la guerre en Ukraine. « Il est absolument essentiel de voter Macron pour écarter l’extrême droite », a déclaré Martine, 28 ans, qui travaille avec des enfants handicapés.

Mais le plus souvent, Pompili se tenait debout pour parler à ceux qui avaient l’intention de s’abstenir. « Ni Macron, ni Le Pen, je ne peux pas me résoudre à voter », a déclaré un jeune de 19 ans à la recherche d’un apprentissage en puériculture. « Je ne dis pas que Macron est parfait, je dis que Marine Le Pen est une catastrophe », a déclaré Pompili.

Dans la cité Pigonnier, dans l’un des quartiers les plus pauvres du nord d’Amiens, Mohammed tenait un stand de fruits sur le marché, et avait remarqué que les clients achetaient moins de fruits et légumes à mesure que les prix augmentaient. Il avait voté Mélenchon au premier tour mais s’abstiendrait désormais. « Il y a cinq ans, j’ai voté Macron et j’ai été déçu, je ne peux tout simplement pas le refaire ».

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page