La France est le deuxième finaliste de la Coupe du monde 2022. Vingt-quatre heures après l’Argentine, les garçons de Deschamps prennent la passe pour le dernier acte de la Coupe du monde en battant le Maroc 2-0, grâce à une ouverture de Theo Hernandez et un autre à le 81e de Kolo Muani. Beaucoup de Maroc au milieu : cette fois, parler de sortir la tête haute n’est pas une phrase anodine, pour le moins qu’on puisse dire. C’est la conséquence d’une performance courageuse et volontariste. Au fur et à mesure que dans les jeux précédents. Les garçons de Walid Regragui ont tenté par tous les moyens de répondre au but marqué à la 5e minute par Theo Hernandez en acrobatie mais ils n’y sont pas parvenus. Et samedi, la finale contre la Croatie se jouera.

Comme l’Italie de Pozzo, comme le Brésil de Pelé. La France de Mbappé tentera de remporter sa deuxième Coupe du monde consécutive dimanche après avoir éliminé la Pologne, l’Angleterre et le Maroc à partir des huitièmes de finale. Ce Maroc qui jusqu’au 2-0 de Kolo Muani attaquait et faisait souffrir les défenseurs centraux français. Qui chancela mais ne tomba jamais.

La cascade de Theo Hernandez à la cinquième minute ressemblait au prélude à un combat en défense pour Deschamps et ses garçons. Non qu’après la France elle se soit bornée à administrer l’avantage, au contraire. Giroud a eu deux occasions sensationnelles en première mi-temps, Mbappé a semé à plusieurs reprises la panique chez les défenseurs adverses et, plus généralement, Bounou a été maintes fois mis en cause. Mais le Maroc a répondu coup pour coup : Ounahi déjà à la dixième minute a fait comprendre à Lloris que le Maroc ne se limiterait pas à défendre, puis El Yamiq dans les dernières minutes de la première fraction a frappé le poteau après un coup de vélo sensationnel. Entre les deux, de nombreuses actions intéressantes et des conclusions différentes.

News:  Samedi sur le banc. Il y a aussi Monza

L’intrigue n’a pas changé en seconde période. Et ce n’est pas un hasard si la possession du ballon a récompensé les garçons de Walid Regragui, entraîneur qui s’affirme comme une grande surprise dans cette Coupe du monde. Les Lions de l’Atlas ont fait preuve d’idées et d’organisation tactique, de technique individuelle et de fureur compétitive. Mais la France c’est autre chose. Surtout, son numéro 10 est : c’est lui qui a semé la panique sur le premier et le deuxième buts, avec les remerciements du fond du cœur de Theo Hernandez et Kolo Muani. Dimanche ce sera aussi Messi contre Mbappè, le défi dans le défi. Et quel défi : tous deux atteignent la phase finale après une Coupe du monde extraordinaire. Il l’écrit Prolongation TMW

LES PAROLES DE LORENZO AMORUSO

Amoruso : « C’est facile de dire qu’on vend Amrabat, mais il ne faut pas le remplacer comme Chiesa et Vlahovic »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page