« Le football n’est pas un monde à part, la position que nous avons prise est connue : il n’y a pas d’acompte sur le sujet, mais seulement un report technique des mandats du 16 au 22 décembre ». C’est ce qu’a déclaré le ministre des sports et de la jeunesse, Andrea Abodi, lors d’une audition devant les commissions de la culture réunies à la Chambre et au Sénat sur les orientations programmatiques du ministère, en parlant de la demande de la Serie A de payer en plusieurs fois les dettes sur les impôts à payer par 22 décembre. « Le football est un élément du système industriel, mais pas d’un monde à part ».

« Nous respectons les demandes de certaines entreprises qui en avaient besoin, mais ces mêmes entreprises ont eu le temps de pouvoir s’équiper en créant les réserves nécessaires pour se mettre en conformité avec l’administration fiscale. Maintenant, ils assument les mêmes responsabilités que le système d’entreprise assume. On peut dire que c’est la première fois où, au-delà des urgences, on va essayer de garder le point qui permettra au football italien d’évoluer, en entrant dans une logique de normalité « . Il le ramène Football et finances.

Ainsi gagne la ligne Fiorentina, qui était le seul club de Serie A à s’être déclaré contre la énième possibilité de fractionner le paiement des impôts pour les clubs. Cette position prise par la société Viola n’a pas été très bien accueillie par le reste des sociétés italiennes.

ANGELONI PARLE DES ÉQUIPES B

Angeloni explique : « La Fiorentina n’a pas d’équipe B comme la Juventus car les coûts sont trop élevés »

Votez pour ce post
News:  "Avoir Vicar, c'est comme avoir un bombardier de 20 millions"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page