Deux policiers ont été tués alors qu’ils tentaient d’arrêter un bus transportant une cinquantaine de migrants en situation irrégulière. C’est arrivé en Bulgarie, à la périphérie de la ville de Bourgas, à environ 400 kilomètres à l’est de Sofia. Peu avant 5 heures du matin, le bus à plaque turque a ignoré plusieurs ordres consécutifs de s’arrêter à deux postes de contrôle de la police des frontières et, à proximité d’un rond-point, a bifurqué sur la piste cyclable et a pris de plein fouet le véhicule de la police des frontières.

« Les passeurs et les trafiquants ont déclaré la guerre à l’Etat bulgare, qui répondra de toutes ses forces », a tonné le ministre de l’Intérieur par intérim Ivan Demerdzhiev, qui a promis : « Je ferai de mon mieux pour empêcher que cet incident ne se reproduise et pour mettre un fin à ces actions qui sont devenues de plus en plus fréquentes ». Pour ce faire « nous incluons le ministère de la Défense pour nous aider », a-t-il annoncé, expliquant que les contrôles aux frontières seront renforcés dans les prochains jours pour décourager la pression migratoire.

Un témoin oculaire a rapporté que deux hommes ont sauté du bus, dont l’un a réussi à s’échapper et l’autre a été arrêté par la police. Selon le ministère, le bus transportait 48 Syriens ayant le statut de réfugié, dont des femmes et des enfants, et aucun d’entre eux n’a été grièvement blessé. Jusqu’à présent, aucune accusation n’a été portée contre le chauffeur, qui est également syrien, mais le procureur de district Georgi Chinev a qualifié ses actions d ‘ »acte conscient et intentionnel ».

News:  "Leonardo est la première entreprise à recevoir des fonds de l'UE pour l'industrie de guerre"

Le ministre Demerdzhiev a fait valoir que les agents frontaliers sont également responsables de l’incident. « La principale raison de cet incident est l’exécution insuffisamment précise des tâches par la police des frontières, car ce n’était pas la tâche de la police de Bourgas d’arrêter le bus. Cela aurait dû être fait par la police des frontières en premier », a-t-il déclaré. .

La Bulgarie, pays balkanique de sept millions d’habitants, se trouve sur l’une des principales routes des migrants du Moyen-Orient et d’Afghanistan vers l’Europe. Seule une petite partie d’entre eux a l’intention de rester dans le pays le plus pauvre de l’UE, utilisant plutôt la Bulgarie comme couloir de transit vers l’ouest.

Lire la suite aujourd’hui

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page