Depuis 2014, la Russie a secrètement transféré quelque 300 millions de dollars à des partis politiques étrangers, des dirigeants et des hommes politiques dans plus de vingt pays pour exercer son « soft power ». Des chiffres sous-estimés par rapport à ceux que Poutine a effectivement dépensés pour étendre son influence et influencer les responsables locaux, comme l’a souligné un haut responsable de l’administration Biden lors d’une conférence téléphonique, dans laquelle le département d’État a voulu alerter les ambassades américaines dispersées à travers le globe en Ingérence russe. Le câble, signé par le secrétaire d’État Antony Blinken, est basé sur des informations de renseignement relatives aux stratégies mises en œuvre par la Russie pour créer un réseau de consensus et de soutien autour de Moscou. Le document ne mentionne pas spécifiquement les objectifs de Moscou, mais indique clairement que les États-Unis fournissent des informations classifiées à des pays spécifiques.

Le réseau créé par Moscou pour soutenir les individus et les causes aurait impliqué des think tanks en Europe et des entreprises publiques en Amérique centrale, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En particulier, selon le Washington Post, un membre de l’administration américaine a souligné que le président russe Vladimir Poutine a dépensé des sommes colossales « pour tenter de manipuler les démocraties de l’intérieur ». Le journal a demandé, sans l’obtenir, un commentaire de l’ambassade de Russie à Washington. A l’honneur, notamment, les activités russes en Ukraine : la source consultée par le WP n’a pas précisé combien d’argent Moscou a dépensé dans le pays dirigé par le président Volodymyr Zelensky et envahi en février par les forces russes.

News:  De nouveaux crimes de guerre russes émergent dans les villes libérées d'Ukraine

Les États-Unis ont partagé les informations recueillies avec les pays concernés, déchaînant l’Europe et l’Italie, de plus en plus proches des élections du 25 septembre. Les informations n’indiquent pas de « cibles » russes précises et ce n’est en tout cas pas la première fois que les services de renseignement américains dénoncent une campagne d’influence financée par des partis nationalistes, anti-européens et d’extrême droite qui représentent environ 20 % de l’Union européenne Parlement. Selon un article paru dans le journal britannique Telegraph en 2016, les agences de renseignement américaines avaient collecté des informations qui montreraient comment le Kremlin influençait certains partis politiques en Europe. Le Congrès américain avait confié la tâche de contrôler les financements russes des 10 dernières années aux partis européens du National Intelligence dirigés à l’époque par James Clapper, une mission toujours en cours. Même alors, les partis impliqués n’ont pas été divulgués, mais les forces politiques en France, aux Pays-Bas, en Hongrie, en Autriche, en République tchèque et en Italie se sont retrouvées dans le collimateur des médias, la Ligue de Matteo Salvini niant toute implication à l’époque.

Le lien entre la Russie et les mouvements eurosceptiques fait depuis longtemps l’objet d’études : en 2013, l’Eurasian Intelligence Center a publié une liste de partis anti-européens, à tendance xénophobe et antilibérale, qui entretiennent des relations avec Moscou. Dans la liste figurent l’UKip (Royaume-Uni), à l’époque du Brexit, l’AfD et le Parti national démocrate (Allemagne), le Jobbik (Hongrie), l’Aube dorée (Grèce) et le Front national (France) de Marine Le Pen, quête qu’elle était forcée lors de la dernière campagne électorale de jeter plus d’un million d’exemplaires imprimés – mais pas encore distribués – d’une brochure électorale qui la représentait serrant la main du tsar. Un cas sensationnel s’est produit en 2019 en Autriche lorsque le journal Der Spiegel a publié une vidéo datant de deux ans plus tôt, qui relatait la conversation entre Heinz-Christian Strache – chef du parti d’extrême droite – et la nièce d’un oligarque russe, à propos de le financement et le soutien médiatique de la campagne électorale en échange de marchés publics : un scandale qui a conduit à la méfiance envers le gouvernement – dont Strache était vice-chancelier – et à de nouvelles élections. Le 10 mars, le Parlement européen a adopté une résolution interdisant l’ingérence étrangère dans la politique européenne, ciblant les financements de la Russie (mais aussi de la Chine). Cependant, il existe des lacunes législatives dans un tiers des États de l’Union pour autoriser cette pratique, tandis que là où l’interdiction est prévue, il existe des lacunes qui permettent de transférer des fonds, en masquant leur origine.

News:  Signification spirituelle de l'heure miroir 02h02

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page