Le président américain Joe Biden a sévèrement attaqué Vladimir Poutine et l’invasion russe de l’Ukraine lors d’un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies. L’intervention de Biden intervient au lendemain de l’annonce du président russe de mobiliser les réservistes, avec des menaces voilées de guerre nucléaire. « Avouons-le clairement – a déclaré Biden – un membre permanent du Conseil de sécurité a envahi un voisin, a tenté de rayer un État souverain de la carte. La Russie a violé sans vergogne les principes de la charte de l’ONU ». « Cette guerre – a-t-il ajouté – concerne le droit de l’Ukraine à exister, pur et simple. Et le droit de l’Ukraine à exister en tant que peuple ». Selon des sources de la Maison Blanche, le discours de Biden a été mis à jour précisément à la lumière des dernières déclarations de Poutine, avec des tons et des déclarations plus durs que l’original.

« Une guerre nucléaire ne se gagne pas »

Biden a confirmé son soutien inconditionnel à Kiev et a qualifié la menace nucléaire lancée par Vladimir Poutine d' »acte imprudent et irresponsable », car la guerre avec l’utilisation d’armes atomiques « ne peut pas être gagnée et ne doit jamais être menée ». Une situation de tension croissante dans laquelle Washington précise pourtant qu’il n’est pas en guerre avec la Russie. « Non, nous ne le sommes pas du tout », souligne le porte-parole de la sécurité nationale américaine, John Kirby.

La Russie « est en guerre à l’intérieur de l’Ukraine », ajoute-t-il, affirmant que les Etats-Unis prennent la menace nucléaire de Poutine « très au sérieux », l’avertissant des « conséquences graves » auxquelles il serait confronté s’il décidait de recourir aux armes nucléaires. Pour Kirby, cependant, le discours du chef du Kremlin est « certainement un signe de difficulté » de la part du président d’une nation qui « a subi des dizaines de milliers de victimes, a des problèmes de commandement et de contrôle, un moral terrible du troupes, problèmes de désertion. et force les blessés à riposter. »

News:  les festivals "verts" européens mis en cause

Lire la suite aujourd’hui

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page