« Le sixième décret » pour doter l’Ukraine de nouvelles armes « est en préparation, il y aura, je pense qu’il sera partagé par la quasi-totalité du parlement, il donnera à l’Ukraine la possibilité de se défendre contre les frappes aériennes. Cela veut dire des missiles qui tirent abattre d’autres missiles. Ce sont des systèmes qui ont ce but ». Le ministre de la Défense, Guido Crosetto, l’a dit dimanche soir en tant qu’invité de « Che tempo che fa » sur Rai 3. L’Italie n’hésite pas sur ce que Zelensky a demandé. Le gouvernement Meloni est déterminé à donner son feu vert à la fourniture d’Aspide, des missiles sol-air utiles à la défense d’une ville, et de boucliers antimissiles Samp-T, développés avec la France. Au lieu de cela, l’Allemagne reste assiégée, même si elle donne le premier oui, après de fortes pressions.

« Ce qui est attendu, c’est une augmentation des affrontements terrestres » avec l’utilisation de « tous les véhicules terrestres qu’il n’a pas encore utilisés et une tentative de percée en Ukraine », a ajouté Crosetto. « Face à cela, l’attitude ukrainienne a également changé, qui demandait jusqu’à il y a quelques semaines une défense contre les attaques de missiles » et « maintenant l’Ukraine demande de l’aide pour les attaques terrestres ».

L’Italie a déjà fourni à l’Ukraine des armes d’une valeur de 1 milliard d’euros

Dans un autre entretien hier matin avec le ministre des Affaires étrangères Antonio Tajani, il y avait pour la première fois une estimation officielle, bien qu’approximative, de la valeur économique des cinq premiers paquets d’aide militaire de l’Italie à l’Ukraine : « L’Italie a déjà fourni à l’Ukraine 5 paquets d’aide dans le domaine de la défense pour environ 1 milliard d’euros. Un sixième paquet est en cours de préparation, qui comprend des systèmes de défense aérienne. Le ministre Kuleba a remercié pour le soutien apporté, j’ai réitéré qu’il se poursuivra En collaboration avec la France, nous finalisons l’envoi de le Samp-T, et en tout cas il y a d’autres actions sur lesquelles nous travaillons en toute confidentialité ». En tout état de cause, assure le propriétaire du ministère des Affaires étrangères, « le parlement sera toujours informé de toute initiative et de toute éventuelle expédition future de matériel militaire. Je vous rappelle que le décret ukrainien a prolongé la possibilité d’approvisionnement jusqu’en 2023. Nous respecterons l’engagement fait », conclut-il Tajani.

News:  L'extrême droite polonaise organise une manifestation contre les réfugiés ukrainiens, personne ne se présente

Faire pression sur l’Allemagne

Quant aux hésitations de l’Allemagne, « j’ai du respect pour les autres nations, chaque pays est autonome – affirme Crosetto -. La majorité allemande actuelle a été élue pour réduire les dépenses de défense, ils font la plus forte augmentation en 70 ans. Je comprends les difficultés de Scholz, je trouver la pression des autres absurde, je suis convaincu qu’il finira par faire ce qu’il a à faire ». Depuis quelques heures, la position de Berlin s’assouplit. Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a annoncé qu’il attendait une décision prochaine sur l’envoi ou non de chars Leopard en Ukraine, comme demandé avec insistance par Kiev.

L’Allemagne ne s’opposera pas à une éventuelle expédition de chars Leopard 2 de la Pologne vers l’Ukraine, selon la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock à la chaîne française Prolongation LCI. L’Allemagne, fabricant des chars, doit autoriser le transfert des véhicules du pays acheteur – en l’occurrence la Pologne – vers l’Ukraine, engagée dans la guerre contre la Russie depuis près d’un an. « La question ne nous a pas été posée. Si on nous la posait, nous ne nous gênerions pas », selon les mots du ministre. Donc l’Allemagne ne s’opposerait pas à l’envoi des chars ? « Vous avez raison », a expliqué Baerbock. « Nous avons des règles, relatives aux contrôles dits de l’utilisation finale. Les armes destinées au combat ne peuvent être produites, transportées et commercialisées qu’avec l’autorisation du gouvernement fédéral », explique le ministre. La décision finale appartient au chancelier Olaf Scholz. Le thème était au centre du récent sommet de Ramstein, où se sont réunis les ministres de la défense des pays qui soutiennent Kiev.

News:  Le plus grand paquebot du monde sera démoli sans avoir jamais voyagé

Hier, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré : « Nous ne regarderons pas l’Ukraine saigner à mort. Kiev et l’Europe gagneront cette guerre, avec ou sans l’Allemagne ». L’attitude très prudente du chancelier Olaf Scholz rend nerveux de nombreux gouvernements occidentaux, et au sommet de l’OTAN à Ramstein, le ton était très vif selon des personnes bien informées. Les États-Unis n’ont pas apprécié le choix allemand d’imposer des conditions à Washington : nous enverrons les Léopards si vous envoyez les Abrams M1, a déclaré Scholz, selon qui toute livraison de Léopards à l’Ukraine dans un avenir proche « se fera en étroite coordination avec amis et alliés ».

Des chars français à Kiev ?

La France pour sa part n’exclut pas la possibilité de livrer des chars lourds « Leclerc » à l’Ukraine pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. C’est ce qu’a annoncé le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz. Macron précise trois conditions pour l’envoi de ses Leclerc : que le ravitaillement n’entraîne pas une escalade du conflit (ce qui est aussi l’une des raisons de la prudence allemande), que les soldats ukrainiens soient entraînés et que les capacités de la défense française soient pas compromis. En fait, selon de nombreux analystes, l’une des vraies raisons pour que le « ballet » sur les chars soit tiré ou non sur Zelensky est la pénurie d’armements disponibles sur le vieux continent : l’Allemagne dispose de moins de 300 Leopard 2, dont seulement 130 serait opérationnel. La France dispose de 200 Leclerc disponibles, et pourrait en donner à Kiev une vingtaine au maximum. Pendant ce temps, la guerre en Ukraine a atteint le jour numéro 334.

Pourquoi les chars allemands Leopard 2 sont-ils si importants pour l’Ukraine

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page