Les inspecteurs de l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, ont entamé la mission « technique » dirigée par le secrétaire général Rafael Mariano Grossi : leur tâche sera de surveiller la situation à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, la plus grande d’Europe, située au sud-est de l’Ukraine et menacée par le conflit en cours avec la Russie. Les 14 inspecteurs se sont rendus de Kiev à la ville de Zaporizhzhia, située à environ 55 kilomètres de la centrale nucléaire. Les principales craintes des experts concernent le trajet jusqu’à l’usine, qui implique de traverser des territoires actuellement sous le contrôle des troupes moscovites.

« Nous y passerons quelques jours », a déclaré le chef de l’AIEA et de la mission, Rafael Grossi, avant de quitter Kiev dans l’espoir de s’entretenir avec le personnel ukrainien de la centrale lors de la visite. « Nous allons dans un territoire occupé et cela nécessite des garanties explicites, non seulement du côté russe », mais aussi du côté ukrainien, a-t-il dit, avant de partir à bord d’un convoi de dix véhicules blancs aux insignes onusiens. « Il s’agit d’une mission technique visant à prévenir une catastrophe nucléaire. »

« Il s’agit d’une mission importante et nous faisons tout notre possible pour qu’elle se déroule de manière sûre et efficace. Les forces d’occupation russes doivent cesser de bombarder les couloirs utilisés par la délégation de l’AIEA pour atteindre la centrale nucléaire de Zaporizhzhia et ne pas entraver ses activités dans le centrale occupée par les Russes « : c’est le commentaire du porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Kiev, Oleg Nikolenko. » Dans le cadre de leur mission, les experts de l’AIEA doivent enregistrer les violations des normes et réglementations de sûreté nucléaire – a-t-il ajouté – La position de L’Ukraine reste inchangée et la centrale électrique doit être immédiatement démilitarisée, l’occupation doit cesser et elle doit être transférée sous le contrôle total du gouvernement ukrainien ».

News:  Kohlanta, une île paradisiaque pour les amoureux du sport et de la nature

Pendant ce temps, l’Iran a proposé de servir de médiateur dans la crise de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia. Cela a été annoncé par le ministre des Affaires étrangères de la République islamique, Hossein Amir-Abdollahian, qui a rencontré aujourd’hui à Moscou son homologue russe, Sergueï Lavrov. « La République islamique d’Iran, acteur clé du secteur nucléaire pacifique, se tient prête à fournir toute assistance susceptible d’aider à rétablir la paix et le calme dans cette centrale nucléaire et ses environs », a-t-il déclaré aux journalistes.

Amir-Abdollahian a également annoncé qu’il avait envoyé un message au gouvernement russe d’un dirigeant d’une nation européenne au sujet de la guerre en Ukraine. « Au cours des entretiens d’aujourd’hui, à sa demande, nous avons transmis un message sur la situation en Ukraine d’un dirigeant d’un pays européen, qui s’était adressé à notre président Raisi », a-t-il expliqué, soulignant que dans le message « il y avait des idées sur le soutien à la paix ainsi que sur la cessation des hostilités en Ukraine ».

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page