Des perquisitions ont été menées à Milan et Calusco D’Adda, dans la province de Bergame, entre hier soir et aujourd’hui, contre l’ancien député européen Antonio Panzeri et sa famille par la Guardia di Finanza, à la demande du troisième département des affaires internationales dirigé par l’adjoint de Milan Fabio De Pasquale, en exécution d’une ordonnance d’enquête européenne dans l’enquête de Bruxelles, pour de prétendues faveurs au Qatar et au Maroc, qui ont conduit à l’arrestation, entre autres, de Panzeri, sa femme et sa fille. D’après ce qui ressort, des supports informatiques et des documents ont été saisis, en plus de la somme de 17 mille euros en espèces retrouvée dans la maison de la province de Bergame.

Entre-temps, « il ne semble pas exister d’obstacles à la livraison » vers la Belgique. C’est ce qu’a écrit la juge de la Cour d’appel de Brescia Anna Dalla Libera dans la disposition validant l’arrestation de Maria Dolores Colleoni et Silvia Panzeri, épouse et fille de l’ancien député européen Antonio Panzeri, arrêtée vendredi dans la maison familiale de Calusco d ‘ Adda (Bergame) en exécution d’un mandat d’arrêt européen puis assignée à résidence. Les deux femmes sont accusées de corruption, blanchiment et association de malfaiteurs pour des faits commis entre le 1er janvier 2021 et le 8 décembre 2022.

L’enquête et les perquisitions

Dans le cadre de l’enquête au Qatar, le procureur fédéral belge a annoncé une perquisition dans les bureaux du Parlement européen. Le même parquet a ensuite annoncé que les quatre personnes interpellées, dont la vice-présidente du PE Eva Kaili, « se présenteront devant la chambre du conseil » pour une première audience mercredi.

News:  Coupon forfaitaire sur les locations Airbnb et nouvelles règles sur les données fiscales : ce qui change à partir de 2023

Panzeri est impliqué dans ce qui est probablement le plus gros scandale à avoir frappé le Parlement européen à ce jour. Ce sont des pots-de-vin. Depuis plusieurs mois – a annoncé le parquet de Bruxelles – des enquêteurs de la police judiciaire soupçonnent un Etat du Golfe d’avoir tenté d’influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen ». La corruption aurait eu lieu « en versant de grosses sommes d’argent et en offrant des cadeaux à des tiers occupant une position politique ou stratégique importante au sein du Parlement européen », ont ajouté les enquêteurs.

Selon la presse belge, l’Etat en question est le Qatar. L’hypothèse la plus accréditée par les journaux locaux est que des pressions sont venues du pays hôte de la Coupe du monde pour « nettoyer » sa mauvaise réputation liée au non-respect des droits de l’homme et des travailleurs migrants, dont beaucoup ont perdu la vie sur des chantiers de construction. après la désignation de l’État du Golfe pour accueillir le championnat du monde.

Le réseau de contacts de Panzeri au Parlement européen et les liens avec le Moyen-Orient

Pour cette raison, 600 000 euros en espèces ont été trouvés lors d’une opération massive par le parquet fédéral belge. Parmi ceux-ci, 500 se trouvaient dans un coffre-fort appartenant au principal suspect, l’ancien député européen du Parti démocrate et Article 1, Antonio Panzeri, actuellement fondateur et président de l’ONG Fight Impunity, créée pour lutter contre l’impunité et défendre les droits humains.

Panzeri a été arrêté avec sa femme et sa fille et ce n’est pas un hasard si les enquêteurs ont fouillé toutes les personnes liées à lui d’une manière ou d’une autre par des relations actuelles ou passées. Et de nombreuses personnes de ce réseau qui lui sont attribuables travaillent par coïncidence dans des domaines liés au golfe Persique et au Moyen-Orient.

News:  Un casino en ligne fiable en France peut proposer des bonus sans depot ?

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page