Mourir de faim et de soif, en pleine mer, en cherchant la possibilité d’avoir un avenir. C’était le sort de six autres personnes. Il s’agit de réfugiés syriens, membres d’un groupe qui a quitté les côtes turques il y a 15 jours. Les plus jeunes victimes n’ont qu’un et deux ans, avec un enfant de 12 ans et trois adultes. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) attire l’attention sur l’énième tragédie de la mer, soulignant que l’Agence assiste les 26 rescapés qui ont débarqué à Pozzallo (Ragusa), dont beaucoup « présentent des conditions extrêmement graves, notamment des brûlures ». .

Une fillette syrienne meurt de soif à l’âge de 4 ans après 10 jours de voyage en bateau

« Le HCR – lit une note – regrette profondément la mort tragique de six Syriens, dont deux jeunes enfants et une femme âgée, qui a eu lieu lors d’un voyage désespéré en mer pour chercher la sécurité en Europe ».

Certains proches des victimes ont survécu et font partie d’un groupe de 26 personnes qui débarquent d’un navire des garde-côtes italiens sur la côte sicilienne. Le HCR est présent au débarquement et « travaille avec des organisations non gouvernementales pour assurer l’assistance nécessaire aux survivants, y compris un soutien psychologique spécialisé ».

Cette année, selon les données de l’Agence, plus de 1 200 personnes sont décédées ou portées disparues en Méditerranée. « Cette perte de vie inacceptable et le fait que le groupe a passé plusieurs jours à la dérive avant d’être secouru souligne une fois de plus l’urgente nécessité de rétablir un mécanisme de recherche et de sauvetage rapide et efficace, dirigé par l’État en Méditerranée », souligne Chiara Cardoletti, représentante du HCR. en Italie, au Saint-Siège et à Saint-Marin. « Le sauvetage en mer est un impératif humanitaire fermement ancré dans le droit international. Dans le même temps, il faut faire davantage pour élargir les voies sûres et régulières et en créer de nouvelles afin de garantir que les personnes fuyant la guerre et la persécution puissent trouver la sécurité sans risquer davantage leur vie. à risque ».

News:  "Nous espérons une force plus constructive avec la Russie"

HCR-2

Le maire de Pozzallo : « Ils semblaient avoir survécu à un camp de concentration »

« Horreur sans fin. Si les articles de presse faisant état de six morts devaient être confirmés, ce serait un véritable massacre. » Dire que c’est Roberto Ammatuna, maire de Pozzallo. Des prélèvements ont été effectués sur tous les migrants arrivés au port, ce qui a donné des résultats négatifs. « L’état de déshydratation et de faiblesse de tous les migrants qui ont eu du mal à se tenir debout est impressionnant – déclare maintenant le maire -. En plus de l’état de déshydratation sévère, il y avait aussi une desquamation excessive de la peau due à une exposition probable au vent, au soleil et aux intempéries. mer « . Un migrant a été transporté à l’hôpital, tous les autres ont été immédiatement rafraîchis. « L’image terrible était comparable à celle des survivants dans les camps de concentration nazis », conclut Ammatuna.

Lire sur Today.it

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page