Les espoirs grandissent de parvenir à un nouvel accord nucléaire avec l’Iran, un accord qui pourrait mettre fin à la situation tendue qui perdure depuis que le président des États-Unis d’alors, Donald Trump, s’est unilatéralement retiré de celui conclu en 2018. 2015 , du temps de son prédécesseur, Barack Obama. Après que l’Union européenne a présenté un projet d’accord la semaine dernière, Téhéran a maintenant soumis une réponse écrite, avec ses observations et contre-propositions.

L’UE « étudie » cette réponse, a déclaré un porte-parole du haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ajoutant que Bruxelles « consulte les autres signataires » de l’accord sur le plan d’action global conjoint (Jcpa), c’est-à-dire l’accord permanent membres du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Royaume-Uni, Chine, France, Allemagne et Russie), « sur la bonne voie ». « Un accord sera conclu si les Etats-Unis réagissent avec réalisme et flexibilité », a déclaré Téhéran, selon l’agence de presse Irna. Selon un diplomate, « les propositions de l’UE sont acceptables à condition qu’elles apportent des assurances à l’Iran sur divers points, concernant les sanctions et les protections ».

Dans le cadre de l’accord de 2015, l’Iran avait réduit son programme nucléaire en échange d’un assouplissement des sanctions des États-Unis, de l’Union européenne et des Nations Unies. Mais l’ancien président Trump a renié le pacte en 2018 et a rétabli des sanctions sévères de Washington, incitant Téhéran à commencer à violer les limites nucléaires environ un an plus tard. Après avoir dépassé le taux d’enrichissement autorisé, le pays a annoncé début 2020 qu’il ne se considérait plus lié par aucune limite « sur le nombre de ses centrifugeuses » et en 2021 il a annoncé avoir commencé à produire de l’uranium enrichi à 60%. Maintenant, après 16 mois de pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran, avec l’UE agissant comme médiateur, nous pouvons voir l’espoir d’une nouvelle entente.

News:  "Khamenei tes mains sont tachées de sang"

L’UE tente de ressusciter l’accord nucléaire avec l’Iran

« Il y a trois questions sur lesquelles, si elles sont résolues, nous pouvons parvenir à un accord dans les prochains jours », a déclaré hier le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian, suggérant que la réponse de Téhéran ne serait pas une acceptation ou un rejet définitif de la proposition de Bruxelles. « Nous leur avons dit que nos lignes rouges devaient être respectées. Nous avons fait preuve d’une flexibilité suffisante. Nous ne voulons pas parvenir à un accord qui après 40 jours, deux mois ou trois mois ne se concrétise pas sur le terrain. »

Comme l’a rapporté Reuters, les États-Unis de Joe Biden ont déclaré que l’accord ne pourrait être relancé que si l’Iran abandonnait les questions « sans rapport » avec les pactes, une référence apparente aux demandes de Téhéran que l’organe de contrôle nucléaire de l’ONU ferme une enquête sur des traces inexpliquées d’uranium dans l’Iran et que ses gardiens de la révolution soient retirés d’une liste d’organisations terroristes à Washington. L’Iran demande également des garanties qu’aucun futur président américain ne pourra renoncer à l’accord comme l’a fait Trump, mais Biden ne peut pas fournir de telles garanties à toute épreuve car il s’agit d’un accord politique plutôt que d’un traité juridiquement contraignant.

Diplomates et responsables ont déclaré à l’agence que, même s’il n’y a pas de feu vert pour ce texte « définitif », les négociations se poursuivront car un accord est dans l’intérêt de tous. Amirabdollahian a déclaré que « les prochains jours sont très importants » et « ce ne serait pas la fin du monde s’ils ne faisaient pas preuve de flexibilité. Ensuite, nous aurons besoin de plus d’efforts et de discussions pour résoudre les problèmes restants ». Les enjeux sont élevés, car l’échec des négociations nucléaires entraînerait le risque d’une nouvelle guerre régionale avec Israël qui menacerait une action militaire contre l’Iran si la diplomatie ne parvenait pas à empêcher Téhéran de développer une arme nucléaire.

News:  "3 passeports m'ont été volés"

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page