Le premier ministre australien, Anthony Albanese, a déclaré qu’il cherchait à réinitialiser les relations avec la France avant une rencontre avec Emmanuel Macron.

Albanese s’est rendu à Paris pour des entretiens avec le président français afin de réparer les relations entre Canberra et Paris, qui ont été torpillées l’année dernière par l’annulation soudaine par l’Australie d’un contrat de sous-marins de plusieurs milliards de dollars.

Le Premier ministre et sa compagne, Jodie Haydon, ont été chaleureusement accueillis sur les marches du palais de l’Élysée par M. Macron et son épouse, Brigitte.

Albanese déclare que les « conversations privées resteront privées » avant la rencontre avec Macron – vidéo

À son arrivée, M. Albanese a souligné que la France était « non seulement une grande puissance européenne, mais aussi une puissance indo-pacifique et mondiale ».

« Son engagement dans l’Indo-Pacifique sera essentiel pour relever les défis auxquels notre région est confrontée », a-t-il ajouté, notant que les deux pays pourraient travailler ensemble sur les questions de sécurité.

Albanese avait déclaré avant la rencontre qu’il cherchait à prendre un nouveau départ avec la France. « Les relations entre l’Australie et la France sont importantes ; la confiance, le respect et l’honnêteté sont importants. C’est ainsi que j’aborderai les relations », a-t-il déclaré.

A la question de savoir s’il attendait des excuses de la part d’Albanese, Macron a répondu : « Nous parlons de l’avenir et non du passé. Il n’est pas responsable de ce qui s’est passé ».

Albanese et Macron se sont parlé par téléphone en mai après les élections générales australiennes, mais c’était la première fois qu’ils se rencontraient pour des entretiens bilatéraux. Macron a déclaré qu’il était important que les deux pays reconstruisent leur relation « basée sur le respect mutuel ».

News:  Voyance par téléphone : comment ça marche

La décision de l’ancien premier ministre Scott Morrison d’annuler l’accord de 90 milliards de dollars australiens (48 milliards de livres sterling) pour l’achat de 12 sous-marins à l’entrepreneur de défense français Naval Group a suscité l’incompréhension et la colère à Paris lorsqu’elle a été annoncée en septembre dernier, Macron accusant Morrison de lui avoir « menti ».

Le gouvernement travailliste australien d’Albanese reste déterminé à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire dans le cadre de l’accord Aukus avec les États-Unis et le Royaume-Uni – la décision au cœur du désaccord avec la France – mais le Premier ministre australien, qui est arrivé à Madrid mardi pour assister à un sommet de l’OTAN, a signé un accord de 550 millions d’euros (830 millions de dollars australiens) avec Naval Group.

Plus tôt dans la semaine, l’ancien dirigeant australien Malcolm Turnbull a déclaré aux journalistes à Paris qu’Albanese aurait plus de facilité à rétablir les relations avec les Français « parce qu’il n’est pas Scott Morrison et c’est un gros avantage ».

Turnbull a déclaré que le premier ministre était honnête et « n’a jamais eu la réputation d’être trompeur et mensonger ».

Après la réunion de l’Elysée, le président et le premier ministre devaient ouvrir une exposition d’œuvres de l’artiste aborigène Mirdidingkingathi Juwarnda Sally Gabori. à la Fondation Cartier à Paris.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page