Avec ses boutiques élégantes et ses étendues de sable doré, la station balnéaire française de Biarritz est depuis longtemps une destination de vacances populaire. Les visiteurs les plus fortunés ont afflué à l’Hôtel du Palais, tandis qu’une autre foule vient pour le surf et se dirige vers l’intérieur des terres pour de superbes randonnées en montagne.

Pourtant, alors que le tourisme est en plein essor, les résidents locaux ont de plus en plus de mal à trouver un endroit où vivre. La raison en est, selon les groupes de campagne, les maisons de vacances. Le nombre de locations de vacances à travers le Pays basque français a plus que doublé pour atteindre 16 500 entre 2016 et 2020. Les logements locatifs privés sont rares et il y a presque deux ans d’attente pour les logements sociaux.

Les responsables locaux ont adopté ce mois-ci de nouvelles règles strictes pour bloquer le développement d’Airbnb et des locations de vacances dans 24 villes et villages de la région, y compris à Biarritz.

À partir de juin, les propriétaires qui souhaitent louer une résidence secondaire pour des séjours de vacances devront fournir une propriété équivalente à louer pour l’année entière dans la même ville ou le même village. Étant donné que de nombreux propriétaires auront du mal à trouver et à financer une troisième propriété répondant aux exigences, les défenseurs de la cause espèrent que les nouvelles règles permettront de remettre des milliers d’appartements sur le marché de la location.

Vue panoramique de Biarritz
De nouvelles règles strictes ont bloqué le développement d’airbnb à Biarritz. Photo : Andrey Khrobostov/Alamy

Maider Arosteguy, maire de Biarritz, a qualifié la situation actuelle d' »intenable ». Lors du vote, elle a évoqué le cas d’un couple qui se sépare mais qui est contraint de rester dans le même logement malgré des incidents de violence domestique. Elle a déclaré que les responsables devaient « trouver des solutions pour permettre aux jeunes et aux personnes ayant des revenus moyens de rester et de vivre au Pays basque ».

Cette mesure pourrait aider des personnes comme Charlotte Belot, une militante écologiste de 27 ans. « Lorsque j’ai terminé mes études, il était impossible de trouver un endroit où vivre », dit-elle. « Je suis donc retournée vivre chez mes parents. J’ai ensuite trouvé une colocation dont le contrat se terminait en juin pour que le propriétaire puisse la transformer en appartement touristique pour l’été.

« J’ai eu la chance de pouvoir rentrer chez moi, mais certains de mes colocataires ont dû louer des Airbnbs pendant deux mois au prix de l’été car ils n’avaient nulle part où aller. Trouver un logement ici est vraiment difficile. »

Edouard Gruson, directeur de l’agence immobilière Maisons du Sud-Ouest, convient que « quelque chose devait être fait pour les locations à long terme », en particulier pour les jeunes, et pense que les nouvelles règles auront un effet. Il estime que pour chaque location à long terme annoncée par l’agence, celle-ci reçoit 30 à 40 demandes de renseignements. Cependant, M. Gruson estime que les nouvelles règles sont « trop strictes ». Il comprend le désir de cibler les petits appartements mais espère que les règles seront revues pour les grandes maisons.

Le Pays Basque n’est pas la première région de France à restreindre le développement d’Airbnb et des plateformes similaires. Dans certaines grandes villes, les annonces doivent être enregistrées auprès des autorités locales, tandis que les résidences principales ne peuvent être louées plus de 120 jours par an. Paris et Bordeaux font partie de celles qui ont mis en place des restrictions plus strictes, visant notamment les locations de courte durée.

Les nouvelles règles au Pays basque affecteront les locations existantes et futures, car les licences doivent être renouvelées tous les trois ans. Les propriétaires ne pourront pas convertir en logements les locaux commerciaux situés au rez-de-chaussée, comme les boulangeries locales bien aimées.

Le groupe de campagne Alda a décrit la décision comme une « victoire sociale et écologique », bien que pour lui et beaucoup d’autres, il s’agisse encore du début d’un processus. Certains voient la nécessité de mesures complémentaires sur les résidences secondaires. Il existe des désaccords sur la question de savoir si les mesures vont nuire au tourisme ou l’améliorer en protégeant les logements et le caractère local.

Des questions subsistent également quant à la perspective que les propriétaires retirent simplement leurs locations de vacances et mettent les propriétés en vente. « Dans ce cas, ils seraient à nouveau hors de portée de ceux qui veulent vivre et travailler ici », a déclaré M. Belot. « Cette nouvelle mesure n’est donc pas suffisante, mais c’est un début ».

5/5 - (1 vote)
News:  Horoscope mai 2022 du jeu : les signes astrologiques à l’honneur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page