Une femme libanaise a braqué une banque à Beyrouth pour payer le traitement contre le cancer de sa sœur. La femme, une militante identifiée comme Sali Hafez, est entrée dans une agence de la Block Bank, accompagnée de dizaines de manifestants prenant plusieurs personnes en otage et menaçant de s’immoler par le feu si le prêteur refusait de lui rendre ses économies pour payer les soins de sa sœur. .

Dans le pays depuis 2019, les établissements de crédit ont imposé de sévères restrictions sur les retraits en devises face à la grave crise économique que traverse le pays. Le résultat est qu’en fait, il est désormais impossible pour beaucoup de retirer leur propre épargne, et pour aggraver la situation le fait que, selon les estimations, plus de 80% de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté.

Dans les images du vol, diffusées en direct sur les réseaux sociaux, on entend Hafez crier aux employés de la succursale de remettre l’argent. « Je suis Sali Hafez, je suis venue aujourd’hui… chercher de l’argent pour ma soeur qui se meurt à l’hôpital », raconte la jeune femme dans la vidéo. « Je ne suis pas ici pour tuer ou mettre le feu… Je suis ici pour revendiquer mes droits », ajoute-t-il. La femme a pu s’enfuir avec ses complices avant l’arrivée des forces de sécurité.

Plus tard, la femme a confié aux médias libanais avoir récupéré entre 13 000 et 20 000 dollars que sa famille avait déposés à la banque. Certains témoins ont déclaré plus tard que l’activiste s’était même aspergé d’essence, menaçant de s’immoler par le feu si ses demandes n’étaient pas satisfaites. Selon les rapports Le Parisien, de l’essence aurait également été aspergée à l’intérieur du bâtiment et une arme à feu aurait été retrouvée au sol. Selon ce que la femme a rapporté aux médias locaux, il s’agissait en fait d’une arme-jouet, empruntée à son neveu.

News:  Sanna Marin, la première qui ne sait pas danser :: Blog on Today

La femme était accompagnée de dizaines de militants, lors d’un événement qui a eu lieu quelques heures seulement avant qu’un autre homme ne fasse irruption dans une autre banque libanaise à Aley pour exiger la livraison de ses économies. L’homme a été arrêté, mais aucun autre détail sur l’incident n’a été révélé jusqu’à présent. Il y a un peu plus d’un mois, un homme armé a détenu pendant des heures plusieurs employés et clients d’une banque de Beyrouth dans le but de leur retirer toutes leurs économies. L’homme, finalement interpellé, était soutenu par des dizaines de personnes rassemblées autour de la banque en signe de solidarité.

Le pays est en proie à une grave crise depuis des années, aggravée par les explosions d’août 2020 dans le port de la capitale, la pandémie et la situation politique, avec des tensions qui paralysent le gouvernement depuis des mois. En outre, la livre libanaise a chuté ces derniers mois, dans une crise définie par la Banque mondiale comme « l’une des pires enregistrées au niveau mondial depuis le milieu du XIXe siècle », qui s’est traduite par une chute d’environ 40% du PIB par habitant. par rapport à 2018.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page