Agnès Poirier en France : La Reine nous a rassuré que la stabilité et la décence restaient en Grande-Bretagne. Maintenant, cela a disparu

Agnès Poirier, L

Il y a six ans, la France était triste d’avoir perdu un ami de notre union de nations européennes. Aujourd’hui, nous, républicains français, ressentons à nouveau de la tristesse – cette fois-ci, coude à coude avec nos proches voisins alors que nous pleurons collectivement non pas la monarchie mais le décès de la Reine et la clôture de ce chapitre de notre histoire contemporaine commune.

Vu de France, la Grande-Bretagne n’a pas eu la vie facile – pas seulement en 2022, mais depuis des années. Le Brexit a donné le coup d’envoi du déraillement de ce qui était autrefois considéré comme une belle machine bien huilée et une société ordonnée. Depuis lors, presque tout ce qui concerne la Grande-Bretagne semble déséquilibré.

Avoir quatre premiers ministres différents en six ans semble malheureux, voire irréfléchi. Voir nos amis britanniques représentés sur la scène mondiale par Boris Johnson a été douloureux. Voir les Tories, l’un des plus anciens partis politiques d’Europe, expulser leurs membres les plus modérés et les plus sensés simplement pour avoir remis en question la ligne du Brexit dur était déconcertant.

La reine Elizabeth II nous a rassurés en nous disant qu’une certaine constance, stabilité et décence demeurait dans le pays. Son discours national pendant le Covid était apaisant – nous avons ressenti sa chaleur et nous nous sommes souvenus, aussi, des mots de Dame Vera Lynn : nous nous retrouverons. Les célébrations du jubilé de platine ont été un autre point de repère, comme un phare dans une mer agitée.

Mais le monarque qui a régné le plus longtemps sur la Grande-Bretagne est maintenant parti. Et le nouveau Premier ministre, Liz Truss, se demande si le président français est « ami ou ennemi ». La Grande-Bretagne va se redresser, du moins nous l’espérons, mais nous craignons que les choses ne fassent qu’empirer avant de s’améliorer.

Le roi Charles peut choisir les bons mots pour rassurer ses sujets, mais il ne peut pas les garder au chaud pendant un hiver difficile et incertain. Courage, les amis.

  • Agnès Poirier est commentatrice politique, écrivain et critique dans la presse britannique, américaine et européenne.

Lisa Hanna en Jamaïque : Le roi Charles a une chance de redéfinir l’image de la Grande-Bretagne en agissant sur les injustices historiques.

Lisa Hanna lowres. Signature circulaire du panéliste. NE PAS UTILISER A D'AUTRES FINS !

La reine Elizabeth II incarnait la force, la grâce et la détermination, une véritable incarnation du devoir envers le pays. Son règne de 70 ans a été le témoin de changements spectaculaires dans la culture et la société britanniques. Aujourd’hui, sa mort place le Royaume-Uni à un nouveau carrefour.

En Jamaïque, royaume de la monarchie britannique, nous avons assisté à la lutte de la Grande-Bretagne contre les troubles et l’instabilité politiques de ces dernières années. La voix du pays n’est plus aussi importante que par le passé. Aujourd’hui, la fin de la seconde ère élisabéthaine pourrait offrir à la Grande-Bretagne une occasion unique de redéfinir son rôle dans le monde – et de réorienter son arc d’influence vers la justice historique.

En tant que député dans une ancienne colonie, je sais que les maux de l’esclavage sont vivants et toujours présents. Ici, nous continuons à remettre en question la richesse acquise par le Royaume-Uni – y compris la monarchie – grâce à son empire. En effet, les nations du Commonwealth sont unies dans leurs convictions divergentes concernant l’importance de la justice réparatrice. En Jamaïque, nous aimerions voir la Grande-Bretagne faire face à son héritage de participation à des crimes contre l’humanité ; reconnaître son histoire d’exploitation et ses conséquences, et commencer à prendre des mesures concrètes pour y remédier.

Alors que le monde observe attentivement, le roi Charles et le Premier ministre Liz Truss ont une chance de redéfinir courageusement l’image de la Grande-Bretagne par l’action, et non par ce que nous appelons un « sac de bouche » – des platitudes dépassées destinées à apaiser momentanément.

Le temps passe plus vite aujourd’hui qu’en 1952, lorsque la Reine a accédé au trône. Les dirigeants britanniques doivent reconnaître de toute urgence que l’approche du pays vis-à-vis de son passé a été, et continue d’être, mal alignée sur les attentes actuelles de ses anciennes colonies. Il est temps de corriger les erreurs historiques en réinitialisant ses systèmes politiques, économiques et sociaux pour les générations futures.

Sinon, nous, Jamaïcains, ne ferons que regarder votre pays marcher seul, à reculons vers l’avenir, les yeux fermés par ses dirigeants.

Lawrence Hill au Canada : En ces temps de division, de conflit et de haine, nous avons besoin de voix comme celle de la Reine, de calme, de raison et d’attention.

Lawrence Hill. Signature circulaire du panéliste. NE PAS UTILISER A D'AUTRES FINS !

Je suis né au Canada de parents américains – un père noir et une mère blanche, tous deux militants des droits civiques depuis toujours. Ils m’ont offert des opinions divergentes sur la monarchie. Ma mère tenait la Couronne en partie responsable de la persécution des peuples indigènes et du commerce d’esclaves le plus prospère du monde au XVIIIe siècle. D’ailleurs, lorsque j’ai remporté le prix des écrivains du Commonwealth en 2008 et que j’ai reçu une invitation à rencontrer la reine Elizabeth II, ma mère s’est montrée furieuse que j’accepte. « Reste à la maison et écris un chapitre d’un livre », m’a-t-elle dit.

Mais j’avais aussi en tête la voix de mon défunt père. Premier directeur de la Commission ontarienne des droits de la personne, il admirait la Reine comme une fonctionnaire calme et bien élevée. Il est mort avant que j’écrive The Book of Negroes – un roman sur une femme africaine anciennement esclave qui se met au service des Britanniques pendant la guerre révolutionnaire américaine et qui se rend finalement à Londres pour rencontrer le roi George III et la reine Charlotte, et pour plaider en faveur de la fin du commerce des esclaves en Grande-Bretagne. Mais mon père, j’en suis sûr, aurait dit : « Va rencontrer la reine. Reviens à la maison et parle-moi de son thé et de ses biscuits. »

News:  "Trump a des informations privilégiées sur la vie sexuelle de Macron"

Le jour J, j’ai acheté un nouveau costume et enjambé plusieurs corgis pour rencontrer Sa Majesté au palais de Buckingham. Elle a demandé à en savoir plus sur l’historique Book of Negroes, un registre de la marine britannique qui documente l’exode de 3 000 Afro-Américains vers la Nouvelle-Écosse, au Canada, à la fin de la guerre révolutionnaire américaine. Et elle a plaisanté en disant qu’elle préférait continuer à bavarder avec moi plutôt que de passer au point suivant de son agenda. Je n’ai reçu ni thé ni biscuits, mais ses manières amicales et pleines d’autodérision m’ont rappelé qu’il s’agissait d’une personne qui avait été enfant, qui était maintenant mère et grand-mère, et qui avait beaucoup sacrifié pour un emploi à vie pour lequel elle n’avait jamais postulé.

Je ne suis pas un fan de la monarchie, mais les crimes de l’empire n’auraient pas pu se produire sans la collusion des Canadiens et des autres habitants des colonies. Le Commonwealth demeure, mais la plupart d’entre nous considèrent le roi ou la reine comme une figure de proue. Nous ne pensons pas que le Royaume-Uni ait une grande influence sur nos problèmes actuels. Au Canada, il nous incombe maintenant de redresser les torts dans notre propre cour. Comme mon père, j’admirais personnellement la Reine. En ces temps de division, de conflit et de haine, nous avons besoin de voix calmes, raisonnables et bienveillantes. Nous avons besoin de quelqu’un qui nous encourage à embrasser nos meilleurs anges.

Kevin Powell aux Etats-Unis : Oui, pleurez la Reine, mais la notion même de famille royale doit être abandonnée.

Kevin Powell - Paneliste circulaire NE PAS UTILISER À D'AUTRES FINS !

J’étais un enfant sévèrement maladroit et détestable lorsque le Prince Charles et Lady Diana se sont mariés en 1981. Je ne comprenais pas pourquoi il était prince, ni pourquoi leur mariage, l’événement lui-même et les événements qui l’ont précédé, étaient diffusés en continu à la télévision américaine. C’était à la fois un feuilleton, une mini-série télévisée et une émission de télé-réalité, avant même que les émissions de télé-réalité n’existent.

Quoi qu’il en soit, j’ai respiré chaque moment parce que j’étais accro au spectacle. J’étais un garçon noir né pauvre et orphelin de père avec une mère célibataire, nos vies se fracassant entre la misère et la folie. Le spectacle était une évasion assoiffée de ce que je ressentais comme une vie sans issue.

Mais j’étais loin de me douter qu’au cours de ces mêmes années 1980, des événements tels que le mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud, les politiques laides et racistes de Ronald Reagan et de George Bush, mes expériences universitaires et une plongée dans des histoires incluant des Noirs comme moi allaient me changer.

Cela signifie que j’ai fini par voir la famille royale pour ce qu’elle était vraiment – des bénéficiaires méga riches et méga privilégiés et des symboles archaïques du même colonialisme, de l’esclavage et de la suprématie blanche qui ont fait des dégâts sur les pauvres et les personnes de couleur dans le monde entier pendant des siècles.

Cela signifie que j’ai pris le parti de la princesse Diana lorsqu’elle s’est éloignée des folies suprêmes de la famille royale (tout comme je prends le parti de Harry aujourd’hui). Cela signifie que j’ai craqué, encore et encore, en voyant des gens qui continuent de présenter la reine Elizabeth II – et probablement maintenant le roi Charles – comme un modèle toujours prêt de stabilité, de décence et de leadership.

Aux Etats-Unis, la population est fortement divisée entre ceux qui pensent que la famille royale tout entière est une farce, grotesque est un mot que j’ai entendu utiliser à maintes reprises, et ceux qui pensent qu’il est irrespectueux de critiquer la reine ou le roi, maintenant, avant ou jamais. Mais l’énigme la plus profonde est que très peu d’Américains connaissent le Royaume-Uni, si ce n’est les bribes de guerre révolutionnaire qu’on nous a enseignées à l’école, la scène musicale britannique, des Beatles à Adele, et les marqueurs de la culture pop tels que James Bond. Ainsi, le bombardement constant de questions relatives à la famille royale a pour effet, pour nous Américains, soit de consolider notre ignorance générale du Royaume-Uni, soit d’entraîner une indifférence très dure à l’égard de qui et de quoi se trouve réellement de l’autre côté de l’Atlantique.

Oui, pleurer la disparition d’une vie, toujours. C’est la chose humaine et honorable à faire. Mais la vie de la Reine n’est pas plus précieuse ou plus significative que celle de ma mère. Pourquoi ma mère devrait-elle mourir un jour avec presque rien alors que la Reine et sa famille se prélassent dans la richesse héritée de générations de pillage de terres étrangères ? Oui, pleurez sa mort, mais dites aussi, sans honte et pour nous sauver tous, que la notion même de famille royale doit cesser, pour toujours.

  • Kevin Powell est poète, journaliste, militant des droits civils et humains, et auteur.

Rukmini S en Inde : Même après la mort de la Reine, le colonialisme britannique jettera une longue et sombre ombre sur l’Inde.

News:  Les progrès de l'Ukraine posent une question au monde : Kiev peut-il réellement gagner ? | Ukraine
Rukmini S - Paneliste circulaire NE PAS UTILISER À D'AUTRES FINS !

Les Indiens ont été absorbés par les nouvelles du Royaume-Uni ce mois-ci, alors qu’une ère britannique touche à sa fin et inaugure un avenir incertain. Mais cela n’a rien à voir avec le décès de la reine Elizabeth II.

La taille de notre économie a maintenant dépassé celle de la Grande-Bretagne, selon nouvelles estimationset dans les régions du pays où le triomphalisme économique s’accorde parfaitement avec le majoritarisme musclé, la joie a été particulièrement grande.

« Le plaisir de dépasser la Grande-Bretagne, qui a régné sur l’Inde pendant 250 ans, dépasse les simples statistiques d’amélioration des classements… c’est spécial ». a déclaré Narendra Modi.le premier ministre indien.

La réalité est plus décevante. Le revenu par habitant de la Grande-Bretagne est plus de 20 fois supérieur à celui de l’Indien moyen, et sur tous les critères de développement, il est encore ridicule de faire des comparaisons. Mais le moment est si bien choisi que les proclamations d’un nouvel ordre mondial et du coucher du soleil sur l’empire britannique se sont avérées irrésistibles pour de nombreuses personnes alignées sur la dispensation du pouvoir en Inde.

Comme tous les points de vue sur les pays étrangers, cela en dit autant sur l’estime de soi de l’Inde que sur son ancien dirigeant. Modi, bien qu’il soit le premier Premier ministre indien né après l’indépendance, a cherché plus que tout autre à invoquer le récit de la libération des chaînes du colonialisme.

Modi a réorganisé le centre de Delhi et son panorama de bâtiments de l’ère Raj, en installant une statue du nationaliste indien controversé Subhas Chandra Bose à la place d’une statue du roi George V. Il s’agit là d’un changement d’attitude.

Le colonialisme britannique continuera de jeter une ombre longue et sombre sur l’Inde, et les horreurs et déprédations ne seront pas oubliées facilement. Ces souvenirs sont mis en avant avec le décès de la Reine. Alors que la Grande-Bretagne pleure aujourd’hui, secouée par de turbulentes ascensions politiques à l’approche d’un hiver mordant, les politiciens indiens ne manqueront pas de rappeler le déclin constant de son influence mondiale. Alors que les rideaux se ferment sur la deuxième ère élisabéthaine, l’Inde est jeune et affamée d’emplois et de développement ; la durée pendant laquelle Modi pourra continuer à utiliser l’héritage de la Grande-Bretagne sera une mesure de son succès continu.

William Gumede en Afrique du Sud : Le roi Charles doit maintenant accepter la responsabilité morale du passé colonial.

William Gumede - Paneliste circulaire NE PAS UTILISER À D'AUTRES FINS !

Des événements comme le Brexit et la montée du nationalisme ont déclenché des changements tectoniques et une instabilité au sein des pays en développement et développés. Ceux-ci réduiront encore l’influence mondiale du Royaume-Uni lui-même – et fractureront peut-être l’union britannique et ce qui reste des parties du Commonwealth.

La reine Elizabeth II a été un point d’ancrage stable et constant pour le Royaume-Uni en période de crise, qu’elle soit mondiale, politique ou même pandémique. Un phare de calme, apparemment au-dessus de la mesquinerie des querelles locales, comme très peu de pays en ont connu. Elle avait sans doute plus de crédibilité au niveau mondial que la plupart des dirigeants politiques britanniques.

Certains États du Commonwealth auraient pu quitter le pays sans son engagement actif et continu à leur égard. Alors que la Grande-Bretagne la perd et se dote simultanément d’un nouveau monarque et d’un nouveau premier ministre, le pays pourrait ne pas disposer du leadership nécessaire pour traverser avec succès cette période de turbulences.

Ces changements mondiaux ont fracturé des alliances internationales de longue date et ont conduit à la formation d’institutions mondiales de pays en développement pour rivaliser avec les institutions actuelles dominées par les pays industriels. Par exemple, beaucoup pensent que s’allier à de nouveaux groupes en développement, comme les pays du Bric, est plus avantageux que de rester dans le Commonwealth.

Même dans les pays industrialisés membres du Commonwealth, tels que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, les voix du républicanisme vont maintenant se multiplier. Plus près de nous, l’Écosse menace depuis des années de se séparer du Royaume-Uni. Et le public pourrait exiger que la monarchie soit au moins réduite.

Les dirigeants politiques, l’élite intellectuelle, commerciale et médiatique de nombreux pays industrialisés – y compris le Royaume-Uni – ne semblent pas saisir pleinement ces changements spectaculaires et continus du pouvoir mondial. Et parce qu’ils n’y sont pas sensibles, l’ère post-Elizabeth II risque d’être confuse et turbulente, avec une influence mondiale réduite.

Ironiquement, les anciens liens du Commonwealth, s’ils sont modernisés, rendus plus pertinents et inclusifs, pourraient peut-être sauver le Royaume-Uni. Cependant, pour que ce soit le cas, le roi Charles devra accepter la responsabilité morale du passé colonial, et le Commonwealth devra passer de la domination du Royaume-Uni à l’égalité, et l’organisation devra se transformer en un véritable bloc commercial.

La question se pose de savoir si le nouveau premier ministre, le nouveau roi et l’élite dirigeante comprennent qu’un nouveau monde est en marche et s’ils sont prêts à relever le défi de naviguer dans les turbulences qu’il apporte.

Cet article a été modifié le 12 septembre 2022. La Reine est montée sur le trône en 1952, et non en 1953 comme l’indiquait une version antérieure.

  • William Gumede est professeur associé à l’École de gouvernance de l’Université de Witwatersrand, à Johannesburg.

  • Avez-vous une opinion sur les questions soulevées dans cet article ? Si vous souhaitez soumettre une lettre de 300 mots maximum pour qu’elle soit prise en compte dans la publication, envoyez-la par courriel à guardian.letters@theguardian.com.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page