Pionnier de la dépénalisation de l’euthanasie sous certaines conditions, le Comité consultatif national d’éthique a donné son feu vert au président Emmanuel Macron pour tenir l’une de ses promesses électorales : encadrer la fin de vie. Mais les médecins ne sont pas là, et par la voix du président de l’Ordre des médecins Francois Arnault ils se sont dits « opposés » à la « mort douce ». Et ils demandent qu’en cas d’approbation d’une telle législation, une « clause de conscience », similaire à celle existant pour l’interruption de grossesse, soit introduite pour permettre aux médecins opposants de refuser de la pratiquer.

Les professionnels de santé demandent d’avoir le droit « d’orienter le patient vers un médecin qui accepte de le prendre en charge ». « Si le suicide assisté est accepté, nous serions très prudents : le médecin doit-il être un soignant ? Sûrement. Effecteur ? Je ne crois pas. Ce n’est pas son rôle », a expliqué le Dr Arnault. « Et l’ordonnance n’est pas en faveur de l’euthanasie », dans laquelle un médecin pratique l’injection létale, a-t-il poursuivi. Interrogé s’il fallait aller au-delà de la loi Claeys-Leonetti de 2016 , qui prévoit le droit à une sédation profonde et continue pour les malades en phase terminale, mais interdit l’euthanasie, le président a répondu que « la population a de grandes attentes » mais que « la loi doit protéger le médecin en soutenant qu’il serait tenu de fournir » .

Plus généralement, Arnault a fait valoir que la France était « très en retard » dans la fin de vie et qu’il était « nécessaire que chaque département dispose d’une structure dédiée à la fin de vie, avec des assistants formés et accompagnés ». Selon lui, « il faut lutter contre ces inégalités d’accès aux soins palliatifs, par la formation et déjà avec l’application de la loi Claeys-Leonetti ». Macron a annoncé qu’une « convention citoyenne » se tiendrait à partir d’octobre pour connaître l’avis des Français sur cette question d’ici fin 2023, afin de « faire évoluer le cadre légal si nécessaire ».

News:  Horoscope mai 2022 du jeu : les signes astrologiques à l’honneur

L’euthanasie est l’acte de mettre délibérément fin à la vie d’une personne pour soulager ses souffrances. Il existe deux principaux types d’euthanasie : active et passive. L’euthanasie active se produit lorsqu’une personne provoque directement la mort d’une autre, généralement par injection. L’euthanasie passive se produit lorsqu’une personne refuse délibérément de se faire soigner ou provoque indirectement la mort d’une personne, par exemple en supprimant l’assistance vitale. Le débat sur l’euthanasie est très houleux. Certains pensent que c’est une façon humaine de mettre fin à la souffrance d’une personne, tandis que d’autres pensent que c’est « moralement répréhensible ».

De nombreux pays ont des lois interdisant l’euthanasie, mais certains l’ont légalisée dans des circonstances spécifiques. L’euthanasie active n’est légale que dans quatre États européens : les trois pays du Benelux (Hollande, Belgique et Luxembourg) et l’Espagne. Aux Pays-Bas, il est également possible pour les nourrissons ou âgés de plus de 12 ans, tandis qu’en Belgique, la procédure est possible à tout âge si le patient est en phase terminale et s’il existe une autorisation parentale.

En Espagne et au Luxembourg, seuls les adultes de plus de 18 ans peuvent en faire la demande. L’assistance au suicide, dans laquelle le médecin a pour seule tâche de prescrire un médicament susceptible de provoquer la mort du patient et que la personne utilise ensuite personnellement, est légale au Benelux et en Suisse, est tolérée en Suède et a été dépénalisée en Allemagne en 2020.

L’euthanasie passive, c’est-à-dire les interruptions de soins et les dispositifs de survie, est légale en Suède et est également tolérée en Allemagne, en Finlande et en Autriche à la demande du patient. Dans d’autres pays, comme le Danemark, la Norvège, la Hongrie et la République tchèque, le patient peut refuser le traitement ou persister dans le traitement. En Italie, bien que formellement légale, elle est autorisée dans certains cas par des décisions de justice comme cela s’est produit dans l’affaire Welby ou celle d’Eluana Englaro.

News:  Les deux pilotes qui s'endorment en vol et ratent l'atterrissage

Dans notre pays, la tentative récente de Marco Cappato et de l’association Luca Coscioni d’organiser un référendum sur le thème de la « douce mort » n’a abouti à rien, comme l’a déclaré la Cour constitutionnelle inadmissible la demande « parce que, à la suite de l’abrogation, bien que partielle, de la loi sur l’homicide de la personne consentante, à laquelle la question vise, la protection minimale constitutionnellement nécessaire de la vie humaine, en général, et en particulier en ce qui concerne les personnes faibles et vulnérables « . Cappato et l’association Luca Coscioni avaient réussi à recueillir plus d’un million de signatures, soit plus du double du nombre nécessaire pour demander un référendum.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page