Depuis des mois, tout le monde au gouvernement savait que le vendredi était le jour du plafonnement de l’énergie, et à 7 heures du matin, les mauvaises nouvelles sont tombées. Les téléphones ont sonné alors que la nation se réveillait avec la confirmation de l’Ofgem que les factures de gaz et d’électricité allaient augmenter d’un effrayant 80%.

Des millions de personnes seraient incapables de faire face à la situation, ont déclaré les organisations caritatives. Même les personnes à faible ou moyen revenu qui avaient des économies pourraient les voir disparaître complètement. C’était une crise nationale totale, bien que prédite depuis longtemps.

Le champion de la consommation Martin Lewis a parcouru le centre de Londres, donnant interview sur interview, en commençant par la BBC Radio 4. Aujourd’hui à 7h30. M. Lewis est apparu sur 11 chaînes différentes avant 14 heures, s’indignant de l’inaction du gouvernement face aux avertissements qu’il avait lancés en mars dernier.

Mais alors que Lewis était partout, et que les ministres fantômes du Labour s’empilaient sans opposition, le gouvernement n’était nulle part. Les journalistes ont demandé où était le ministre de l’énergie, Greg Hands. Ou tout autre ministre de la Couronne ? Le Premier ministre Boris Johnson, de retour de ses deuxièmes vacances d’été, ou le chancelier, pour une semaine encore, Nadhim Zahawi ?

Quelques heures plus tôt, M. Hands, dont les responsabilités incluent les marchés de détail de l’énergie, avait tweeté qu’il était « formidable de visiter le laboratoire national de Los Alamos, ici au Nouveau-Mexique », où il avait eu des « discussions utiles » sur la fusion nucléaire.

News:  Crise du coût de la vie : que font les autres pays du G7 ?

Lorsqu’on leur a demandé, en milieu de matinée, si M. Hands était de retour à son bureau, les fonctionnaires du ministère des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle ont d’abord semblé ne pas savoir. Puis ils ont dit qu’il était en voyage en Indonésie pour une réunion du G20. Et ce, malgré le fait qu’il ait été aperçu en fin de matinée dans le bureau de son ministère entre deux vols, n’ayant manifestement pas le temps de répondre aux sollicitations des médias.

En l’absence du gouvernement, la Fondation Joseph Rowntree (JRF) a publié sa propre analyse montrant que les factures d’énergie dépasseraient les revenus de nombreuses personnes au point que les payer deviendrait une « fantaisie ». C’était, selon la JRF, terrifiant.

« De toutes mes années d’expérience, je n’ai jamais autant vérifié une analyse que celle-ci, car elle est tellement stupéfiante qu’elle semble incorrecte », a déclaré Peter Matejic, analyste en chef de la fondation.

Greg Hands
Greg Hands, le ministre de l’énergie, a été l’un des absents de la scène publique depuis l’annonce du plafonnement des prix. Photo : Michał Wachucik/PA

« Il est impossible de penser qu’un soignant ou un vendeur devra se démener pour trouver des centaines de livres supplémentaires pour payer son chauffage ou que l’intégralité des revenus d’une personne pendant toute une année sera inférieure à sa facture énergétique. Mais c’est ce que ces chiffres suggèrent que ce sera le cas, à moins que des mesures supplémentaires significatives ne soient prises rapidement. »

Le sentiment croissant d’anxiété nationale que Matejic a partagé avec des millions de personnes ne sera toutefois pas abordé ou atténué avant un certain temps par quiconque dirige le pays. Il reste encore huit jours avant que le nom du prochain premier ministre soit annoncé. Puis, une fois que Liz Truss ou Rishi Sunak aura pris ses fonctions, il faudra fixer la date d’un budget d’urgence, discuter des options et, finalement, faire des choix.

Les événements de vendredi matin ont ajouté au sentiment croissant que les six semaines de course à la direction du parti conservateur ont non seulement laissé un vide au cœur du pouvoir, mais qu’elles se sont déroulées dans un monde assez éloigné de la réalité.

Non seulement la recherche d’un nouveau leader conservateur et d’un nouveau Premier ministre a laissé le gouvernement en suspens (au début, le cabinet a convenu de ne pas prendre de grandes décisions financières avant la fin de la course, malgré la crise du coût de la vie), mais le désir des candidats de se plier à ce qu’ils pensent être les opinions du petit « selectorat » conservateur a rendu impossible la formation d’une politique pragmatique.

Truss, la grande favorite, a passé des semaines à s’enfermer dans des engagements de réductions d’impôts potentiellement inflationnistes, tout en s’engageant à éviter les « cadeaux » dont tout le monde sait maintenant qu’ils sont inévitables si l’on veut que les plus démunis obtiennent l’aide dont ils ont besoin pour payer leurs factures d’énergie.

Les deux candidats se sont également éloignés des solutions vertes à la crise énergétique. Lors de plusieurs réunions, Truss s’est attiré les applaudissements des membres du parti Tory en rejetant l’énergie solaire.

Mais la réalité se rapproche. Les économistes et les députés voient le danger et disent que quelque chose devra être cédé. Paul Johnson, directeur de l’Institute for Fiscal Studies, a déclaré que Mme Truss devrait s’écarter d’une partie de ce qu’elle avait dit.

Il a déclaré : « Elle va devoir faire des dons substantiels et elle s’est engagée à des réductions d’impôts substantielles. Cela va clairement représenter plusieurs dizaines de milliards d’emprunts supplémentaires, ce qui posera des risques pour la stabilité à long terme des finances publiques et potentiellement pour les perspectives à court terme de l’inflation ou des taux d’intérêt. »

Tous les gouvernements s’efforcent de trouver des solutions. Mais il y a un sentiment d’engagement urgent dans l’UE qui a fait défaut au Royaume-Uni. Les gouvernements européens se démènent pour trouver des moyens de protéger les ménages et les entreprises. La République tchèque, qui assure la présidence tournante de l’UE, envisage de convoquer un sommet d’urgence sur l’énergie pour discuter du plafonnement des prix à l’échelle du bloc.

De nombreux pays ont déjà pris des mesures. L’Espagne a plafonné les prix du gaz pendant un an, réduit de moitié la TVA sur les factures d’énergie et ramené une autre taxe sur l’électricité à 0,5 %. Elle a également décidé de taxer davantage les compagnies d’énergie et de transférer l’argent aux clients dans le besoin.

L’Italie a approuvé ce mois-ci un nouveau programme d’aide à l’énergie d’un montant de 17 milliards d’euros, qui vient s’ajouter aux 35 milliards d’euros affectés depuis janvier aux subventions liées au coût de la vie. Les personnes à faibles revenus recevront 200 € supplémentaires.

La France a obligé l’entreprise publique d’électricité EDF à limiter la hausse des prix de gros à 4 % pendant un an et à réduire sa taxe sur la consommation d’électricité de 22,50 € par mégawattheure à 1 € pour les ménages et 0,50 € pour les entreprises. D’autres aides individuelles sont en cours de décision.

L’Allemagne a adopté plusieurs mesures d’économie d’énergie la semaine dernière : les températures dans les bâtiments publics seront limitées à 19°C à partir de septembre et le chauffage sera coupé dans les zones communes telles que les couloirs. Le secteur privé est encouragé à faire de même.

Au cours des deux derniers jours, Mme Truss a indiqué qu’elle apporterait son aide au fur et à mesure des besoins, mais il lui faudra faire volte-face avant même de devenir Premier ministre. David Gauke, l’ancien ministre du Trésor conservateur, a déclaré qu’il pensait qu’elle devrait annoncer des réductions d’impôts pour sauver la face, mais que ces réductions seraient loin d’être suffisantes.

En fait, il pense qu’après avoir dit une chose pendant six semaines, elle devra en faire une autre, ce qui soulève de nouvelles questions sur les concours de leadership des Tories en temps de crise.

« Elle essaie en ce moment de présenter ce qu’elle va faire comme étant très conservateur, alors que je soupçonne que ce qu’elle va finir par faire est quelque chose qui a une mesure interventionniste très substantielle, une mesure d’assistance à son cœur, ce qui n’est pas le genre de politique qu’elle veut faire, mais je ne vois pas qu’elle ait le choix. »

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page